Fraude fiscale : la chasse est ouverte sur les réseaux sociaux

Publié le 29/11/2019

Internet regorge d’informations, et ça, le fisc l’a bien compris. Comme le prévoit la loi de finances pour 2020, l’administration pourra bientôt éplucher les réseaux sociaux des contribuables, mais aussi les sites marchands pour collecter des données personnelles. L’objectif : lutter contre la fraude fiscale à grande échelle.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Fraude fiscale : la chasse est ouverte sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux et sites marchands utilisés par les contribuables seront passés au crible

C’est l’article 57 du projet de loi de finances pour 2020 qui va changer la donne à partir de l’année prochaine. Celui-ci autorise la Direction générale des finances publiques (DGFiP) à s’immiscer dans les réseaux sociaux des contribuables français et sur les sites marchands pour en savoir plus sur leur situation personnelle et familiale, leur patrimoine et leur train de vie. Cette collecte massive de données permise par les algorithmes des agents du fisc sera croisée avec les déclarations effectuées pour déceler d’éventuelles incohérences et mieux appréhender les fraudeurs. Mi-novembre, ces nouvelles dispositions ont été adoptées par les députés.

De nouvelles méthodes complémentaires à la loi anti-fraude

En 2018 déjà, la loi anti-fraude avait été votée pour mettre davantage de moyens en œuvre dans la lutte contre la fraude fiscale. Une super police fiscale avait alors été créée. Les 275 agents judiciaires des douanes sont désormais dotés d’outils dissuasifs à destination des très gros fraudeurs : perquisitions, filatures, mises sur écoute, géolocalisation.

40 %

La fraude fiscale en France est évaluée entre 25 et 100 milliards d’euros par an. En un an, la loi anti-fraude a rapporté 5,6 milliards d’euros aux caisses de l’État, soit une hausse de 40 %.

L’administration fiscale dispose déjà d’un arsenal de moyens de contrôle (déclaration d’impôts, actes notariés, comptes courants), mais il est souvent nécessaire de comparer manuellement l’ensemble des données collectées. À partir du 1er janvier 2020, des logiciels se chargeront de croiser les données fiscales avec les informations trouvées sur Twitter, Instagram, Facebook mais encore Amazon, Ebay ou Leboncoin.

Des garde-fous pour préserver la vie privée des contribuables

En septembre dernier, la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) avait émis un avis critique face à ce projet de mesure, craignant que cela ne nuise au droit au respect de la vie privée. « Elle a formulé plusieurs réserves de nature à préserver un strict équilibre entre l’objectif de lutte contre la fraude fiscale et le respect des droits et libertés des personnes concernées ».

De leur côté, les syndicats ne semblent pas s’opposer à ces nouvelles méthodes mais se disent sceptiques. Selon eux, les réseaux sociaux ne sont pas toujours à jour et la collecte de ces informations ne doit pas faire oublier les méthodes traditionnelles de contrôle.

espionnage-fraude-fiscal-vente-en-ligne

Les députés ont quant à eux posé les garde-fous demandés par la CNIL : les données sensibles telles que les idées politiques ou orientations sexuelles ne pourront pas être conservées plus de cinq jours. Les informations devront par ailleurs être collectées par l’administration, non pas par des sous-traitants. Pour l’heure, ces nouveaux moyens feront l’objet d’une phase test de trois ans.


Dernières Actualités

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Loi de finances 2021 : plusieurs dispositifs de défiscalisation prorogés

Publié le 06/01/2021

Votée et publiée au Journal officiel le 30 décembre, la loi de finances pour 2021 favorise les réductions et crédits d’impôt afin d’inciter les particuliers à investir leur épargne. Plusieurs dispositifs de défiscalisation, qui devaient disparaître, sont finalement prolongés.

Quelles locations meublées sont soumises aux cotisations ?

Publié le 30/12/2020

La loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021 (PLFSS) a été promulguée et publiée au Journal Officiel du 15 décembre. Il pourrait dès lors y avoir quelques changements concernant les prélèvements et cotisations sociales des loueurs en meublé. Pour rappel, depuis la loi de finances pour 2020, les loueurs en meublé n’ont plus pour obligation de s’inscrire au registre du commerce et des sociétés (RCS) pour être considérés comme professionnels, le changement de statut se fait donc parfois à leur insu.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière