Détention, mutation, usage, revenus : les 4 niveaux de la fiscalité immobilière

Publié le 18/02/2019

Les professionnels de l’immobilier et les investisseurs qui ont choisi la pierre n’ont pas manqué de remarquer un alourdissement de la fiscalité ces derniers mois. Lors d’un déplacement en région Auvergne-Rhône-Alpes en janvier, Emmanuel Macron a par ailleurs laissé planer le doute sur une éventuelle refonte de la taxation des moins et plus-values. Faisons le point sur cette fiscalité à plusieurs niveaux.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Détention, mutation, usage, revenus : les 4 niveaux de la fiscalité immobilière

Détention et usage : quelle fiscalité pour les propriétaires occupants d’un bien immobilier ?

En France, la simple possession d’un logement est soumise à une taxation. Le premier impôt des propriétaires immobiliers est d’ailleurs la taxe foncière, une taxe datant des années 70 et qui est à ce titre, souvent critiquée. La taxe foncière est calculée tous les ans en fonction de la détention au 1er janvier de l’année d’imposition.

En plus des maisons et appartements, la taxe foncière s’applique aux parkings, bateaux ou péniches à usage d’habitation, locaux commerciaux, industriels et professionnels. Dans certains cas, les foyers fiscaux dont les revenus sont inférieurs aux revenus fiscaux de référence de l’année en cours peuvent en être exonérés.

Quant aux ménages les plus aisés dont le patrimoine immobilier est supérieur à 1,3 million d’euros, ils sont également soumis à l’IFI (impôt sur la fortune immobilière) depuis le 1er janvier 2018. Cet impôt, recentré sur la pierre, remplace l’ancien ISF (impôt de solidarité sur la fortune).

De même que la taxe foncière, la taxe d’habitation est considérée comme un impôt local. Cette dernière vise l’utilisation d’un bien, elle est donc imputable aux propriétaires occupants, mais également aux locataires. Cet impôt est voué à disparaître à l’horizon 2020, pour la majeure partie des contribuables en tout cas.

Revente et location : comment sont taxés les revenus immobiliers ?

Lorsque l’immobilier est générateur de revenus, les propriétaires bailleurs sont là encore lourdement taxés. Qu’il s’agisse de la seule perception des loyers ou de l’investissement dans des SCPI et OPCI, également qualifiés de pierre-papier. Seules les locations meublées peuvent permettre aux bailleurs de bénéficier d’une fiscalité avantageuse grâce au statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP).

« Tant qu’ils ne dépassent pas 33 100 € par an, [les revenus du LMNP] sont imposables selon un régime simplifié, appelé micro-BIC, qui consiste à calculer votre revenu imposable en appliquant un abattement de 50 % au montant des loyers encaissés » www.notaires.fr

Enfin, la revente d’un bien est également génératrice de taxes. Une première fois vis-à-vis du propriétaire s’il parvient à revendre son logement plus cher qu’il ne l’a acheté, par le biais de la taxe sur la plus-value à laquelle s’ajoute des prélèvements sociaux. Une seconde fois vis-à-vis de l’acquéreur, avec les droits de mutation, communément qualifiés de frais de notaire. À titre d’exemple, une bien acheté 200 000 euros devra être complété par la somme de 15 000 euros environ au titre des droits et taxes.


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière