credit-impot-retardé

Rénovation énergétique : pas de prime en 2019

Publié le 17/09/2018


Alors que le budget public doit être présenté dans les prochains jours, les politiques multiplient les annonces qui laissent à penser que l’année 2019 sera riche en changements. Mais c’est sans compter sur le crédit d’impôt pour la transition énergétique qui, contrairement à ce qui avait été annoncé, ne sera pas transformé en prime en janvier prochain. Un frein à la rénovation énergétique ?

Qu’est-ce que le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ?

Les ménages qui entreprennent des travaux de rénovation énergétique dans leurs logements peuvent, sous certaines conditions, bénéficier d’un abattement fiscal sous la forme d’un crédit d’impôt. Autrement dit, une partie des frais engagés dans les travaux de rénovation peuvent être déduits des impôts. Et comme tous crédits d’impôt, si la somme accordée est supérieure à l’impôt à payer, l’administration fiscale restitue malgré tout la différence.Prolongé jusqu’en décembre 2018, le CITE a toutefois fait l’objet d’un réajustement. Depuis le 1er juillet, il n’est par exemple plus possible d’en bénéficier pour le changement de portes, fenêtres, volets ou chaudière fioul.
Attention toutefois, pour être éligibles, les travaux doivent impérativement être réalisés par des professionnels RGE (Reconnu garant de l’environnement).

« En 2018, le taux du crédit d’impôt est de 15 % ou 30 % du montant des dépenses, en fonction de la nature de celles-ci. Le montant des dépenses ouvrant droit au crédit d’impôt est plafonné à 8 000 euros pour une personne seule, 16 000 euros pour un couple plus 400 euros par personne à charge supplémentaire sur une période de 5 ans. » www.economie.gouv.fr

CITE : quels changements en 2019 ?

Après l’annonce par le ministère de la Transition écologique et solidaire du recentrage du CITE et de sa prorogation jusqu’en fin d’année, le Gouvernement avait également laissé planer le doute sur une éventuelle prime qui pourrait voir le jour en janvier prochain. Destinée à remplacer le CITE, cette prime devait être versée à la fin de la réalisation des travaux de rénovation, mais ses contours étaient encore flous.

Mettant fin à toutes les spéculations, François de Rugy, successeur de Nicolas Hulot à l’écologie a annoncé lundi 10 septembre que la « prime Hulot » ne verrait pas le jour, en tous cas en 2019, car elle est jugée trop coûteuse et complexe à mettre en place. Cette annonce est loin d’être du goût des professionnels et notamment de la fédération française du bâtiment (FFB) qui déplore des mesures en contradiction avec la politique gouvernementale en faveur de la rénovation énergétique.

Notons toutefois que le CITE tel qu’il existe en 2018 sera prolongé au moins jusqu’en 2019. Selon les estimations, il devrait permettre d’aider de nombreux ménages à hauteur de 900 millions à 1 milliard d’euros.


Dernières Actualités

Rénovation immobilière : comment profiter du CITE en 2019 ?

Publié le 22/03/2019

Un temps prévu pour être supprimé fin 2018, le crédit d’impôt transition énergétique, plus connu sous le nom de CITE, a finalement été prorogé jusqu’au 31 décembre 2019. Cette année encore, les propriétaires qui souhaitent entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans leur logement pourront donc percevoir une partie des frais engagés sous la forme d’un crédit d’impôt sur le revenu. Les conditions d’éligibilité sont les mêmes que l’année précédente.

Immobilier locatif : les atouts de la résidence étudiante

Publié le 20/03/2019

Tout investisseur locatif cherche à lier des avantages fiscaux avec un rendement pertinent. Une combinaison qui peut être atteinte grâce aux résidences étudiantes, de plus en plus prisées. Avec la crise du logement que traverse la France et le nombre d’étudiants dans le supérieur qui ne cesse de croître, ce type d’habitations permet de relier l’offre à la demande.

Investissement à la montagne : booster sa fiscalité grâce au statut de LMNP

Publié le 18/03/2019

Si l’investissement dans l’immobilier de tourisme répond à des règles strictes, il permet également de bénéficier d’une fiscalité avantageuse. À condition de choisir scrupuleusement sa destination, son statut et le mode de location. Le statut de loueur en meublé non professionnel permet d’optimiser cette fiscalité.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière