CITE, LMNP, Pinel… : 90 niches fiscales en faveur de l’immobilier

Publié le 25/02/2019

Depuis quelques jours, le doute plane sur le devenir des niches fiscales, notamment en matière d’immobilier. Gérald Darmanin envisage en effet de réduire les plafonds pour les plus aisés, au profit de l’impôt des ménages modestes. Une proposition pour l’instant refusée par Emmanuel Macron. En 2019, les ménages et les investisseurs pourront donc encore profiter de quelques 90 niches fiscales pour booster les acquisitions immobilières.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. CITE, LMNP, Pinel… : 90 niches fiscales en faveur de l’immobilier

Réduire le plafond des niches fiscales pour baisser l’impôt des plus modestes

Abaisser le plafond de certaines niches fiscales pour les ménages les plus aisés. C’est que qu’a récemment proposé le Ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin. L’objectif : rendre les avantages fiscaux moins accessibles aux plus hauts revenus pour réduire les sommes engagées par l’Etat et ainsi alléger le montant de l’impôt sur le revenu des premières tranches.

180 €

Grâce à une baisse d’1 milliard d’euros des niches fiscales, le ministre Gérald Darmanin annonce pouvoir réduire de 180 € environ l’impôt sur le revenu des ménages dont le salaire se situe entre 1700 et 1800 € par mois.

Si l’idée peut paraître séduisante à première vue, elle ne semble pas avoir convaincu le Président de la République, Emmanuel Macron. Celui-ci s’oppose en effet vivement à une quelconque augmentation d’impôt.

L’immobilier et ses 90 niches fiscales

Si Gérald Darmanin a d’ores et déjà annoncé ne pas remettre en question les crédits d’impôt liés à l’emploi à domicile, c’est l’immobilier qui semble davantage retenir l’attention du Ministre. Il faut dire que la pierre est forte de nombreux dispositifs de défiscalisation qui permettent d’abaisser le montant de l’impôt sur le revenu ou de bénéficier d’un coup de pouce à l’acquisition ou à la rénovation.

Parmi ces aides, on peut citer le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) qui pourrait être transformé en prime en 2020, les dispositifs Duflot et Pinel, le Prêt à taux zéro (PTZ) et l’éco prêt à taux zéro (éco-PTZ), l’exonération de l’allocation logement et de l’aide personnalisée au logement, l’exonération des plus-values immobilières sur les résidences principales ou encore l’exonération en faveur des immeubles à caractère social.

immobilier-niche-fiscale

L’immobilier, bien plus rentable qu’on ne le croit pour l’Etat

Contrairement aux idées reçues, l’immobilier est plutôt rentable pour l’administration fiscale. Ainsi, les dispositifs en faveur de l’aide au logement ont couté 41,9 milliards d’euros aux finances publiques en 2017. En parallèle, les différentes taxes sur l’immobilier ont rapporté environ 74,4 milliards d’euros à l’Etat la même année. Soit 32,5 milliards d’euros de recettes. Parmi ces aides fiscales, certaines pèsent plus lourd que d’autres sur le budget de l’Etat. On trouve en tête l’exonération de taxe d’habitation suivi par le crédit d’impôt des PTZ, puis le CITE et enfin les dispositifs Pinel, Duflot et Scellier. En 2019, l’ensemble des dépenses fiscales en lien avec l’immobilier des ménages devrait peser 7,7 milliards d’euros. Un montant pour l’instant encore temporaire qui pourrait être revu à la hausse.

Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière