Impôts : l’IFI va rapporter plus que prévu

Publié le 08/08/2018


Promesse de campagne d’Emmanuel Macron, l’IFI a remplacé l’ISF le 1er janvier dernier. Cette mesure, vivement critiquée par une partie de la classe politique, ne concerne plus les patrimoines constitués de véhicules, bateaux ou œuvres d’art. Le manque à gagner pour le Gouvernement vient toutefois d’être réévalué à la baisse suite aux déclarations enregistrées par le fisc.

De l’ISF à l’IFI

Emmanuel Macron l’avait promis, l’ancien ISF, impôt de solidarité sur la fortune a été remplacé en début d’année par l’IFI, impôt sur la fortune immobilière. Comme son nom l’indique, ce nouvel impôt vise à taxer les ménages les plus fortunés sur leur patrimoine exclusivement immobilier. Cette réforme a en effet été motivée par le souhait du Gouvernement d’inciter les ménages aisés à investir davantage dans les entreprises et non dans le bâti.

Pour rappel, l’IFI doit faire l’objet d’une déclaration dès lors que le patrimoine immobilier détenu au 1er janvier de l’année d’imposition représente au moins 1,3 millions d’euros.

IFI : des estimations en-deçà de la réalité

4,1 milliards d’euros, c’est en moyenne ce que rapportait la collecte de l’ISF à l’Etat. Les premières estimations du Gouvernement pour ce qui concerne l’IFI faisaient état d’une collecte plus proche des 900 millions d’euros. Un manque à gagner colossal que le Gouvernement semblait toutefois prêt à supporter en attendant que les grandes fortunes nationales se décident à réorienter leur épargne au profit des PME françaises.

340 000
340 000 contribuables environ s’acquittaient chaque année de l’ISF

 

Mais ces estimations ont récemment été revues à la hausse suite aux déclarations du nouvel impôt sur la fortune immobilière qui ont été recueillies au printemps. Ainsi, 120 000 contribuables ont déclaré un patrimoine immobilier supérieur ou égal à 1,3 millions d’euros, ce qui devrait permettre à l’Etat de récolter une taxe supérieure au milliard d’euros. L’erreur d’estimation s’explique notamment par la difficulté pour l’administration fiscale d’estimer la part d’immobilier dans le patrimoine des contribuables qui s’acquittaient jusqu’à présent de l’ISF. En effet, depuis 2011, les déclarants dont le patrimoine global ne dépassait pas 2,57 millions d’euros n’avaient plus l’obligation de détailler les éléments le composant.

IFI, un impôt pour « petits riches » ?

 

Cette expression employée par Gilles Carrez, autrefois président de la commission des finances, concerne les ménages possédant quelques appartements, hérités ou acquis au cours de leur vie, bien éloignés donc des grandes fortunes du pays. Car ce sont eux qui pourraient, à terme, être les plus impactés par la réforme de l’ISF.

Albéric de Montgolfier, rapporteur du budget au Sénat, n’a d’ailleurs pas hésité à pointer du doigt les chiffres de 2018, selon lui peu révélateurs de ce que rapportera l’IFI à l’Etat dans les années à venir. Selon lui, dès que les plus fortunés auront revu leur stratégie d’épargne et se seront donc détachés de l’immobilier, la collecte de l’IFI ne sera plus supportée que par les particuliers désireux de se constituer un patrimoine en investissant dans la pierre.


Dernières Actualités

Suppression de la taxe d’habitation : nouveau rebondissement pour les ménages les plus aisés

Publié le 24/05/2019

La suppression de la taxe d’habitation, mesure phare du quinquennat Macron, est aussi attendue que décriée. Si pour les 80% des ménages français les plus modestes, la réforme est en route, pour les 20% des plus riches en revanche, c’est la valse-hésitation. Comme l’a récemment rappelé le premier Ministre, tous les Français seront à termes exonérés de taxe d’habitation mais les plus riches devront patienter.

Immobilier locatif : pourquoi faire appel à une agence ?

Publié le 22/05/2019

Les propriétaires qui décident de se lancer dans l’immobilier locatif peuvent espérer bénéficier de revenus complémentaires tirés des loyers, voire même de quelques avantages fiscaux. Mais, pour cela, il est également nécessaire de pouvoir assumer une bonne dose de tâches administratives. Dans le cas de la mise en location de son bien, l’agent immobilier peut apporter ses conseils avisés.

Première déclaration d’impôts : demandez au fisc votre taux personnalisé

Publié le 20/05/2019

Avec l’entrée en vigueur de prélèvement à la source, les contribuables qui effectuent leur première déclaration se voient automatiquement affecter un taux d’imposition par défaut. Ce taux est adapté au plus grand nombre et non aux situations particulières. Dans certains cas, il peut être utile de demander, dès maintenant, à l’administration fiscale, son taux personnalisé. Dans le cas contraire, il faudra attendre un an.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière