Loi Pinel : la zone B2 exclue du dispositif en 2019

Publié le 25/01/2019

Investir en Pinel dans les zones les plus rurales ? Ce ne sera bientôt plus possible. Même si elle a pu bénéficier d’une année de répit, la zone B2 sera en effet exclue du dispositif de défiscalisation à la fin du mois, au même titre que la zone C. Pour certains professionnels de la construction en région comme en Bretagne par exemple, il s’agit d’une mauvaise nouvelle qui pourrait freiner le dynamisme immobilier.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Loi Pinel : la zone B2 exclue du dispositif en 2019

Zone B2 : plus que quelques jours pour investir en Pinel

La loi de finances 2018 l’avait annoncé, celle de 2019 l’a confirmé. La zone B2 ne sera plus éligible au dispositif Pinel après le 31 janvier 2019. Cette zone géographique constituée de petites et moyennes communes souvent éloignées des grandes agglomérations est, en effet,considérée comme détendue. Autrement dit, il y a suffisamment de logements par rapport à la demande. On y trouve des villes comme Angers, Angoulême, Bourg-en-Bresse, Brive-la-Gaillarde, Dax, Narbonne, Niort, Quiberon, Quimper, Rodez, Saint-Émilion, Saintes, Trouville-sur-Mer, Vannes ou encore Vichy.

À l’automne 2017, Jacques Mézard et Julien Denormandie avaientt voté le recentrage du dispositif de défiscalisation Pinel sur les zones tendues, A, Abis et B1, préférant optimiser l’effort de construction en le concentrant dans les villes connaissant une pénurie de logements. Mais face à la pression des professionnels de l’immobilier, le Gouvernement avait consenti à retarder l’exclusion de la zone B2 d’une année.

fin-zone-b2

Un coup dur pour le dynamisme de nombreuses villes moyennes

À compter du 1er février 2019, seules les communes situées dans les zones A, Abis et B1 pourront prétendre au dispositif Pinel. Il s’agit de Paris et de 29 villes situées aux alentours, d’une autre partie de l’Île-de-France, de la Côte d’Azur, des agglomérations de Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, des grandes villes françaises de plus de 250 000 habitants ainsi que des zones géographiques prisées où le prix des logements est généralement élevé à l’image de Bayonne, Saint-Malo, la Rochelle, Annecy ou encore Chambéry.

À Brest, 30 % des constructions sont issues du dispositif Pinel. Une loi à l’origine de 1500 nouveaux logements en 2017 et 1230 en 2018 qui contribue à faire venir 800 nouveaux habitants chaque année.

Pour les collectivités locales, mais aussi les professionnels de l’immobilier exerçant en zone B2, cette mesure n’est pas une bonne nouvelle. Jusqu’à présent, la loi Pinel a permis de booster le secteur de la construction, la plupart des logements neufs sont d’ailleurs intimement liés au dispositif de défiscalisation, comme c’est le cas à Brest par exemple. Qui plus est, l’apport de nouveaux logements dans une commune a souvent un impact positif sur l’économie locale et l’emploi. De nombreux édiles redoutent ainsi que l’arrêt du dispositif ne vienne freiner le développement de leur commune et contribue, dans le pire des cas à un exode rural.


Dernières Actualités

Isolation à 1 euro, gare aux arnaques

Publié le 21/08/2019

L’été et ses longs congés est un moment propice au commencement des travaux de rénovation. Et dans un contexte où l’économie d’énergie est au cœur de nombreuses préoccupations, isoler ses combles ou ses murs pour 1 euro seulement peut être tentant. Pourtant, dans une note du 1er août, la DGCCRF alerte sur des arnaques téléphoniques et des sites Internet frauduleux qui se multiplient.

Amiante : le nouveau diagnostic obligatoire, même pour les petits travaux

Publié le 14/08/2019

La liste des diagnostics immobiliers obligatoires s’allonge. Imposé aux professionnels de la construction depuis 2016, c’est plus exactement le repérage amiante avant travaux qui se généralise depuis le 16 juillet, en devenant une obligation pour les particuliers. Les contrevenants s’exposent à une amende pouvant aller jusqu’à 18 000 euros.

Impôt sur le revenu : il est encore temps de corriger sa déclaration.

Publié le 07/08/2019

Le service de télécorrection de l’administration fiscale est ouvert depuis le 31 juillet. Il permet aux foyers fiscaux qui ont déclaré leurs revenus en ligne et qui viennent de recevoir leur avis d’imposition, de modifier ou corriger leur télédéclaration. Aucune réclamation n’est donc nécessaire. Le service est accessible uniquement en ligne, jusqu’à la fin de l’année.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière