Location meublée : plus que quelques jours pour choisir sa fiscalité

Publié le 29/01/2020

Les investisseurs locatifs qui optent pour la location meublée doivent choisir le traitement fiscal qui sera réservé à leur bien. Pour ce faire, ils ont jusqu’au 1er février pour choisir entre le régime micro-BIC et le régime réel. Si le premier s’applique automatiquement dès lors que les revenus fonciers annuels sont inférieurs à 70 000 euros, est-il pour autant le plus intéressant ? Faisons le point.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Location meublée : plus que quelques jours pour choisir sa fiscalité

Le régime micro-BIC s’applique automatiquement pour la plupart des propriétaires-bailleurs

Les ménages ayant un appartement meublé en location n’ont plus que quelques jours pour calculer lequel des deux régimes fiscaux du micro-BIC (bénéfices industriels ou commerciaux) ou du régime réel est le plus rentable. À première vue, l’option micro-BIC est la plus simple. Elle est, en tous cas, appliquée automatiquement aux contribuables qui ne dégagent pas plus de 70 000 euros de revenus issus des loyers par an, soit 5 833 euros par mois. En outre, le régime micro-BIC permet de bénéficier d’un abattement de 50 % sur les loyers perçus. Mais, en contrepartie, il n’est possible de déduire aucune charge.

L’option micro-BIC est donc relativement simple, car les contribuables concernés doivent uniquement déclarer le montant annuel des loyers perçus, sans déduction ni calcul spécifique.

Exemple : Un ménage ayant deux appartements proposés en location meublée, l’un pour un loyer de 450 € par mois, l’autre de 600 €, perçoit 1 050 € de revenus fiscaux par mois, soit 12 600 € de revenus annuels. Sans indications contraires de sa part, c’est l’option micro-BIC qui s’applique et qui lui permet de n’être imposé que sur 6 300 € (12 600/2).

Le régime réel pour déduire les charges et générer du déficit foncier

Une autre option permet, dans certains cas, de diminuer la base d’imposition, c’est le régime réel. Dans ce cas, le propriétaire-bailleur peut déclarer le montant des loyers duquel il peut déduire la plupart des charges tout en amortissant la valeur du bien et du mobilier. Plus précisément, les intérêts d’emprunt, d’assurance de prêt, les frais d’entretien, de réparations, la taxe foncière, les travaux de rénovation et de petites réparations et les charges de copropriété doivent être consignés dans un document appelé déclaration de résultat. Cette démarche contraignante doit faire l’objet d’un suivi minutieux, chaque déclaration devant être justifiée pour ne pas être contestée par le fisc.

Pour ce faire, il est vivement conseillé de faire appel à un professionnel tel qu’un expert-comptable dont les honoraires font partie des frais déductibles.

Le régime réel s’adresse en priorité aux propriétaires qui souhaitent réduire fortement leurs revenus fonciers et pourquoi pas créer du déficit. Ce dernier peut être reporté sur les revenus tirés des locations meublées des dix années suivantes. Attention, un déficit généré sous le statut LMNP (loueur en meublé non-professionnel) ne peut être imputé les années suivantes que si le bailleur conserve son statut de LMNP.


Dernières Actualités

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Loi de finances 2021 : plusieurs dispositifs de défiscalisation prorogés

Publié le 06/01/2021

Votée et publiée au Journal officiel le 30 décembre, la loi de finances pour 2021 favorise les réductions et crédits d’impôt afin d’inciter les particuliers à investir leur épargne. Plusieurs dispositifs de défiscalisation, qui devaient disparaître, sont finalement prolongés.

Quelles locations meublées sont soumises aux cotisations ?

Publié le 30/12/2020

La loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021 (PLFSS) a été promulguée et publiée au Journal Officiel du 15 décembre. Il pourrait dès lors y avoir quelques changements concernant les prélèvements et cotisations sociales des loueurs en meublé. Pour rappel, depuis la loi de finances pour 2020, les loueurs en meublé n’ont plus pour obligation de s’inscrire au registre du commerce et des sociétés (RCS) pour être considérés comme professionnels, le changement de statut se fait donc parfois à leur insu.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière