Fraude fiscale : la chasse est ouverte sur les réseaux sociaux

Publié le 29/11/2019

Internet regorge d’informations, et ça, le fisc l’a bien compris. Comme le prévoit la loi de finances pour 2020, l’administration pourra bientôt éplucher les réseaux sociaux des contribuables, mais aussi les sites marchands pour collecter des données personnelles. L’objectif : lutter contre la fraude fiscale à grande échelle.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Fraude fiscale : la chasse est ouverte sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux et sites marchands utilisés par les contribuables seront passés au crible

C’est l’article 57 du projet de loi de finances pour 2020 qui va changer la donne à partir de l’année prochaine. Celui-ci autorise la Direction générale des finances publiques (DGFiP) à s’immiscer dans les réseaux sociaux des contribuables français et sur les sites marchands pour en savoir plus sur leur situation personnelle et familiale, leur patrimoine et leur train de vie. Cette collecte massive de données permise par les algorithmes des agents du fisc sera croisée avec les déclarations effectuées pour déceler d’éventuelles incohérences et mieux appréhender les fraudeurs. Mi-novembre, ces nouvelles dispositions ont été adoptées par les députés.

De nouvelles méthodes complémentaires à la loi anti-fraude

En 2018 déjà, la loi anti-fraude avait été votée pour mettre davantage de moyens en œuvre dans la lutte contre la fraude fiscale. Une super police fiscale avait alors été créée. Les 275 agents judiciaires des douanes sont désormais dotés d’outils dissuasifs à destination des très gros fraudeurs : perquisitions, filatures, mises sur écoute, géolocalisation.

40 %

La fraude fiscale en France est évaluée entre 25 et 100 milliards d’euros par an. En un an, la loi anti-fraude a rapporté 5,6 milliards d’euros aux caisses de l’État, soit une hausse de 40 %.

L’administration fiscale dispose déjà d’un arsenal de moyens de contrôle (déclaration d’impôts, actes notariés, comptes courants), mais il est souvent nécessaire de comparer manuellement l’ensemble des données collectées. À partir du 1er janvier 2020, des logiciels se chargeront de croiser les données fiscales avec les informations trouvées sur Twitter, Instagram, Facebook mais encore Amazon, Ebay ou Leboncoin.

Des garde-fous pour préserver la vie privée des contribuables

En septembre dernier, la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) avait émis un avis critique face à ce projet de mesure, craignant que cela ne nuise au droit au respect de la vie privée. « Elle a formulé plusieurs réserves de nature à préserver un strict équilibre entre l’objectif de lutte contre la fraude fiscale et le respect des droits et libertés des personnes concernées ».

De leur côté, les syndicats ne semblent pas s’opposer à ces nouvelles méthodes mais se disent sceptiques. Selon eux, les réseaux sociaux ne sont pas toujours à jour et la collecte de ces informations ne doit pas faire oublier les méthodes traditionnelles de contrôle.

espionnage-fraude-fiscal-vente-en-ligne

Les députés ont quant à eux posé les garde-fous demandés par la CNIL : les données sensibles telles que les idées politiques ou orientations sexuelles ne pourront pas être conservées plus de cinq jours. Les informations devront par ailleurs être collectées par l’administration, non pas par des sous-traitants. Pour l’heure, ces nouveaux moyens feront l’objet d’une phase test de trois ans.


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière