Immobilier locatif : nouveau dynamisme du secteur en 2019 ?

Publié le 31/12/2018

Si l’on en croit le nom de la nouvelle loi promulguée le 23 novembre dernier, le logement s'apprête à connaître un nouvel élan en 2019. De nouveaux dispositifs combinés à des taux d’emprunt toujours bas malgré les prévisions pourraient en effet insuffler un rebond à un secteur qui a tourné au ralenti en 2018. Pour les investisseurs locatifs, l’année 2019 pourrait donc être celle des projets.


Des taux toujours très bas malgré quelques hausses en fin d’année

Malgré une légère remontée observée depuis le début de l’automne, les taux d’intérêt d’emprunt sont toujours bas en cette fin d’année. Pour le plus grand bonheur des particuliers et des investisseurs qui peuvent finaliser leurs projets immobiliers avant la nouvelle année et son lot d’incertitudes.

Ces taux bas et l’entrée en vigueur de la loi ELAN (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) pourraient permettre de redynamiser le secteur de l’immobilier locatif qui a perdu de sa superbe en 2018.

13 %

13 % c’est le pourcentage de projets justifiant un prêt immobilier en novembre 2018. Un chiffre en baisse de 3 points par rapport à celui observé en décembre 2017

Il faut dire que la loi ELAN est aussi décriée qu’approuvée. Pour les propriétaires-bailleurs, elle offre une plus grande protection contre les impayés et autres manquements de la part des locataires, ce contrairement à la loi ALUR. La création du bail-mobilité qui permet des périodes de location plus courtes, mais aussi plus souples pourrait également séduire de nouveaux investisseurs. Pour rappel, ce contrat de location d’un nouveau genre s’adresse en premier lieu aux travailleurs en mobilité professionnelle, mais également aux étudiants, jeunes ou salariés en formation, en apprentissage, et autres personnes à la recherche d’un logement pour une durée déterminée, de 1 à 10 mois. Il est dépourvu d’un dépôt de garantie.

Loi Elan : de nouvelles clauses en faveur des investisseurs locatifs

En décembre, les meilleurs profils d’emprunteurs bénéficient toujours de conditions de financement presque exceptionnelles avec des taux moyens de 0,48 % sur 7 ans et 0,95 % sur 15 ans. Seuls les ménages les plus modestes et les primo-accédants peuvent constater les premières hausses qui restent toutefois mineures et sont souvent symptomatiques de la fin de l’année. Avec une augmentation de 0,01 % sur les crédits de 7 à 20 ans et 0,02 % sur 25 ans, il n’y a donc pas encore péril en la demeure et difficile à ce stade de faire des projections précises pour les mois à venir, même si la remontée tant annoncée n’est pas encore au programme.

Reste à savoir si la nouvelle loi logement sera aussi incitative que prévu pour les investisseurs immobiliers en 2019. La mise en application du prélèvement à la source et de la nouvelle loi de finances pourraient bien freiner les transactions durant le premier trimestre. Mais ensuite, Elan devrait envoyer de nouveaux signaux positifs aux acquéreurs alors que ces derniers mois étaient ternis par une fiscalité plutôt dissuasive.


Dernières Actualités

Immobilier ancien : hausse du nombre d’investisseurs locatifs

Publié le 18/01/2019

En 2018, le nombre d’investisseurs tournés vers l’immobilier locatif a grimpé en flèche. En cause, les fortes incertitudes liées aux marchés financiers. Mais pour 2019 ? Rien n’est moins sûr à l’heure où les taux d‘emprunt sont déjà annoncés à la hausse, et où plane un retour de l’encadrement des loyers à Paris.

Plus-values immobilières : une taxation alourdie en 2019 ?

Publié le 16/01/2019

Cette année, encore, les vendeurs immobiliers pourraient souffrir d’une lourde fiscalité. La taxe sur le produit des ventes devrait rester stable après une hausse de 6 % entre 2017 et 2018. Pour les vendeurs, plusieurs solutions leurs permettent toutefois d’alléger la plus-value taxable afin d’optimiser leurs opérations. Entre taxation, exonération et abattement, faisons le point.

Immobilier : à la montagne aussi, les prix flambent !

Publié le 14/01/2019

Environ 1 Français sur 3 choisit chaque année de passer ses vacances d’été à la montagne. Un chiffre qui grimpe davantage chez la jeune génération. En hiver bien sûr, la montagne arrive en premier choix lorsqu’il s’agit de s’évader quelques jours. Une situation qui influence grandement le prix de l’immobilier montagnard. Voici notre palmarès des destinations les plus prisées et de celles qui permettent un investissement au pied des pistes à petit prix.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière