Boom de l’immobilier : l’IFI a rapporté plus que prévu en 2019

Publié le 03/02/2020

Créé en 2018 en remplacement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a généré des recettes bien supérieures aux objectifs fixés pour l’année 2019. Une bonne surprise pour l’Etat qui s’explique notamment par une année de transactions immobilières record. 7 000 contribuables supplémentaires sont ainsi devenus imposables au titre de l’IFI.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Boom de l’immobilier : l’IFI a rapporté plus que prévu en 2019

Les recettes de l’impôt sur la fortune immobilière revues à la hausse tous les ans

impot-fortune-immobiliere-recettes-hausse

En 2019, le nouvel ISF a rapporté quelque 2,1 milliards d’euros aux caisses de l’Etat. Le projet de loi de finances pour 2019 établit durant l’automne 2018 tablait pourtant sur des recettes de l’ordre de 1,5 milliard d’euros. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, dans le cadre de sa présentation du budget 2019 auprès de la commission des Finances de l’Assemblée.

Depuis son entrée en vigueur, le 1er janvier 2018, l’IFI n’a eu de cesse d’être revu à la hausse. Ainsi en 2018, les prévisions de 850 millions d’euros se sont en réalité portées à 1,3 milliard d’euros, sans compter les ajustements liés aux contrôles fiscaux et aux reliquats de l’ISF.

Le projet de loi de finances pour 2020 prévoit que l’IFI rapportera 1,9 milliard d’euros aux caisses de l’Etat.

IFI : les contribuables se trouvent en majorité à Paris, Lyon et Bordeaux

Pourquoi une telle différence entre les prévisions de Bercy et la réalité ? Pour deux raisons majeures. Tout d’abord, l’administration fiscale et le ministère de l’Économie adoptent une stratégie de prudence face à l’IFI qui n’a que deux ans d’existence. Le manque de données précises concernant les grandes fortunes et leur patrimoine immobilier tendent à donner lieu à des prévisions modérées. En outre, le boom de l’immobilier et le volume de ventes notamment dans l’ancien en 2019, ont tiré le marché vers le haut. Près de 7 000 nouveaux foyers fiscaux sont devenus imposables à l’IFI, ce qui a naturellement augmenté les recettes de l’impôt.

139 149

En 2018, 132 722 contribuables étaient concernés par l’IFI contre 139 149 en 2019. L’IFI ne concernant que le patrimoine immobilier, les chiffres sont évidemment inférieurs à ceux de l’ISF qui concernait près de 360 000 foyers.

Sans surprise, c’est la capitale qui rassemble le plus grand nombre de ménages assujettis à l’IFI. En effet, environ 37 000 foyers paient un total de 455 millions d’euros d’impôt à Paris. Et les arrondissements qui génèrent le plus de recettes sont les 7ème, 15ème, 16ème et 17ème. Les villes de Neuilly-sur-Seine et Boulogne-Billancourt se trouvent également dans le palmarès Île-de-France de l’IFI. En région, ce sont les villes de Lyon et Bordeaux qui sont les plus taxées.


Dernières Actualités

Investissement locatif : la colocation meublée ne présente-t-elle que des avantages ?

Publié le 21/02/2020

Rentabiliser au maximum son investissement tout en réduisant sa fiscalité, tel est le souhait de tous les investisseurs immobiliers. Pour ce faire, la tendance consiste à recourir à la colocation meublée, une combinaison qui permet d’assurer un rendement jusqu’à 15 % supérieur à celui d’une location classique. Attention toutefois, si les atouts sont nombreux, la colocation meublée nécessite des capacités de gestion quotidienne et minutieuse.

Logements vacants : le plan du Gouvernement pour inciter les propriétaires à louer

Publié le 17/02/2020

Alors que dans certaines villes, trouver un logement est synonyme de parcours du combattant, le nombre de logements vacants est quant à lui en perpétuelle hausse depuis quelques années. Un constat alarmant qui a conduit le Gouvernement à lancer un plan national destiné à inciter les propriétaires d’un logement vide à le proposer à la location. Dans le cas contraire, les pouvoirs publics évoquent à demi-mot la réquisition ou les mesures fiscales incitatives.

Construction : du bois, de la paille et du chanvre dans les futurs grands projets publics

Publié le 14/02/2020

Dans trente ans, sept habitants sur dix vivront en ville. Dans ce contexte et, parce que les enjeux climatiques sont de taille, le ministère de la Ville et du logement a présenté son plan « ville durable » qui vise à repenser les règles d’urbanisme. Parmi les nouvelles mesures, la moitié des grands projets publics d’aménagement construits d’ici à 2022 devront comporter des matériaux biosourcés comme le chanvre et la paille, ainsi que du bois.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière