Impôts : comment profiter du confinement pour réduire sa facture ?

Publié le 17/11/2020

Pour de nombreux ménages français, reconfinement rime avec baisse de revenus, mais également d’activité. L’occasion peut-être de se pencher sur sa situation fiscale. Si certains points ne peuvent pas être améliorés, en revanche, quelques ajustements peuvent suffire à gagner quelques centaines d’euros d’économie. Voici nos conseils.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Impôts : comment profiter du confinement pour réduire sa facture ?

Impôt sur le revenu : peu de marge de manœuvre

Avec ce second confinement entré en vigueur le 30 octobre dernier, de nombreux Français doivent de nouveau faire face à une baisse de leurs revenus. Cette situation peut être consécutive à du chômage partiel, à une fermeture administrative, à une chute de la demande ou encore un à contrat non reconduit. Beaucoup d’actifs doivent également composer avec le télétravail, plus souple que le travail sur site pour certains, plus contraignant pour d’autres. Reste que d’une manière générale, les Français confinés passent plus de temps chez eux. Un allègement du planning qui peut être mis au profit d’une optimisation fiscale.

Concernant l’impôt sur le revenu, la saisie automatique et la relative simplicité de la procédure permettent d’éviter nombre d’erreurs. Il est, cependant, toujours possible d’utiliser le service de correction accessible en ligne en cas d’omission ou pour lever un doute. Cela peut être le cas pour les contribuables ayant des placements financiers. Le prélèvement forfaitaire unique (PFU) ou flat tax, de 30 %, s’applique automatiquement depuis le 1er janvier 2018. Les foyers peu imposés ont plutôt intérêt à privilégier la taxation sur l’impôt sur le revenu en cochant la case 2OP de leur déclaration.

Crédits et réductions d’impôt, revenus locatifs et modulation du taux de prélèvement à la source

Un second vecteur d’économie concerne les dépenses qui donnent droit à des crédits ou réductions d’impôt. Si la plupart de ces dépenses sont plafonnées, les économies peuvent toutefois atteindre plusieurs centaines d’euros. Pour rappel, notons que les crédits d’impôt sont payés par l’administration fiscale dans leur intégralité, contrairement aux réductions d’impôt qui peuvent annuler l’impôt à payer, mais ne sont pas remboursées au-delà.

Frais de crèche, garde d’enfant à domicile, aide à un ascendant dépendant, dons à des associations, revenus locatifs ou encore revenus financiers peuvent donner droit à des crédits ou des réductions d’impôt, ou à certains avantages fiscaux.

En cas de revenus locatifs, il est également primordial de s’assurer qu’aucune erreur de déclaration n’a été commise. Si elle respecte certaines conditions de recettes annuelles notamment, une location meublée aura ainsi tout intérêt à être déclarée au titre du régime micro BIC et non du micro foncier.

Enfin, les contribuables percevant des revenus issus de placements financiers et qui souhaitent obtenir une dispense d’acompte, ont jusqu’à la fin du mois de novembre pour en faire la demande. Cela permet d’éviter les avances de trésorerie faites à l’Etat. Attention toutefois, le revenu fiscal de référence doit être inférieur aux plafonds en vigueur. Quant aux ménages enregistrant une baisse de leurs revenus, il est toujours possible de moduler son taux de prélèvement à la source à la baisse, si celle-ci est au moins égal à 10 %.


Dernières Actualités

Éco-PTZ : vers une prolongation du dispositif ?

Publié le 24/06/2021

Alors que l’éco-prêt à taux zéro doit prendre fin au 31 décembre 2021, la députée Bénédicte Peyrol, suggère qu’il soit à la place amélioré et prorogé. Une suggestion faite dans le cadre de l’évaluation du budget 2021. Dans son format actuel, l’éco-PTZ a connu une baisse de près de 73 % des demandes entre ses débuts en 2009 et l’année 2018, avant de trouver un second souffle en 2019.

Charges de copropriété : quelle évolution avec le Covid-19 ?

Publié le 22/06/2021

Alors qu’on aurait pu s’attendre à une hausse des charges de copropriété du fait de la pandémie, c’est un tout autre bilan que dresse l’Association des responsables de copropriété (ARC) pour l’année 2020. En moyenne, les charges auraient reculé d’environ 2 % sur un an, du jamais-vu depuis 2014. Une tendance qui trouve sa source dans la douceur de l’hiver, mais qui ne concerne pas tous les postes de dépenses.

Litiges immobiliers : de bonnes affaires en perspective

Publié le 17/06/2021

Avec la crise sanitaire, les biens immobiliers litigieux tendent à se multiplier sur le marché. Il peut s’agir par exemple d’une vente consécutive à une séparation ou à un divorce, d’une vente successorale difficile, d’un squat, ou encore d’un logement déjà loué pour lequel le locataire en place ne paie pas son loyer. Si cela peut occasionner des tourments pour les propriétaires, les biens litigieux peuvent également être synonymes de bonnes affaires. À condition d’éviter les pièges.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière