Allègement fiscal pour les donations : le Gouvernement favorable

Publié le 13/09/2019

La réforme a déjà été abordée par l’exécutif et confirmée récemment par le ministre Gérald Darmanin. Attention toutefois, pas de bouleversement sur le traitement fiscal réservé aux donations avant 2021, si toutefois les dépenses publiques le permettent. Quant aux successions, le droit sur les héritages n’est pas à l’ordre du jour.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Allègement fiscal pour les donations : le Gouvernement favorable

Soutenir la jeune génération en favorisant les donations

favoriser-donation-succession

Jeudi 29 août dernier, Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, a rappelé le souhait du Gouvernement de repenser la fiscalité appliquée aux donations. Une intention relayée par Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances avec qui il travaille de concert sur le sujet. Et les deux ministres de préciser que la réforme n’était toutefois pas attendue pour le budget 2020 et qu’elle était conditionnée par l’état des finances publiques.

Cet allègement de la fiscalité, s’il entre en vigueur, ne devrait toutefois pas concerner les droits de succession appliqués aux héritages. L’exécutif préfère en effet mettre l’accent sur les donations qui sont généralement réalisées plus tôt dans la vie de la famille. L’idée est de privilégier les jeunes générations qui ont davantage besoin d’un soutien financier que leurs aînés et sont plus enclin à utiliser ce capital pour entreprendre par exemple.

Donation et succession : comment transmettre son patrimoine

Le terme de donation désigne le fait de céder son patrimoine de son vivant, tout en bénéficiant d’un abattement fiscal dont les droits sont renouvelables tous les quinze ans. Ces abattements sont de 100 000 € entre un parent et un enfant et de 31 865 € entre un grand-parent et un petit-enfant. Si les sommes transmises excèdent ces plafonds, alors des droits de succession s’appliquent.

BOFIP – 12/09/2012 : « L’exigibilité du droit de donation est subordonnée à trois conditions : il doit s’agir d’un contrat à titre gratuit ; le donateur doit se dessaisir immédiatement des biens donnés ; la donation doit être acceptée par le donataire ».

De son côté, la succession autrement appelée héritage n’est autre que la transmission qui a lieu après le décès d’une personne. Par défaut et sauf avis contraire, un héritage revient automatiquement aux héritiers qui sont les enfants du défunt.

Droits de donation et de succession, à chaque présidence ses changements

La fiscalité sur les donations et les successions fait l’objet de nombreux débats menés durant chaque mandat présidentiel.

Ainsi, fraîchement élu, Nicolas Sarkozy revoyait à la hausse le plafond des donations parents/enfants qui s’affichait alors à 159 325 € et permettait aux parents de donner tous les six ans sans droits de donation. Crise financière oblige, ces chiffres avaient ensuite été revus à la baisse après l’élection de François Hollande pour atteindre les niveaux actuels.


Dernières Actualités

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Loi de finances 2021 : plusieurs dispositifs de défiscalisation prorogés

Publié le 06/01/2021

Votée et publiée au Journal officiel le 30 décembre, la loi de finances pour 2021 favorise les réductions et crédits d’impôt afin d’inciter les particuliers à investir leur épargne. Plusieurs dispositifs de défiscalisation, qui devaient disparaître, sont finalement prolongés.

Quelles locations meublées sont soumises aux cotisations ?

Publié le 30/12/2020

La loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021 (PLFSS) a été promulguée et publiée au Journal Officiel du 15 décembre. Il pourrait dès lors y avoir quelques changements concernant les prélèvements et cotisations sociales des loueurs en meublé. Pour rappel, depuis la loi de finances pour 2020, les loueurs en meublé n’ont plus pour obligation de s’inscrire au registre du commerce et des sociétés (RCS) pour être considérés comme professionnels, le changement de statut se fait donc parfois à leur insu.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière