Rénovation énergétique : Nicolas Hulot veut créer un choc de confiance

Publié le 03/05/2018


D’abord connu pour ses actions indépendantes en faveur de la protection de l’environnement, Nicolas Hulot qui est désormais ministre de la transition écologique et solidaire depuis mai 2017, vient de présenter le plan du gouvernement en faveur de la rénovation énergétique. Dans le cadre d’un déplacement à Angers, l’ancien journaliste a insisté sur les besoins de simplification, un meilleur pouvoir d’achat des ménages et des aides plus adaptées selon les situations. Explications.

Pourquoi ce plan pour la rénovation énergétique ?

Les professionnels et les ménages qui ont un jour été confrontés à une rénovation immobilière sont unanimes : en matière de consommation d’énergie et de préoccupation écologique, les aides sont nombreuses mais tout aussi complexes. Qui plus est, malgré ces accompagnements, la rénovation énergétique a un coût important que les 14 % de français qui ont froid dans leur habitation peinent à assumer.

Avec ce plan, le gouvernement espère donc simplifier l’accès et la compréhension de ces dispositifs, notamment pour les ménages les plus modestes et permettre à tous d’accéder au confort avec des solutions abordables.

Avec quelques 14 milliards d’euros déployés sur cinq ans, le gouvernement souhaite accompagner 500 000 logements par an dans le cadre de projets de rénovation

En outre, il s’agit d’une préoccupation essentielle puisque près de la moitié de la consommation énergétique de la France est assurée par les constructions et bâtiments, professionnels ou résidentiels. Ces mêmes constructions sont génératrices de 27 % des émissions de gaz à effet de serre.

Quelles sont les nouveautés du plan pour la rénovation énergétique ?

Le gouvernement entend investir quelques 200 millions d’euros dans la mise en place rapide de ce plan pour la rénovation énergétique. Après une consultation d’environ trois mois entre novembre 2017 et janvier 2018, le plan a été défini dans les grandes lignes :

  • Le CITE, Crédit d’impôt pour la transition énergétique prendra fin en décembre 2018. Il sera remplacé par une prime dès 2019 afin d’être débloqué et disponible plus rapidement
  • Le diagnostic de performance énergétique (DPE) deviendra progressivement plus clair et plus cohérent afin de retrouver la confiance des habitants
  • Le label RGE (reconnu garant de l’environnement), qui encadre la qualité des travaux et le travail des artisans va également être revu et les professionnels seront mieux formés
  • Le dispositif prévoit également une simplification de l’éco-prêt à taux zéro. Ce prêt qui permet de financer des travaux de rénovation énergétique jusqu’à 30 000 € sans intérêt avait pourtant été reconduit par le gouvernement jusqu’à la fin de l’année. Mais perçu comme trop complexe et finalement peu accordé, il va être révisé
  • Enfin, la création d’un fonds de garantie de plus de 50 millions d’euros, devrait permettre d’aider chaque année 35 000 ménages dont les revenus sont considérés comme modestes.

Dernières Actualités

Immobilier ancien : hausse du nombre d’investisseurs locatifs

Publié le 18/01/2019

En 2018, le nombre d’investisseurs tournés vers l’immobilier locatif a grimpé en flèche. En cause, les fortes incertitudes liées aux marchés financiers. Mais pour 2019 ? Rien n’est moins sûr à l’heure où les taux d‘emprunt sont déjà annoncés à la hausse, et où plane un retour de l’encadrement des loyers à Paris.

Plus-values immobilières : une taxation alourdie en 2019 ?

Publié le 16/01/2019

Cette année, encore, les vendeurs immobiliers pourraient souffrir d’une lourde fiscalité. La taxe sur le produit des ventes devrait rester stable après une hausse de 6 % entre 2017 et 2018. Pour les vendeurs, plusieurs solutions leurs permettent toutefois d’alléger la plus-value taxable afin d’optimiser leurs opérations. Entre taxation, exonération et abattement, faisons le point.

Immobilier : à la montagne aussi, les prix flambent !

Publié le 14/01/2019

Environ 1 Français sur 3 choisit chaque année de passer ses vacances d’été à la montagne. Un chiffre qui grimpe davantage chez la jeune génération. En hiver bien sûr, la montagne arrive en premier choix lorsqu’il s’agit de s’évader quelques jours. Une situation qui influence grandement le prix de l’immobilier montagnard. Voici notre palmarès des destinations les plus prisées et de celles qui permettent un investissement au pied des pistes à petit prix.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière