IFI : un nouvel impôt qui ne favorise pas les investisseurs ?

Publié le 15/09/2017

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. IFI : un nouvel impôt qui ne favorise pas les investisseurs ?

Jusqu’ici, l’ISF, impôt de solidarité sur la fortune, permettait à l’état de recevoir une grande partie des bénéfices tirés par les fortunés françaises. Désormais, ce ne sera que sur les biens immobiliers.

Les changements à prévoir

Depuis sa confirmation par Edouard Philippe, le Premier ministre français, les informations affluent sur ce futur impôt.
La différence principale se situe sur les biens imposables : tous les biens des fortunés (meubles, immeubles, véhicules, droits d’usage, actions, etc) pour l’ISF contre seulement les biens immobiliers pour l’IFI. De plus, pour l’ISF, certains biens étaient déductibles des impôts grâce à des exonérations telles que la loi Pinel.
Autre changement, les participants aux capitaux des PME, autrefois bénéficiaires d’une réduction de 50 % de leurs actions, ne le seront plus.

1,3 million
C’est le seuil à partir duquel les fortunés auront à payer l’IFI.

En revanche, le barème d’imposition et le seuil d’application de 1,3 million d’euros resteront les mêmes. Ce sera aussi le cas pour le plafonnement : la somme de l’IFI et de l’impôt sur les revenus ne devra pas dépasser 75 % des revenus du contribuable, comme pour l’impôt actuel.
Au niveau des biens imposables, les résidences principales disposeront encore d’un abbatement de 30 %, quand les biens immobiliers affectés à l’exercice de l’activité professionnelle du contribuable seront encore exonérés. Pour finir, la réduction d’impôt de 75 % sur les dons sera maintenue.

Qu’en est-il du marché immobilier ?

Le programme économique d’Emmanuel Macron, Président de la République, promet une diminution des dépenses de l’État tout en modifiant ou recentrant certains programmes et lois. Le projet de loi finance 2018 est très attendu et suscite l’inquiétude des professionnels du patrimoine et de l’immobilier.
Le marché de l’immobilier reprend peu à peu de ses forces, grâce aux dispositifs Pinel, prêt à taux zéro (PTZ), etc. Si ceux-ci sont supprimés ou modifiés, le marché va-t-il être impacté ?

Une des peurs des professionnels du marché est que les investisseurs cessent d’acheter de l’immobilier pour se déplacer vers des produits non imposables comme l’art, les véhicules, les actions, etc. Cela aurait un effet de baisse des transactions du marché immobilier et en conséquence de baisse des prix et de sous-évaluation des biens.


Dernières Actualités

Eco-PTZ : comment en bénéficier en copropriété ?

Publié le 19/07/2019

Pour faire des travaux de rénovation énergétique, il est possible de bénéficier d’un éco-PTZ. Celui-ci peut être individuel pour financer une partie des aménagements, réparations et autres travaux dans une maison ou dans les parties privatives d’un immeuble. Mais il peut également être collectif lorsqu’il est demandé par le syndicat des copropriétaires d’un bien en copropriété.

Viager : comment est fixé son prix ?

Publié le 17/07/2019

Beaucoup connaissent le principe de la vente immobilière en viager, mais peu savent précisément ce qui se cache derrière ce montage souvent complexe. Entre l’estimation de la valeur vénale du bien, le calcul du bouquet et de la rente et l’importance des tables de mortalité, voici quelques conseils pour mieux appréhender le viager et calculer son coût.

Placement immobilier : faut-il préférer les résidences seniors ou étudiantes ?

Publié le 15/07/2019

Dans le domaine de l’immobilier locatif, les résidences de services offrent de nombreux avantages, en particulier d’un point de vue fiscal. Notamment grâce aux dispositifs de défiscalisation tels que le Censi-Bouvard et le statut de LMNP. Mais encore faut-il faire le bon choix parmi les résidences de tourisme, les résidences étudiantes, les établissements pour seniors et les Ehpad.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière