Diminuez vos impôts avec la défiscalisation immobilière

Quelle loi de défiscalisation immobilière est faite pour vous ?

Testez notre simulateur et découvrez quel dispositif est plus avantageux pour vous. C’est gratuit et sans engagement !

Je demande mon étude personnalisée

Les dispositifs préférés
des français

  • Loi Pinel

    Jusqu'à 63 000€ d'économie d'impôt sur 12 ans

  • LMNP

    Abattement forfaitaire de 50% sur les revenus imposables

  • Loi Censi-Bouvard

    Réduction fiscale de 11% étalée sur 9 ans

  • Consulter les autres dispositifs

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière

Les 8 meilleurs dispositifs immobiliers pour réduire ses impôts

Loi Pinel

Loi Pinel

Investissez dans le neuf

La loi Pinel propose une réduction d’impôt pouvant atteindre 63 000€. Pour en bénéficier, l’investisseur doit acquérir un bien neuf, dans une zone définie et le louer 6, 9 ou 12 ans en respectant des plafonds de loyers et de ressources. La réduction d’impôt sera proportionnelle à la durée d’engagement : 12, 18 ou 21%.

Statut LMNP

LMNP

Misez sur les biens à louer meublés

Le statut LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel) est un statut fiscal régissant la location de logements meublés, occupés à titre de résidence principale.

Loi Censi-Bouvard

Loi Censi-Bouvard

Investissez dans les résidences services

La loi Censi Bouvard ouvre droit à une réduction fiscale de 11% étalée sur 9 ans, pour l’acquisition d’un logement neuf (ou achevé depuis moins de 15 ans et réhabilité) intégré à une résidence de services (étudiante, de tourisme, EHPAD, …) et loué entre le 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2021.

Loi Malraux

Loi Malraux

Investissez dans les belles pierres

Fondée sur le même principe que la loi dédiée aux Monuments Historiques, la loi Malraux permet à un contribuable achetant et rénovant des immeubles, situés dans des secteurs sauvegardés et présentant un caractère historique, de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Loi Girardin

Loi Girardin

Défiscalisez en Outre-mer

Dédiée à l’investissement locatif en Outre-mer, la loi Girardin permet de défiscaliser jusqu’à 50% du montant de l’investissement réalisé, à condition de respecter des plafonds de ressources et de loyer.

Loi Cosse

Loi Cosse

Défiscalisez en louant moins cher

En vigueur depuis le 1er janvier 2017, la loi Cosse permet d’obtenir un abattement fiscal pouvant aller jusqu’à 85% de ses revenus fonciers. Ce dernier vient remplacer les dispositifs Besson ancien et Borloo ancien.

Statut LMP

LMP

Profitez d'un cadre fiscal attractif

Le Statut de loueur en meublé professionnel (LMP) offre au propriétaire la possibilité de déduire les charges pour leur montant réel, de profiter de l’amortissement et même d’échapper sur ses revenus locatifs à l’ISF.

Loi Denormandie

Investissez dans l'ancien

Bénéficier d’une réduction d’impôts pouvant atteindre les 63 000€ sur 12 ans en investissant dans un logement ancien, c’est désormais possible avec le dispositif Denormandie. Pour cela, le propriétaire devra acquérir son bien dans une des communes éligibles, et s’engager à le louer sur 6, 9 ou 12 années.

Comparer les dispositifs

Certains dispositifs de défiscalisation immobilière ont évolué dans le cadre de la loi Finances 2020 :

La loi Pinel : dès le 1er janvier 2021, les logements individuels (maisons) ne seront plus éligibles à la loi Pinel. Le dispositif ne concernera plus que les logements situés dans des bâtiments d’habitation collectifs (appartements). De plus, une phase de test a été lancée en Bretagne jusqu’au 31 décembre 2021 afin de déterminer si le dispositif Pinel pouvait, à l’avenir, être régionalisé.

La loi Denormandie : prorogée jusqu’au 31 décembre 2022, le dispositif Denormandie est désormais éligible pour l’ensemble des villes concernées et ne se limite donc plus à leurs centres.

La loi Cosse : prorogée jusqu’au 31 décembre 2022, elle est désormais conditionnée par le respect d’un certain niveau de performance énergétique.

Comprendre la défiscalisation 

« Ne plus soumettre à l’impôt certains produits ou services, certaines cotisations… » : voilà comment le dictionnaire Larousse définit l’action de défiscaliser. Soulignant bien là l’essentiel : la défiscalisation permet de faire baisser ses impôts grâce à un investissement, qu’il soit ponctuel ou durable.

En pratique, le principe de la défiscalisation est assez simple. Lorsqu’il fait le point sur sa situation financière et personnelle, un contribuable peut avoir envie de faire un bilan et décider en conséquence de se fixer des objectifs pour son avenir. Ils peuvent aller de l’objectif très clair et simple de réduire le montant de ses impôts, à des objectifs patrimoniaux plus complexes comme par exemple préparer sa retraite, assurer le futur de ses proches ou encore accéder à la propriété immobilière.

Grâce aux différents dispositifs de défiscalisation existants, qu’il s’agisse d’ailleurs de défiscalisation immobilière, financière ou encore professionnelle, ce contribuable pourra normalement trouver une réponse lui permettant de répondre aux objectifs qu’il s’est fixé.

De façon concrète, une fois le dispositif choisi mis en place, le contribuable bénéficiera soit d’une déduction d’impôt (son revenu imposable sera moins élevé), soit d’une réduction d’impôt (le montant de son impôt à payer sera directement réduit).

Réalisez votre bilan patrimonial personnalisé

Pourquoi l’Etat a mis en place des dispositifs de défiscalisation immobilière ?

Prélevant les taxes d’une main, l’État a toujours mis en place de l’autre des mécanismes d’incitation fiscale, afin de booster l’investissement dans tel ou tel domaine. Dons à des associations, emploi d’une personne à domicile, travaux de réhabilitation, ou encore investissement immobilier à but locatif, la défiscalisation concerne des secteurs très divers. En créant ces niches fiscales, l’État cherche en général à répondre à une problématique précise liée à l’intérêt général.

Dans le cas des dispositifs d’incitation fiscale liés au secteur de l’immobilier, l’Etat les a toujours mis en place pour répondre à des besoins bien spécifiques des territoires. Le plus souvent, il s’agira de favoriser la construction de nouveaux logements, puis leur mise en location, dans les territoires où les marchés locaux s’avèrent être les plus tendus.

C’est notamment le cas depuis 2014 avec la loi Pinel. Ces dispositifs peuvent également cibler des franges de l’immobilier bien spécifiques comme celle des monuments anciens et bâtiments historiques dans le cadre des lois Malraux et Monuments historiques par exemple. Afin de conserver le patrimoine historique français dans le meilleur aspect possible, l’Etat va effectivement alléger la note fiscale des propriétaires envisageant des travaux de rénovation. Enfin, plus récemment, pour répondre au besoin grandissant de rénovation des biens et logements insalubres au sein des villes moyennes, l’Etat n’a pas hésité à mettre en place le dispositif Denormandie afin d’inciter les propriétaires à se lancer dans des travaux de rénovation avant de louer leur bien.

Comment fonctionne la défiscalisation immobilière ?

Si de façon générale, investir dans la pierre occupe une place de choix dans le cœur des Français, cela n’empêche pourtant pas l’Etat de devoir faire face à des difficultés sur des marchés immobiliers spécifiques. Certaines zones géographiques, principalement les grandes villes, doivent composer, par exemple, avec des marchés locatifs ultra-tendus, où la demande dépasse largement l’offre et où les loyers des biens disponibles s’avèrent être très élevés. Il faut donc y trouver des solutions pour tenter d’inverser cette tendance. De même, lorsque dans certains quartiers l’immobilier est trop ancien et dégradé, cela peut causer des problèmes en termes de sécurité pour les habitants et créer des pénuries de logements décents. Là aussi, des solutions doivent être trouvées pour inciter à la rénovation de ces biens.

Dans la même veine, certains propriétaires n’étant plus en mesure de restaurer leurs biens classés monuments historiques, des solutions doivent être mises en place pour pérenniser la survie de ces joyaux architecturaux. C’est dans ce cadre-là que vont généralement être créés les dispositifs de défiscalisation immobilière.

Une fois le point bloquant identifié par l’Etat, celui-ci va mettre en place un dispositif de défiscalisation immobilière, dans le but d’inciter certains contribuables à investir dans un type d’immobilier bien spécifique et ainsi de tenter de régler le problème de départ. En contrepartie de son placement immobilier sous dispositif et en respectant certaines conditions, le contribuable pourra alors bénéficier d’un avantage fiscal conséquent.

Privilégié par les Français pour sa sécurité, 60 % d’entre eux déclarent d’ailleurs que l’immobilier est une « valeur refuge« , ce type d’action de défiscalisation est sans aucun doute celle qui offre le plus large choix de formules et les gains les plus attractifs sur le long terme. Les principaux dispositifs et lois de défiscalisation en vigueur, actuellement, sont :

  • la Loi Pinel,
  • la loi Denormandie,
  • la Loi Censi-Bouvard,
  • la Loi Malraux,
  • la Loi Girardin,
  • la Loi Monuments historiques,
  • ainsi que les statuts de Loueur en Meublé Professionnel (LMP) et de Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP).

Les lois et dispositifs de défiscalisation immobilière sont si nombreux qu’il est utile de faire la distinction entre ceux toujours en vigueur, auxquels vous pouvez souscrire en 2020 et ceux qui n’existent plus aujourd’hui, mais dont les effets perdurent.

Qui peut en bénéficier ?

Maintenant que vous percevez mieux le fonctionnement et l’intérêt de la défiscalisation immobilière et de ses différents dispositifs, vous vous demandez si vous aussi vous pourriez en bénéficier ? Voici les deux critères principaux qui vous permettront de déterminer si vous pouvez oui ou non investir via un dispositif de défiscalisation immobilière :

  • Toute personne imposable : Il s’agit d’une évidence, mais il est tout de même bon de le rappeler. Pour pouvoir bénéficier d’un bonus fiscal, il faut bien évidemment que vous soyez imposable en France.
  • Toute personne détenant du capital à mobiliser : Si ces dispositifs sont accessibles à tous les contribuables français, il faut tout de même détenir un minimum de capital à investir et de capacité d’épargne pour investir. En résumé, vous devez avoir les reins suffisamment solides financièrement pour pouvoir mobiliser sur le long terme des fonds sans vous mettre en difficulté financière.

Quels sont les profils type de l’investisseur immobilier ?

Si l’on se réfère aux dernières études parues sur le sujet, l’investisseur immobilier type est âgé de 40 à 45 ans en moyenne, vit principalement en couple et dispose d’une situation financière que l’on peut qualifier d’aisée. Mais attention, il ne s’agit là que du profil moyen. Si la plupart des investisseurs immobiliers ont bien entre 40 et 50 ans, les quinquas ne sont pas en reste puisqu’ils effectuent tout de même plus de 30 % des investissements. Pour ce qui est des jeunes générations, les investisseurs immobiliers se répartissent comme suit : 30 % d’entre eux environ sont âgés de 30 à 40 ans, quand seulement 5 % n’ont pas encore atteint la trentaine lorsqu’ils commencent à investir.

De façon générale, il est tout de même bon de noter que peu importe l’âge de l’investisseur et peu importe sa situation maritale, celui-ci bénéficie, comme nous le précisions plus haut, d’une situation confortable et donc d’un capital à mobiliser. En effet, pour plus de 70 % de ceux qui font le choix d’investir dans l’immobilier, leur revenu annuel se situera en moyenne autour des 70 000 €.

Quels sont les pièges à éviter ?

Comme dans tout placement financier, le risque zéro n’existe pas en défiscalisation immobilière. Mal ficelé, surdimensionné, un projet peut ne pas être viable économiquement, voire voué à l’échec dès sa conception.

Certains programmes immobiliers peuvent s’avérer nuls en termes de gain, voire désastreux financièrement et donc contre-productifs.

Présentés de manière séduisante avec des rouages bien difficiles à décrypter pour un investisseur non professionnel, certains programmes immobiliers peuvent s’avérer nuls en termes de gain, voire désastreux financièrement et donc contre-productifs. Car le but de l’opération est de parvenir à améliorer son confort financier, que ce soit par la constitution d’un pécule ou la composition d’un patrimoine. Les dispositifs de défiscalisation ne sont ni bons, ni mauvais en soi, il s’agit de les utiliser dans un cadre favorable pour en tirer le meilleur. 

Afin d’éviter les pièges les plus grossiers, nous vous livrons nos conseils pour sécuriser son projet.

Est-il possible de repérer les investissements immobiliers à risques ?

Bien évidemment, vous n’êtes pas devin et ne pourrez donc jamais dire avec certitude si un investissement immobilier est réellement à risque ou non. Cependant, avant d’investir, nous vous recommandons tout de même de ne pas négliger certains points qui pourront vous mettre sur la voie et vous faire présager d’un mauvais investissement. Parmi ceux-là, commencez toujours par analyser l’emplacement du bien que vous envisagez d’acquérir. Dans quel quartier se situe-t-il ? Est-il plutôt dynamique, résidentiel ? Y a-t-il des transports en commun à proximité, des écoles, des commerces, des lieux culturels ? Toutes ces questions pourront commencer à vous donner des indications sur l’attrait que le bien peut avoir sur de potentiels locataires, mais aussi vous aiguiller quant au type de logement à y acheter. Si le quartier est étudiant, il vous faudra vous diriger vers une petite surface, alors que s’il est habité par des familles, privilégiez les biens comptant au minimum deux chambres.

Cette réflexion vous évitera certainement de longues périodes de vacance locative. N’hésitez pas non plus à vous renseigner sur le promoteur qui a construit ou qui est en train de faire sortir de terre le bien. Est-il connu ? Existe-t-il depuis longtemps ? Vous pouvez même vous rendre dans des résidences déjà construites par ce promoteur afin de discuter avec les occupants actuels et vous faire une meilleure idée de la qualité de son travail. Enfin, nous ne pouvons qu’insister sur le fait de vous faire accompagner par un expert en gestion de patrimoine.

S’il pourra vous aider à répondre à toutes ces considérations, il vous aidera également à y voir plus clair d’un point de vue financier et fiscal. En analysant votre situation, il vous permettra de construire solidement votre dossier d’investissement et vous mettra certainement en relation avec un courtier afin de vous aider à négocier le meilleur financement possible pour votre projet. Par ailleurs, si vous choisissez d’investir en actionnant certains leviers de défiscalisation, il pourra vous accompagner de A à Z dans toutes vos démarches afin que votre investissement ne puisse pas être remis en question par le fisc.

Les dernières actualités

Fiscalité : les taxes complémentaires qui pèsent sur les propriétaires

Les taxes locales sont identifiées par les contribuables : taxe foncière sur le bâti, sur le non bâti, taxe d'habitation et cotisation foncière des entreprises. ...

Rénovation énergétique : les copropriétés ont désormais droit au dispositif MaPrimeRénov’

Depuis le 1er octobre 2020, tous les propriétaires peuvent bénéficier du dispositif en faveur de la rénovation énergétique des logements. Il peut toujours s’agir des ...

Douches à l’italienne obligatoires dans les logements neufs : le BTP réclame 4 ans d’expérimentation

Un arrêté, publié mi-septembre, qui complète les dispositions de la loi ELAN de 2018, revient sur la notion de salles de bain évolutives pour les ...

Copropriété : les syndics retardataires seront désormais pénalisés

La loi ELAN, entrée en vigueur en novembre 2018, prévoit des pénalités pour les syndics qui tarderaient à transmettre des documents réclamés par le syndicat ...

Consulter toute l'actualité