Investissement à la montagne : booster sa fiscalité grâce au statut de LMNP

Publié le 18/03/2019

Si l’investissement dans l’immobilier de tourisme répond à des règles strictes, il permet également de bénéficier d’une fiscalité avantageuse. À condition de choisir scrupuleusement sa destination, son statut et le mode de location. Le statut de loueur en meublé non professionnel permet d’optimiser cette fiscalité.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Investissement à la montagne : booster sa fiscalité grâce au statut de LMNP

De plus en plus de résidences secondaires en France

En 2017, l’INSEE recensait quelque 3,4 millions de résidences secondaires en France, soit 10 % des logements de l’hexagone. En trente ans, cette proportion a grimpé de 28 %, signe de l’engouement des Français pour les logements occasionnels.

Mais lorsqu’on décide d’acquérir un logement secondaire, on fait aussi le choix de réaliser un « investissement perdant » financièrement parlant en tout cas. Car à moins de résider à proximité de sa résidence secondaire et d’en profiter régulièrement, elle n’est en moyenne utilisée que quatre semaines par an tout au plus. Notamment, lorsque l’investissement se situe à la montagne.

LMNP, parahôtellier, les statuts pour compenser la fin du Censi-Bouvard

Pour optimiser leur acquisition au pied des pistes, certains acheteurs font le choix de réaliser un investissement locatif. Dans ce cas, c’est le statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) en résidence de tourisme qui s’impose. Le plus intéressant fiscalement. Il permet en effet d’alléger l’imposition sur les revenus locatifs grâce notamment à la déduction des charges locatives et des intérêts d’emprunt. Le statut de loueur en meublé parahôtellier offre également de réels avantages. Investir dans le neuf permet, comme avec le LMNP, de récupérer la TVA sur le prix d’achat du bien.

Le propriétaire, pour accéder à cette fiscalité peut alors faire le choix d’acquérir un bien situé dans une résidence de tourisme ou de confier la gestion de son logement loué meublé à un prestataire. Dans ce cas, la prestation doit inclure l’hébergement, mais également le petit-déjeuner, le ménage, la fourniture du linge de maison ou la remise des clefs.

Outre des avantages fiscaux indéniables, la résidence de tourisme offre la garantie des loyers et une rentabilité généralement intéressante. De quoi rassurer les investisseurs attirés par le dispositif Censi-Bouvard qui exclut désormais les résidences de tourisme.

Immobilier locatif à la montagne : focus sur les Pyrénées

Alors que dans les Alpes du Nord, le prix moyen des logements au m² flirte avec les 5 000 €, il est possible de réaliser de bonnes affaires en se dirigeant un peu plus à l’ouest. Dans les Pyrénées et plus précisément dans la station d’Ax 3 Domaines, le prix moyen d’un logement est de 1 297 € du m². Un atout complété par des qualités géographiques. Le domaine offre en effet 80 kilomètres de pistes, de quoi s’adonner aux sports de glisse en hiver, mais également à la randonnée et au VTT en été.

Non loin de là, le domaine du Tourmalet affiche un prix moyen de 1 448 €/m². Plus grand domaine skiable des Pyrénées françaises avec ses 100 km de pistes, le Tourmalet permet pourtant d’acheter une résidence de tourisme à des conditions attractives.

Toujours en dessous de la moyenne des prix dans les Pyrénées, la station de Luz-Ardiden complète le trio. En moyenne, les prix de l’immobilier se situent autour de 1 638 €/m². Le domaine propose quelque 60 kilomètres de pistes skiables.

investissement-montagne-fiscalité

10 391 €

Pour acquérir un logement dans la station de Val d’Isère, il faut débourser en moyenne 10 391 €/m² sans compter les 300 € hebdomadaires nécessaires à l’achat du forfait de ski. Très prisée de la clientèle britannique, la station des Alpes est la plus chère de France.


Dernières Actualités

Épidémie de coronavirus : peut-on reporter le paiement des charges ou des travaux de copropriété ?

Publié le 03/04/2020

Travaux de copropriété à l’arrêt : les copropriétaires s’interrogent Chaque année, de nombreuses copropriétés votent des travaux lors des assemblées générales. Ravalement de façade, rénovation de la toiture, réfection des parties communes, de la cage d’escalier, installation d’un nouvel ascenseur, sont autant de postes de dépenses que doivent régler les copropriétaires en fonction de la…

Copropriétés et coronavirus : les mandats des syndics vont être prolongés

Publié le 01/04/2020

En copropriété, le mandat d’un syndic est obligatoire pour une durée maximale de trois ans. Or, alors que la France est confinée, les assemblées générales doivent être reportées. Afin d’accompagner les copropriétés dont les syndics voient leur mandat prendre fin en cette période de crise, le gouvernement a prorogé exceptionnellement les contrats.

Impôts sur le revenu 2020 : ce qu’il faut savoir !

Publié le 30/03/2020

Malgré l’entrée en vigueur du prélèvement à la source (PAS), de nombreux contribuables français devront, cette année encore, remplir et envoyer au fisc leur déclaration d’impôt avant la date limite. Une fois n’est pas coutume, le calendrier fiscal est connu depuis début février, il inclut la baisse de l’impôt sur le revenu pour environ 40 % des foyers fiscaux. Mais avec la crise liée au coronavirus, le Gouvernement n’exclut pas quelques ajustements.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière