Immobilier locatif : les loyers en meublés sont en forte augmentation

Publié le 04/11/2019

Sur les douze derniers mois, le montant des loyers des locations meublées a augmenté deux fois plus vite que celui des locations vides. Dans certaines grandes villes, la hausse atteint même des records. À Rennes, Nantes et Saint-Etienne par exemple, il faut débourser 10 % de plus en septembre pour se loger en meublé par rapport à l’automne dernier.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Immobilier locatif : les loyers en meublés sont en forte augmentation

C’est à Paris, Nice et Lyon que louer son logement coûte le plus cher

+ 2,5 % pour les locations vides et + 5,2 % pour les locations en meublé. Telle est l’évolution du montant des loyers en France, en un an. Si c’est sans surprise à Paris que se loger coûte le plus cher, d’autres villes de France ont connu une forte hausse de leurs loyers sur les douze derniers mois.

En septembre 2019, le logement type est un appartement de 57 m² loué vide 722 € charges comprises ou une location meublée de 56 m² louée 769 € charges comprises.

À Paris, il faut débourser en moyenne 1 620 € pour une location nue et 1 841 € pour une location meublée, en hausse respective de 4,9 % et 4,3 % en un an. C’est ensuite à Nice que se loger coûte le plus cher avec 855 € en moyenne pour une location vide, en hausse de 1,2 % en un an. En matière de location meublée, c’est Lyon qui se place en suite du classement. Les investisseurs locatifs fixent en moyenne des loyers à 988 € en hausse de 1,5 % en douze mois. Plus au sud, Aix-en-Provence affiche des loyers élevés dans les deux cas avec 850 € pour une location nue et 911 € pour un meublé.

En région, les loyers des locations meublées là aussi en forte hausse

locations-meubles-forte-hausse-loyers

Dans d’autres villes françaises, se loger est toujours abordable même s’il convient de distinguer la location vide et la location meublée et tenir compte des évolutions au fil du temps. Ainsi à Rennes, un logement vide coûte environ 634 € en hausse de 1,9 % en un an. Mais sur cette même année, la ville affiche une hausse record des loyers des locations meublées dont la moyenne est désormais de 645 €, soit une augmentation de 15,2 % sur les douze derniers mois. Même tendance à Saint-Etienne qui a même connu une perte de vitesse des loyers en location nue soit 485 € en moyenne, en baisse de 1,3 % en un an. En revanche, il faut désormais débourser 548 € pour un logement stéphanois meublé, en augmentation de 10,6 % en un an.

Et les grandes agglomérations n’ont pas le monopole de la hausse des prix. Ainsi, le prix des résidences principales meublées sont en hausse de 23,9 % à Caen, 21,3 % à Orléans et 15,7 % à Angers.

À Bordeaux, Toulouse, Marseille, Montpellier et Grenoble, les évolutions sont globales mais plus mesurées tant sur les loyers de logements vides que des logements meublés.


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière