Défiscalisation : pourquoi faire des travaux en 2018 ?

Publié le 07/11/2018


Changement des règles fiscales, incertitude quant à la nouvelle loi des finances qui rythmera 2019, prélèvement à la source … de nombreux propriétaires bailleurs ont décidé de reporter leurs travaux de rénovation à 2019. Afin d’éviter que cette décision ne se généralise et n’impacte le parc de logements français, le Gouvernement a instauré de nouvelles règles de déduction des travaux. Une situation particulièrement profitable aux détenteurs d’un patrimoine immobilier qui souhaitent réaliser de gros travaux entre 2018 et 2019.

Les ménages déjà propriétaires ont tout intérêt à profiter de l’année blanche

Pour encourager les propriétaires fonciers à réaliser des travaux en 2018, l’État a prévu un mécanisme qui permet de déduire en 2018 100% des travaux entrepris cette même année, puis 50% en 2019. Sur le papier, l’année 2018 étant pour de nombreux contribuables une année blanche durant laquelle l’impôt s’annule, ce mécanisme n’apportera donc que peu d’avantages à court terme. Mais pour les bénéficiaires de revenus exceptionnels par exemple, cela peut être une véritable opportunité.

Attention toutefois, seuls les gros travaux ont véritablement un intérêt dans ce cas. Les petits travaux sont quant à eux pour la plupart directement déductibles des revenus fonciers ou des revenus annuels dans leur globalité.

L’effet sera quant à lui maximal et le déficit foncier immédiat si les travaux sont au moins équivalents à deux fois les revenus fonciers du foyer fiscal auxquels on ajoute 21 400 euros. Les travaux entrepris n’auront peut-être pas d’incidence sur les revenus de 2018 mais l’économie d’impôt réalisable durant les 10 années suivantes sera bien réelle.

Ce mécanisme n’a toutefois réellement un intérêt que pour les propriétaires bailleurs qui ont déjà pu se constituer un patrimoine foncier. Les ménages qui décideraient en cette fin d’année 2018 de se lancer dans l’investissement locatif n’auront quant à eux pas suffisamment de temps pour réaliser une acquisition, effectuer des travaux et bénéficier de l’année blanche.

Investissement locatif : quelles solutions pour les néos-investisseurs ?

Heureusement pour les nouveaux venus sur la scène de l’investissement locatif et de la défiscalisation, il est toujours possible de faire appel à des SCPI fiscales ou à des dispositifs proposant des solutions clé en main. L’avantage de ces sociétés qui investissent dans des biens immobiliers à rénover est qu’elles offrent des bénéfices immédiats, dès l’année de souscription. Attention toutefois, les investissements requis par ces Sociétés Civiles de Placements Immobiliers sont parfois très élevés. Les spécialistes conseillent donc de bien étudier les politiques d’investissement avant de se lancer quitte à différer ses placements en 2019.

6 100 millions €
6 100 millions € ont été collectés par les SCPI en 2017. Un record après une année 2016 déjà exceptionnelle avec 5 562 millions € collectés. A titre de comparaison, 874 millions d’euros avaient été collectés en 2008.

Dernières Actualités

Jusqu’à 90% des annonces éligibles au Denormandie dans les villes moyennes

Publié le 15/02/2019

Le nouveau dispositif Denormandie, inspiré du Pinel dans l’ancien devrait permettre à de nombreux investisseurs de défiscaliser grâce à la pierre, et à plus de 220 communes françaises de retrouver un peu de dynamisme. Aujourd’hui, près de 90 % des annonces publiées dans les villes moyennes sont éligibles à la nouvelle loi de défiscalisation.

Plus-values et moins-values immobilières : la réforme voulue par Macron

Publié le 13/02/2019

Produire davantage de logements, réduire le poids du logement dans le budget des Français ou encore supprimer la taxe d’habitation. Telles sont les problématiques qui ressortent largement du Grand Débat organisé actuellement par le Gouvernement. Dans ce contexte, Emmanuel Macron a toutefois ouvert la porte à une réforme de la fiscalité, plus-values et moins-values immobilières en première ligne.

SCI : quelle taxe en cas de cession de parts ?

Publié le 11/02/2019

Les associés d’une société civile immobilière sont libres de revendre leurs parts à un tiers ou à un autre associé de la structure. Cette revente, comme lors de la cession d’un bien immobilier classique, permet de dégager une plus-value dont la taxation dépend du régime d’imposition choisi lors de la création de la société.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière