Investissement locatif : la colocation meublée ne présente-t-elle que des avantages ?

Publié le 21/02/2020

Rentabiliser au maximum son investissement tout en réduisant sa fiscalité, tel est le souhait de tous les investisseurs immobiliers. Pour ce faire, la tendance consiste à recourir à la colocation meublée, une combinaison qui permet d’assurer un rendement jusqu’à 15 % supérieur à celui d’une location classique. Attention toutefois, si les atouts sont nombreux, la colocation meublée nécessite des capacités de gestion quotidienne et minutieuse.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Investissement locatif : la colocation meublée ne présente-t-elle que des avantages ?

La colocation rapporte jusqu’à 15 % de plus qu’une location au bailleur

La colocation meublée est à la mode chez les investisseurs immobiliers. Elle offre de nombreux avantages, le premier étant le partage des loyers entre plusieurs locataires, ce qui permet de trouver plus facilement des candidats, ce notamment chez les jeunes et les étudiants.

En pratique, chaque colocataire paie mensuellement une quote-part du loyer pour disposer d’une chambre individuelle et jouir pleinement du reste du logement, autrement dit les parties communes. Les maisons et les appartements de trois pièces sont dans ce cas les plus rentables.

8 %

Louer son logement à plusieurs colocataires permet de bénéficier d’un rendement supérieur de 10 à 15 % par rapport à un bien loué à un locataire unique. Dans ce cas, la rentabilité annuelle peut atteindre 6 à 8 %.

La colocation permet en outre de réduire les risques d’impayés et de vacance locative. Même en cas de départ d’un des habitants, le loyer continue d’être supporté par les autres.

Location meublée : une liste de 11 équipements obligatoires depuis 2015

rentabilité-location-meublée

Les investisseurs qui optent pour la colocation l’associent généralement à la location meublée non-professionnelle. Conformément au décret du 31 juillet 2015, le logement doit alors être proposé prêt à vivre et disposer de l’équipement et du mobilier minimum requis. Si la réglementation impose par exemple la présence d’une literie et d’ustensiles de cuisine, il peut être judicieux de proposer davantage de confort et pourquoi pas une touche de décoration et de modernité afin de se démarquer de la concurrence et d’être certain de trouver preneur.

Côté fiscalité, le propriétaire bailleur est imposé au titre des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et non plus des revenus fonciers.

Colocation meublée : plus de turnover et de dégradations

Si la colocation présente de nombreux atouts, elle est surtout pertinente en zone tendue, où trouver un logement coûte cher et peut être difficile. En outre, les villes dynamiques, sièges d’écoles, d’universités et disposant d’une offre de transports en commun suffisante sont les plus susceptibles d’offrir une forte rentabilité liée à la colocation.

À noter également que la colocation est confrontée à un turn-over important lié notamment au profil des locataires. Cette contrainte oblige donc le bailleur à trouver régulièrement de nouveaux candidats. De plus, la présence de plusieurs habitants dans un même lieu peut contribuer à une dégradation plus rapide du bien lui-même, mais aussi de ses équipements. Le plus difficile dans la colocation meublée est donc de tenir dans la durée.


Dernières Actualités

Fiscalité : les taxes complémentaires qui pèsent sur les propriétaires

Publié le 30/10/2020

Les taxes locales sont identifiées par les contribuables : taxe foncière sur le bâti, sur le non bâti, taxe d’habitation et cotisation foncière des entreprises. Mais d’autres prélèvements viennent plomber la fiscalité des propriétaires. Sans compter la taxe foncière qui a grimpé en moyenne de plus de 30 % ces dix dernières années. Faisons le point.

Rénovation énergétique : les copropriétés ont désormais droit au dispositif MaPrimeRénov’

Publié le 28/10/2020

Depuis le 1er octobre 2020, tous les propriétaires peuvent bénéficier du dispositif en faveur de la rénovation énergétique des logements. Il peut toujours s’agir des propriétaires occupants, mais les propriétaires bailleurs ainsi que les copropriétaires sont également éligibles. L’aide allouée peut atteindre 25 % du montant total des travaux réalisés dans les parties communes.

Douches à l’italienne obligatoires dans les logements neufs : le BTP réclame 4 ans d’expérimentation

Publié le 26/10/2020

Un arrêté, publié mi-septembre, qui complète les dispositions de la loi ELAN de 2018, revient sur la notion de salles de bain évolutives pour les logements neufs. Dès l’an prochain, il sera obligatoire de construire une douche de plain-pied dans les nouveaux logements, ou de rendre son installation possible et rapide dans le cas d’une baignoire. Une obligation dénoncée par les professionnels du BTP, qui souhaitent que soit mise en place une phase de test avant la généralisation.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière