Fraude fiscale : la chasse est ouverte sur les réseaux sociaux

Publié le 29/11/2019

Internet regorge d’informations, et ça, le fisc l’a bien compris. Comme le prévoit la loi de finances pour 2020, l’administration pourra bientôt éplucher les réseaux sociaux des contribuables, mais aussi les sites marchands pour collecter des données personnelles. L’objectif : lutter contre la fraude fiscale à grande échelle.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Fraude fiscale : la chasse est ouverte sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux et sites marchands utilisés par les contribuables seront passés au crible

C’est l’article 57 du projet de loi de finances pour 2020 qui va changer la donne à partir de l’année prochaine. Celui-ci autorise la Direction générale des finances publiques (DGFiP) à s’immiscer dans les réseaux sociaux des contribuables français et sur les sites marchands pour en savoir plus sur leur situation personnelle et familiale, leur patrimoine et leur train de vie. Cette collecte massive de données permise par les algorithmes des agents du fisc sera croisée avec les déclarations effectuées pour déceler d’éventuelles incohérences et mieux appréhender les fraudeurs. Mi-novembre, ces nouvelles dispositions ont été adoptées par les députés.

De nouvelles méthodes complémentaires à la loi anti-fraude

En 2018 déjà, la loi anti-fraude avait été votée pour mettre davantage de moyens en œuvre dans la lutte contre la fraude fiscale. Une super police fiscale avait alors été créée. Les 275 agents judiciaires des douanes sont désormais dotés d’outils dissuasifs à destination des très gros fraudeurs : perquisitions, filatures, mises sur écoute, géolocalisation.

40 %

La fraude fiscale en France est évaluée entre 25 et 100 milliards d’euros par an. En un an, la loi anti-fraude a rapporté 5,6 milliards d’euros aux caisses de l’État, soit une hausse de 40 %.

L’administration fiscale dispose déjà d’un arsenal de moyens de contrôle (déclaration d’impôts, actes notariés, comptes courants), mais il est souvent nécessaire de comparer manuellement l’ensemble des données collectées. À partir du 1er janvier 2020, des logiciels se chargeront de croiser les données fiscales avec les informations trouvées sur Twitter, Instagram, Facebook mais encore Amazon, Ebay ou Leboncoin.

Des garde-fous pour préserver la vie privée des contribuables

En septembre dernier, la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) avait émis un avis critique face à ce projet de mesure, craignant que cela ne nuise au droit au respect de la vie privée. « Elle a formulé plusieurs réserves de nature à préserver un strict équilibre entre l’objectif de lutte contre la fraude fiscale et le respect des droits et libertés des personnes concernées ».

De leur côté, les syndicats ne semblent pas s’opposer à ces nouvelles méthodes mais se disent sceptiques. Selon eux, les réseaux sociaux ne sont pas toujours à jour et la collecte de ces informations ne doit pas faire oublier les méthodes traditionnelles de contrôle.

espionnage-fraude-fiscal-vente-en-ligne

Les députés ont quant à eux posé les garde-fous demandés par la CNIL : les données sensibles telles que les idées politiques ou orientations sexuelles ne pourront pas être conservées plus de cinq jours. Les informations devront par ailleurs être collectées par l’administration, non pas par des sous-traitants. Pour l’heure, ces nouveaux moyens feront l’objet d’une phase test de trois ans.


Dernières Actualités

Investissement locatif : la colocation meublée ne présente-t-elle que des avantages ?

Publié le 21/02/2020

Rentabiliser au maximum son investissement tout en réduisant sa fiscalité, tel est le souhait de tous les investisseurs immobiliers. Pour ce faire, la tendance consiste à recourir à la colocation meublée, une combinaison qui permet d’assurer un rendement jusqu’à 15 % supérieur à celui d’une location classique. Attention toutefois, si les atouts sont nombreux, la colocation meublée nécessite des capacités de gestion quotidienne et minutieuse.

Logements vacants : le plan du Gouvernement pour inciter les propriétaires à louer

Publié le 17/02/2020

Alors que dans certaines villes, trouver un logement est synonyme de parcours du combattant, le nombre de logements vacants est quant à lui en perpétuelle hausse depuis quelques années. Un constat alarmant qui a conduit le Gouvernement à lancer un plan national destiné à inciter les propriétaires d’un logement vide à le proposer à la location. Dans le cas contraire, les pouvoirs publics évoquent à demi-mot la réquisition ou les mesures fiscales incitatives.

Construction : du bois, de la paille et du chanvre dans les futurs grands projets publics

Publié le 14/02/2020

Dans trente ans, sept habitants sur dix vivront en ville. Dans ce contexte et, parce que les enjeux climatiques sont de taille, le ministère de la Ville et du logement a présenté son plan « ville durable » qui vise à repenser les règles d’urbanisme. Parmi les nouvelles mesures, la moitié des grands projets publics d’aménagement construits d’ici à 2022 devront comporter des matériaux biosourcés comme le chanvre et la paille, ainsi que du bois.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière