Les dispositifs de défiscalisation immobilière contribuent à modérer le marché locatif

Publié le 23/09/2020

Selon une étude publiée récemment par l’ANIL (agence nationale de l’information pour le logement), les dispositifs de défiscalisation portant sur des opérations immobilières, contribuent à maintenir une politique de loyers modérés, ce notamment sur les studios. Une bonne nouvelle alors que le Gouvernement vient de confirmer la prolongation du dispositif Pinel au-delà du 31 décembre 2021.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Les dispositifs de défiscalisation immobilière contribuent à modérer le marché locatif

Dans les grandes villes, les studios sont loués moins cher depuis 2005

C’est une étude inédite qui confirme l’intérêt des dispositifs de défiscalisation immobilière pour l’équilibre du marché locatif. Plus exactement, les résultats de l’étude démontrent que les logements acquis au début des années 2000, dans le cadre de dispositifs d’incitation fiscale, ont influé sur la modération des loyers des logements déjà construits.

Il faut dire que depuis le début de la décennie, les dispositifs tels que Borloo, Scellier, Duflot et Pinel sont nombreux. Leur objectif : accorder un avantage fiscal aux particuliers qui décident d’acheter un logement neuf en zone tendue, en vue de le louer à des ménages modestes pendant une période donnée.

Si le constat semble s’appliquer à l’ensemble du parc locatif, il concerne avant tout les loyers des studios. Ainsi, les petits appartements construits depuis 2005 et qui sont actuellement toujours loués dans le cadre d’un dispositif de défiscalisation immobilière, sont, en moyenne, moins chers que ceux construits avant.

22 %

À Bordeaux, les loyers des logements construits depuis 2005 sont moins chers de 22 % par rapport à ceux construits entre 1991 et 2005. Ce chiffre est de 18 % à Nantes et 15 % à Montpellier.

Les loyers plafonnés imposent leurs prix au marché

En France métropolitaine, les plafonds des loyers Pinel sont actuellement de 17,43 €/m² en zone A bis, 12,95 €/m² en zone A et 10,44 €/m² en zone B1. Des chiffres inférieurs par rapport à la tendance du marché qui expliquent en partie les résultats de l’étude. En effet, les avantages fiscaux ont incité de nombreux particuliers à se tourner vers ce type d’investissements. Les logements à loyer modéré sont désormais majoritaires, conduisant à la baisse des loyers médians, notamment dans les grandes agglomérations.

Mais le phénomène observé concerne avant tout les périphéries des grandes villes. En effet, un appartement en centre-ville est généralement plus cher à l’achat qu’un appartement excentré et les loyers y sont plus élevés. De fait, les propriétaires ont été nombreux à opter pour un dispositif de défiscalisation portant sur un logement en périphérie. À Lyon et à Lille, par exemple, 69 % des logements neufs construits depuis 2005 concernent la périphérie. Cela permet aux acquéreurs d’acheter un bien moins cher tout en proposant un loyer respectant les plafonds en vigueur, mais malgré tout assez proche des loyers du marché.


Dernières Actualités

Fiscalité : les taxes complémentaires qui pèsent sur les propriétaires

Publié le 30/10/2020

Les taxes locales sont identifiées par les contribuables : taxe foncière sur le bâti, sur le non bâti, taxe d’habitation et cotisation foncière des entreprises. Mais d’autres prélèvements viennent plomber la fiscalité des propriétaires. Sans compter la taxe foncière qui a grimpé en moyenne de plus de 30 % ces dix dernières années. Faisons le point.

Rénovation énergétique : les copropriétés ont désormais droit au dispositif MaPrimeRénov’

Publié le 28/10/2020

Depuis le 1er octobre 2020, tous les propriétaires peuvent bénéficier du dispositif en faveur de la rénovation énergétique des logements. Il peut toujours s’agir des propriétaires occupants, mais les propriétaires bailleurs ainsi que les copropriétaires sont également éligibles. L’aide allouée peut atteindre 25 % du montant total des travaux réalisés dans les parties communes.

Douches à l’italienne obligatoires dans les logements neufs : le BTP réclame 4 ans d’expérimentation

Publié le 26/10/2020

Un arrêté, publié mi-septembre, qui complète les dispositions de la loi ELAN de 2018, revient sur la notion de salles de bain évolutives pour les logements neufs. Dès l’an prochain, il sera obligatoire de construire une douche de plain-pied dans les nouveaux logements, ou de rendre son installation possible et rapide dans le cas d’une baignoire. Une obligation dénoncée par les professionnels du BTP, qui souhaitent que soit mise en place une phase de test avant la généralisation.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière