La notion d’abus de droit pourrait fragiliser certaines successions

Publié le 01/02/2019

La loi de finances 2019 apporte son lot de surprises, bonnes ou mauvaises. Dans le domaine de la succession en particulier, la requalification du principe d’abus de droit destiné à limiter la fraude fiscale pourrait mettre en péril certains montages fiscaux pourtant couramment mis en place. C’est le cas du démembrement de propriété.


Qu’est-ce que « l’abus de droit » ?

La notion d’abus de droit est un outil qu’utilise l’administration pour limiter les cas de fraude fiscale. Dans son viseur, les montages fiscaux effectués par les ménages ou par les professionnels dans le seul but d’alléger la fiscalité. Ces abus sont aujourd’hui punis par la loi, les contrevenants se voient contraints de payer un impôt proche des 80 % du montant de la fraude. La loi punit donc aujourd’hui les montages n’ayant « aucun autre motif » que celui de réduire la fiscalité. Une dénomination synonyme d’exclusivité, qui a toute son importance.

Car avec la loi de finances 2019, les députés ont pu requalifier la notion d’abus de droit qui survient désormais dès lors que l’objectif d’un montage est jugé « principalement » et non plus exclusivement fiscal. Cette notion intermédiaire s’accompagne toutefois de sanctions moindres, seuls des intérêts pourraient être dus.

Article L64 du projet de loi de finances 2019 : « l’administration est en droit d’écarter (…) les actes constitutifs d’un abus de droit, soit que ces actes ont un caractère fictif, soit que, recherchant le bénéfice d’une application littérale des textes ou de décisions à l’encontre des objectifs poursuivis par leurs auteurs, ils n’ont pu être inspirés par aucun autre motif que celui d’éluder ou d’atténuer les charges fiscales … »

Démembrement de propriété : montage purement fiscal ou intérêt patrimonial ?

Ce qualificatif vise désormais un nombre de situations fiscales très large, et pour certaines très courantes. Parmi elles, la nue-propriété, une transmission fréquente des parents à leurs enfants. Ce montage fiscal souvent recommandé par les professionnels comme les notaires permet aux parents de transmettre de leur vivant une partie de leur patrimoine à leurs enfants tout en s’affranchissant d’une somme importante normalement due au titre des frais de succession. En pratique donc, les parents qui conservent l’usufruit, peuvent continuer à jouir de leur bien, y habiter ou mettre tout ou partie du logement en location, et en percevoir des loyers. En contrepartie, ils doivent s’acquitter des charges et de l’entretien.

Au moment de la transmission, les enfants ne doivent payer que les frais relatifs à la nue-propriété. Ceux-ci sont déterminés par un barème en fonction de l’âge du donateur au moment de la donation. Au décès des parents, les enfants n’ont pas à régler de frais supplémentaires.

Les députés justifient le vote de cet amendement par le souhait de lutter contre l’évasion fiscale des entreprises. Mais pour les particuliers, il s’agira alors de prouver que le démembrement de propriété ne s’inscrit que dans le but d’organiser sa succession.


Dernières Actualités

Jusqu’à 90% des annonces éligibles au Denormandie dans les villes moyennes

Publié le 15/02/2019

Le nouveau dispositif Denormandie, inspiré du Pinel dans l’ancien devrait permettre à de nombreux investisseurs de défiscaliser grâce à la pierre, et à plus de 220 communes françaises de retrouver un peu de dynamisme. Aujourd’hui, près de 90 % des annonces publiées dans les villes moyennes sont éligibles à la nouvelle loi de défiscalisation.

Plus-values et moins-values immobilières : la réforme voulue par Macron

Publié le 13/02/2019

Produire davantage de logements, réduire le poids du logement dans le budget des Français ou encore supprimer la taxe d’habitation. Telles sont les problématiques qui ressortent largement du Grand Débat organisé actuellement par le Gouvernement. Dans ce contexte, Emmanuel Macron a toutefois ouvert la porte à une réforme de la fiscalité, plus-values et moins-values immobilières en première ligne.

SCI : quelle taxe en cas de cession de parts ?

Publié le 11/02/2019

Les associés d’une société civile immobilière sont libres de revendre leurs parts à un tiers ou à un autre associé de la structure. Cette revente, comme lors de la cession d’un bien immobilier classique, permet de dégager une plus-value dont la taxation dépend du régime d’imposition choisi lors de la création de la société.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière