La location meublée est-elle une bonne affaire ?

Publié le 14/02/2018

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. La location meublée est-elle une bonne affaire ?

Gestion du bail plus souple, revenus locatifs plus avantageux, fiscalité plus favorable… La location meublée présente de nombreux avantages. Par ailleurs, la loi de finances 2018 s’est avérée relativement favorable aux propriétaires de logements meublés loués en tant que résidence principale, de relancer l’attractivité de ce types de locations.

Les nouveautés liées à la loi de finances 2018

La principale nouveauté apportée par la loi de finances 2018 touche aux plafonds de revenus locatifs permettant de prétendre au régime micro-BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux). En effet ces derniers ont été revus à la hausse, passant de 33 200 € à 70 000 €. Un seuil également revu à la hausse pour les locations saisonnières classées, passant de 82 800 € auparavant à 170 000 € aujourd’hui.
Ce régime micro-Bic est très intéressant pour les propriétaires puisqu’il leur permet de bénéficier d’un abattement de 50 % sur leurs revenus bruts. Ce même abattement est de 71 % pour les locations saisonnières classées. Cependant, il ne permet pas de déduire aucune autre charge.
Dans le cas où le montant annuel dépasse l’abattement forfaitaire concédé par le régime micro-Bic, il est peut-être plus intéressant de choisir le régime réel. Ce dernier permet de déduire les charges telles que les intérêts d’emprunt, les travaux, les frais comptables… Ce régime permet également d’amortir l’immeuble ainsi que le mobilier l’équipant.

Au-dessus de 70 000 € de revenus locatifs annuels, le propriétaire passe obligatoirement sous le statut de Loueur en Meublé Professionnel, LMP. Ce statut n’autorise pas d’être imposé sous le régime de micro-BIC.

Les avantages de la location meublée

Tout d’abord concernant le bail. Dans le cadre d’une location nue, le bail est de trois ans. Pour une location meublée, la durée du bail est de un an.

Toute personne qui loue un logement meublé, que la location s’accompagne ou non de prestations secondaires, bénéficie d’un contrat établi par écrit d’une durée d’un an dès lors que le logement loué constitue sa résidence principale. A l’expiration de ce contrat, le bail est tacitement reconduit pour un an. (Article L. 632-1 du Code de la construction)

Lorsque le bien est loué à un étudiant, la durée du bail peut-être réduite à 9 mois.

De plus, un logement entièrement meublé et équipé sera loué plus cher. Comptez 10 % de plus à Paris et 20 % en province. Il affichera par conséquent une rentabilité plus importante.

Enfin, les propriétaires ayant le statut de Loueurs en Meublé Professionnel, LMP, pourront être exonérer de l’impôt sur la fortune Immobilière, IFI. Pour cela, ils devront remplir trois conditions :

  • Être inscrit en qualité de loueur en meublé professionnel au registre du commerce et des sociétés
  • Réaliser au moins 23 000 € de recettes annuelles
  • Que les revenus issus des locations meublées sont supérieurs aux autres revenus du foyer

Un avantage non-négligeable au moment de la retraite.
Ils pourront également déduire la quasi-totalité de leurs charges et amortir à la fois le logement et le mobilier.

Les mesures anti-Airbnb relance la location meublée

Depuis la fin de l’année dernière, de plus en plus de propriétaires se tournent à nouveau vers la location meublée traditionnelle, délaissant de progressivement la location meublée touristique.
Une situation qui s’expliquerait par les mesures drastiques prises par la mairie de Paris afin de décourager les propriétaires de passer par des plateformes comme AirBnb pour louer leur bien. En effet, depuis le 1er décembre dernier, ces derniers ont l’obligation de faire enregistrer auprès de la mairie leurs biens loués pour des courtes durées. Cette démarche leur permet d’obtenir un numéro d’immatriculation à afficher sur leurs annonces de location. Et en cas de location illégale, ils encourent une amende de 50 000 €. De quoi refroidir certains propriétaires.
Les villes de Lyon et Bordeaux devraient en faire autant très prochainement.

Enfin, deux autres mesures devraient finir de convaincre les propriétaires de revenir à la location meublée traditionnelle :

  • La fin de l’encadrement des loyers qui permet aux propriétaires de louer leur bien à un loyer plus intéressant
  • La création d’un bail mobilité qui permettra aux propriétaires de proposer des baux de location d’une durée de 1 à 10 mois contre un an actuellement

Dernières Actualités

De la mérule dans votre logement, que faire ?

Publié le 17/06/2019

La mérule, ce champignon qui se nourrit de la cellulose du bois, est un véritable fléau pour qui y est confronté. Il peut engendrer des dégâts dans les bâtiments à une vitesse fulgurante. Les locataires et les propriétaires d’un logement qui constatent sa présence ont, depuis quelques années, pour obligation de le déclarer en mairie. Explications.

Cuisine : les astuces pour optimiser sa rénovation

Publié le 14/06/2019

Famille et amis s’y retrouvent volontiers pour manger, mais aussi pour discuter. La cuisine est aujourd’hui devenue une pièce de vie à part entière, pour les grands gastronomes aussi bien que pour les adeptes du four à micro-ondes. Et lorsqu’il s’agit de la rénover, il est conseillé de respecter certaines étapes clé et de ne pas oublier de la déduire de ses revenus. Explications.

Encadrement des loyers : les plafonds appliqués à Paris dès juillet

Publié le 12/06/2019

Le 1er juillet prochain signera le grand retour de l’encadrement des loyers à Paris, comme l’a confirmé un arrêté préfectoral publié le 29 mai dernier. Cette mesure, qui concernera les premières mises en location ainsi que les renouvellements de location, n’a pas la faveur de tous les acteurs du secteur. Les organisations professionnelles préparent déjà leurs actions pour faire annuler une mesure jugée contre-productive.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière