Impôts : pourquoi certains bailleurs de meublé ont dû payer plus que prévu ?

Publié le 02/10/2019

Avec l’entrée en vigueur du prélèvement à la source en janvier dernier, la plupart des contribuables n’ayant perçu que des revenus courants en 2018 s’attendaient à ne pas payer d’impôt sur le revenu cette année grâce au crédit d’impôt. Mais en septembre, certains foyers ont eu la désagréable surprise de recevoir un avis d’imposition salé. Si la plupart des ménages concernés sera remboursée, ils devront patienter un an.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Impôts : pourquoi certains bailleurs de meublé ont dû payer plus que prévu ?

Un crédit d’impôt destiné à effacer les revenus courants de l’année 2018

En même temps qu’est entré en vigueur le prélèvement de l’impôt à la source, l’exécutif a mis en place le CIMR, pour crédit d’impôt de modernisation du recouvrement. Afin d’éviter que les ménages français ne soient doublement imposés en 2019, sur les revenus de 2018 en plus des revenus de 2019, le Gouvernement a donc tout simplement effacé l’ardoise des revenus 2018. En tout cas pour les revenus qualifiés de non-exceptionnels tels que les salaires et les pensions de retraite. Les revenus exceptionnels comme les primes ont fait l’objet de la taxation habituelle.

Mais pour se prémunir contre les optimisations fiscales permettant de faire passer des revenus exceptionnels pour des revenus courants, et ainsi profiter de l’année blanche, l’administration fiscale a mis en place un dispositif dont les effets ont pénalisé certains contribuables pourtant dans leur bon droit.

Des bénéfices industriels et commerciaux lourdement imposés à tort en 2018

Parmi ceux qui ont dû s’acquitter de l’impôt sur les revenus de 2018, se trouvent de nombreux propriétaires-bailleurs de logements meublés. Les rentes directement liées à ces logements, imposés au titre des BIC (bénéfices industriels et commerciaux), sont considérées comme des revenus courants dès lors qu’ils n’excèdent pas le plus haut bénéfice réalisé dans les années 2015, 2016 et 2017.

Et c’est là que le bât blesse. Les bailleurs ayant débuté leur activité de loueur en meublé à la fin de l’année 2017 ont donc perçu en 2018 des revenus fonciers tirés des loyers qu’il n’était pas possible de comparer avec une autre année fiscale. L’administration a donc considéré ces revenus 2018 comme exceptionnels et a appliqué une imposition qui est, dans certains cas, importante.

Les revenus 2018 considérés à tort comme exceptionnels en 2019 feront l’objet d’une régularisation automatique par l’administration fiscale en 2020.

Ces revenus sont pourtant des revenus courants tant sur la forme que sur le fond. Mais que les contribuables concernés se rassurent. L’an prochain, le fisc comparera les revenus issus de la location meublée en 2019 avec ceux déclarés au titre de l’exercice 2018. S’ils sont supérieurs ou équivalent, ils seront remboursés au mois de septembre 2020. Les contribuables imposés au titre des bénéfices non-commerciaux (BNC) et des bénéfices agricoles (BA) sont également dans ce cas.


Dernières Actualités

Zones tendues : le droit de propriété des terrains remis en question

Publié le 22/11/2019

C’est un rapport qui fait d’ores et déjà débat. Il recommande au Gouvernement de distinguer le bâti et le foncier dans les zones tendues où trouver à se loger peut-être difficile. Les objectifs sont clairs : donner une plus grande capacité d’action aux élus locaux et contenir la hausse des prix des logements. Une annonce qui remet en cause le droit de propriété.

Logements vacants : les bailleurs pourraient payer un loyer fictif

Publié le 20/11/2019

Pour lutter contre la tension immobilière qui règne dans les grandes villes et notamment à Paris, la notion de « loyer fictif » vient de ressurgir. Il s’agirait pour les propriétaires d’un logement inoccupé de payer une pénalité sous forme de loyer équivalent aux prix du marché. Pour certains, l’annonce est un effet d’aubaine lié aux élections électorales alors qu’existe déjà une taxe sur les logements vacants.

Exonération d’IFI pour certains monuments historiques : le gouvernement et l’Assemblée sont contre

Publié le 18/11/2019

Un amendement destiné à exonérer partiellement d’impôt sur la fortune immobilière certains propriétaires, vient d’être rejeté par l’Assemblée. L’idée du député LR Gilles Carrez était de protéger les monuments historiques situés en zones rurales. Une niche fiscale que l’exécutif n’a pas jugée pertinente pour aider le patrimoine français.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière