Pinel-vefa-delai-achevement-logement

Dispositif Pinel : dans quels cas le délai d’achèvement d’un logement VEFA est-il prolongé ?

Publié le 03/10/2018


Investir en Pinel dans l’ancien est possible sous conditions de travaux, mais c’est avant tout le neuf qui est ciblé par le dispositif Pinel. Notamment depuis son recentrage sur les zones tendues. Parmi les logements éligibles, ceux proposés en VEFA (Vente en l’état futur d’achèvement) remportent un franc succès. Mais pour une opération réussie, il faut respecter certaines règles, comme le délai d’achèvement du logement.

30 mois pour pouvoir bénéficier des avantages de la défiscalisation en Pinel

Il est possible de bénéficier des avantages fiscaux proposés par le dispositif Pinel en optant pour un logement VEFA, c’est-à-dire un logement acquis sur plans via un promoteur. Autrement dit, les investisseurs qui choisissent ce type d’habitation ne peuvent pas la visiter avant d’acheter puisqu’elle n’est pas encore construite.

« La réduction d’impôt s’applique aux acquisitions d’un logement en l’état futur d’achèvement réalisées du 1er janvier 2013 au 31 août 2014 (dispositif « Duflot ») ou du 1er septembre 2014 au 31 décembre 2021 (dispositif « Pinel ») ».

Pour être éligible au Pinel, le logement doit cependant impérativement être terminé 30 mois maximum après la date de la signature de l’acte authentique d’acquisition. Pour les constructions traditionnelles, ce délai court à partir de la date d’obtention du permis de construire.

Pour rappel, les avantages fiscaux pour un logement VEFA sont appliqués à partir de l’année d’achèvement des travaux. C’est également le cas des logements ayant fait l’objet d’une réhabilitation. Si ce délai n’est pas respecté, l’investisseur peut tout simplement se voir refuser de louer son logement en Pinel et donc également de bénéficier de réductions d’impôt.

VEFA : Les cas de force majeure

Lorsque l’on connaît les retards et aléas que certains chantiers peuvent rencontrer, les quelque 2 ans ½ de délai s’avèrent parfois insuffisants.

 
Dans un rescrit publié le 13 juillet 2018, l’administration fiscale introduit la notion de « cas de force majeure » destinée à préciser le délai d’achèvement des travaux. Cette décision fait suite à la mésaventure d’un couple ayant investi dans un logement en l’état futur d’achèvement dans le but de défiscaliser en Pinel, qui a vu son chantier interrompu par un arrêté de mise en péril suite à l’affaissement du terrain. Les engins étaient interdits à la circulation et ne pouvaient donc plus desservir le chantier. Le fisc a reconnu le cas de force majeure, toutes les autres conditions requises par la loi Pinel étant par ailleurs remplies. Le délai d’achèvement des travaux a dans ce cas été prorogé d’une durée équivalente à celle de l’interruption du chantier. Un chantier interrompu à cause de l’invalidation d’un permis de construire pourrait donner lieu à une décision similaire.

L’administration précise toutefois que chaque cas étant unique, cette mesure ne saurait être appliquée automatiquement en d’autres circonstances, sans une étude préalable du dossier.


Dernières Actualités

Rénovation immobilière : comment profiter du CITE en 2019 ?

Publié le 22/03/2019

Un temps prévu pour être supprimé fin 2018, le crédit d’impôt transition énergétique, plus connu sous le nom de CITE, a finalement été prorogé jusqu’au 31 décembre 2019. Cette année encore, les propriétaires qui souhaitent entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans leur logement pourront donc percevoir une partie des frais engagés sous la forme d’un crédit d’impôt sur le revenu. Les conditions d’éligibilité sont les mêmes que l’année précédente.

Immobilier locatif : les atouts de la résidence étudiante

Publié le 20/03/2019

Tout investisseur locatif cherche à lier des avantages fiscaux avec un rendement pertinent. Une combinaison qui peut être atteinte grâce aux résidences étudiantes, de plus en plus prisées. Avec la crise du logement que traverse la France et le nombre d’étudiants dans le supérieur qui ne cesse de croître, ce type d’habitations permet de relier l’offre à la demande.

Investissement à la montagne : booster sa fiscalité grâce au statut de LMNP

Publié le 18/03/2019

Si l’investissement dans l’immobilier de tourisme répond à des règles strictes, il permet également de bénéficier d’une fiscalité avantageuse. À condition de choisir scrupuleusement sa destination, son statut et le mode de location. Le statut de loueur en meublé non professionnel permet d’optimiser cette fiscalité.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière