Besoin de rénovation énergétique, le Gouvernement va-t-il prélever 5 % du prix de vente ?

Publié le 08/07/2019

Près de 7 millions de Français vivent aujourd’hui encore dans des logements que l’on qualifie de « passoires énergétiques ». Pour mettre fin à ce fléau et inciter les ménages à rénover leur habitation, des députés réclament une expérimentation qui permettrait de mettre sous séquestre 5 % du prix de vente d’un logement pour y faire des travaux. Une mesure qui pourrait concerner environ 13 % du parc immobilier français.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Besoin de rénovation énergétique, le Gouvernement va-t-il prélever 5 % du prix de vente ?

La rénovation énergétique d’un logement bientôt financée à l’aide d’une partie du prix de vente

Alors que les députés étudient le projet de la future loi relative à l’énergie et au climat, les premières annonces font grand bruit. Un certain nombre d’amendements a en effet déjà été voté en Commission des affaires économiques. Même s’il ne s’agit pas d’une adoption ferme et définitive, les questions sont nombreuses.

C’est le cas avec l’amendement N°CE655 qui préconise de bloquer au maximum 5 % du prix de vente d’un bien dans le but de persuader l’acquéreur de réaliser des travaux. Ce montant mis sous séquestre sera en effet débloqué si le nouveau propriétaire accepte d’effectuer une rénovation énergétique du bien. Celle-ci pouvant être menée par lui-même ou par une entreprise de son choix.

Les zones tendues et les logements classés F et G

passoires-thermiques-gouvernement

Tous les logements ne seront toutefois pas concernés. L’amendement ne cible que les zones listées dans l’article 232 du code général des impôts. Autrement dit, il s’agit de villes tendues où l’offre de logements est inférieure à la demande. C’est le cas notamment d’agglomérations comme Paris, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Strasbourg et Toulouse. Les logements qualifiés de passoires thermiques sont également visés. Sont pointés du doigt : des logements mal isolés dont le DPE (diagnostic de performance énergétique) est de classe F ou G. Soit 13 % des logements français environ.

Portée par le député (LREM) Anthony Cellier, la mesure ne verrait pas le jour avant 2021 pour les zones tendues et les passoires énergétiques. Elle pourrait ensuite s’étendre à tout le territoire.

Une mesure qui n’est pas encore définitive

En pratique, la somme mise sous séquestre sera bloquée 3 ans avant d’être reversée à l’État si les travaux ne sont pas effectués. Or, selon les professionnels du secteur comme l’Union nationale des propriétaires immobiliers, ce délai peut être insuffisant si les travaux requièrent l’accord d’une copropriété, par exemple.

14 %

En France, les frais liés à la vente d’un logement sont parmi les plus élevés d’Europe, 14 % environ. Ils incluent les frais d’agence et les frais d’acquisition tels que les frais de notaire. Si 5 % supplémentaires sont retenus au moment de la vente, cela porterait la taxe totale à 19 %.

À noter toutefois que le projet de loi n’étant qu’au stade de la première lecture, cet amendement a encore la possibilité d’d’être révisé. D’autres propositions ont d’ailleurs été faites et sont actuellement à l’étude, comme la révision des loyers en fonction des travaux de rénovation effectués.


Dernières Actualités

Coup de pouce thermostat : la nouvelle aide de 150 €

Publié le 10/07/2020

L’heure est aux coups de pouce de la part du Gouvernement. Pour inciter les ménages français à rénover leurs logements et ainsi réaliser des économies d’énergie, l’exécutif propose désormais une nouvelle aide appelée « coup de pouce Thermostat avec régulation performante ». Celle-ci vient compléter la liste des certificats d’économies d’énergie déjà composée du « coup de pouce chauffage » et du « coup de pouce isolation ».

Convention citoyenne : moins de béton dans les villes, quels impacts sur les logements de demain ?

Publié le 08/07/2020

Ne plus bétonner les villes à outrance, réduire les surfaces urbanisables et redynamiser les centres-villes en misant sur les commerces de proximité, c’est une proposition phare de la Convention Citoyenne pour le Climat qui a réuni, pendant plusieurs mois, quelque 150 citoyens tirés au hasard. Reprise par Emmanuel Macron, cette proposition pourrait profondément modifier les futurs logements et l’architecture même des villes.

La crise du Covid pourrait accélérer la transformation des bureaux en logements

Publié le 06/07/2020

Confinés pendant deux mois entre le 17 mars et le 18 mai, les Français ont dû modifier leurs habitudes. Ceux qui ont pu continuer à travailler ont été nombreux à le faire à distance. Une intensification du télétravail qui a contribué à accélérer le débat autour de l’équilibre domicile-bureau. De nombreuses entreprises envisagent depuis de généraliser le télétravail ce qui pourrait permettre de remettre sur le marché du logement, de nombreux biens dédiés au tertiaire.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière