Des règles fiscales assouplies pour les loueurs en meublé

Publié le 01/10/2018


Le statut de loueur en meublé, qu’il soit professionnel ou non, est encadré par un certain nombre d’obligations et de lois. Surtout depuis l’essor des plateformes de location entre particuliers. Pour bénéficier des avantages fiscaux rendus possibles par ce statut, les propriétaires doivent respecter les règles du jeu. Même si elles se sont récemment assouplies.

Louer un appartement meublé : statut professionnel ou non ?

Louer un bien meublé pour la première fois nécessite une déclaration préalable de début d’activité. Et ceci qu’importe la durée de la location, le régime fiscal choisi, y compris pour les meublés de tourisme. En effet, dans un délai maximal de 15 jours après la première mise en location, les propriétaires-bailleurs doivent impérativement remplir le formulaire P0i, pour le statut de loueur meublé non-professionnel (LMNP), et le PO CMB pour le statut de loueur meublé professionnel (LMP).

Pour rappel, le statut de LMNP est automatiquement attribué aux bailleurs déclarant leur activité, dès lors que les revenus issus des locations ne dépassent pas 23 000 €/an et ne représentent pas plus de 50 % des revenus globaux. Quant au statut de LMP, il correspond aux bailleurs qui dépasseraient ces plafonds.

Meublé de tourisme : gare à la réglementation

La location meublée de tourisme répond également à quelques règles spécifiques. Ainsi, dans certaines grandes agglomérations, il est indispensable de déclarer en plus son activité à la mairie. C’est notamment le cas à Bordeaux et dans certains arrondissements de Paris.

« Depuis début janvier 2018, Airbnb a mis en place un outil automatique et ciblé limitant la durée annuelle maximale de location sur le site à 120 jours par an pour les logements entiers situés dans les arrondissements centraux de Paris (75001, 75002, 75003 et 75004) ».

Alors que la réglementation était jusqu’à présent floue, depuis le 1er janvier 2017, les particuliers loueurs d’appartements de tourisme sur de courtes durées doivent déclarer leurs revenus et choisir un régime fiscal. Micro-entrepreneur avec des cotisations de 22 % sur les loyers annuels, régime général avec les mêmes cotisations que les salariés, ou sécurité sociale des indépendants, les cotisations étant calculées sur le montant des bénéfices.

Cette obligation ne concerne toutefois que les loueurs de tourisme au statut de LMP. Autrement dit, ceux qui tirent plus de 23 000 € de leur location chaque année. En-deçà, c’est le statut de LMNP avec des prélèvements sociaux de l’ordre de 17,2 % qui sont appliqués, en plus de l’impôt sur le revenu.

Attention toutefois, le Gouvernement a récemment précisé que les propriétaires dégageant plus de 23 000 € de revenus d’une location meublée de tourisme, mais ayant confié leur gestion immobilière à une agence n’étaient pas soumis à ces obligations. Par le terme « agence », l’Etat a cependant bien précisé exclure les plateformes telles que Booking, Airbnb ou Abritel.


Dernières Actualités

Suppression de la taxe d’habitation : nouveau rebondissement pour les ménages les plus aisés

Publié le 24/05/2019

La suppression de la taxe d’habitation, mesure phare du quinquennat Macron, est aussi attendue que décriée. Si pour les 80% des ménages français les plus modestes, la réforme est en route, pour les 20% des plus riches en revanche, c’est la valse-hésitation. Comme l’a récemment rappelé le premier Ministre, tous les Français seront à termes exonérés de taxe d’habitation mais les plus riches devront patienter.

Immobilier locatif : pourquoi faire appel à une agence ?

Publié le 22/05/2019

Les propriétaires qui décident de se lancer dans l’immobilier locatif peuvent espérer bénéficier de revenus complémentaires tirés des loyers, voire même de quelques avantages fiscaux. Mais, pour cela, il est également nécessaire de pouvoir assumer une bonne dose de tâches administratives. Dans le cas de la mise en location de son bien, l’agent immobilier peut apporter ses conseils avisés.

Première déclaration d’impôts : demandez au fisc votre taux personnalisé

Publié le 20/05/2019

Avec l’entrée en vigueur de prélèvement à la source, les contribuables qui effectuent leur première déclaration se voient automatiquement affecter un taux d’imposition par défaut. Ce taux est adapté au plus grand nombre et non aux situations particulières. Dans certains cas, il peut être utile de demander, dès maintenant, à l’administration fiscale, son taux personnalisé. Dans le cas contraire, il faudra attendre un an.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière