Boom de l’immobilier : l’IFI a rapporté plus que prévu en 2019

Publié le 03/02/2020

Créé en 2018 en remplacement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a généré des recettes bien supérieures aux objectifs fixés pour l’année 2019. Une bonne surprise pour l’Etat qui s’explique notamment par une année de transactions immobilières record. 7 000 contribuables supplémentaires sont ainsi devenus imposables au titre de l’IFI.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Boom de l’immobilier : l’IFI a rapporté plus que prévu en 2019

Les recettes de l’impôt sur la fortune immobilière revues à la hausse tous les ans

impot-fortune-immobiliere-recettes-hausse

En 2019, le nouvel ISF a rapporté quelque 2,1 milliards d’euros aux caisses de l’Etat. Le projet de loi de finances pour 2019 établit durant l’automne 2018 tablait pourtant sur des recettes de l’ordre de 1,5 milliard d’euros. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, dans le cadre de sa présentation du budget 2019 auprès de la commission des Finances de l’Assemblée.

Depuis son entrée en vigueur, le 1er janvier 2018, l’IFI n’a eu de cesse d’être revu à la hausse. Ainsi en 2018, les prévisions de 850 millions d’euros se sont en réalité portées à 1,3 milliard d’euros, sans compter les ajustements liés aux contrôles fiscaux et aux reliquats de l’ISF.

Le projet de loi de finances pour 2020 prévoit que l’IFI rapportera 1,9 milliard d’euros aux caisses de l’Etat.

IFI : les contribuables se trouvent en majorité à Paris, Lyon et Bordeaux

Pourquoi une telle différence entre les prévisions de Bercy et la réalité ? Pour deux raisons majeures. Tout d’abord, l’administration fiscale et le ministère de l’Économie adoptent une stratégie de prudence face à l’IFI qui n’a que deux ans d’existence. Le manque de données précises concernant les grandes fortunes et leur patrimoine immobilier tendent à donner lieu à des prévisions modérées. En outre, le boom de l’immobilier et le volume de ventes notamment dans l’ancien en 2019, ont tiré le marché vers le haut. Près de 7 000 nouveaux foyers fiscaux sont devenus imposables à l’IFI, ce qui a naturellement augmenté les recettes de l’impôt.

139 149

En 2018, 132 722 contribuables étaient concernés par l’IFI contre 139 149 en 2019. L’IFI ne concernant que le patrimoine immobilier, les chiffres sont évidemment inférieurs à ceux de l’ISF qui concernait près de 360 000 foyers.

Sans surprise, c’est la capitale qui rassemble le plus grand nombre de ménages assujettis à l’IFI. En effet, environ 37 000 foyers paient un total de 455 millions d’euros d’impôt à Paris. Et les arrondissements qui génèrent le plus de recettes sont les 7ème, 15ème, 16ème et 17ème. Les villes de Neuilly-sur-Seine et Boulogne-Billancourt se trouvent également dans le palmarès Île-de-France de l’IFI. En région, ce sont les villes de Lyon et Bordeaux qui sont les plus taxées.


Dernières Actualités

Fiscalité : les taxes complémentaires qui pèsent sur les propriétaires

Publié le 30/10/2020

Les taxes locales sont identifiées par les contribuables : taxe foncière sur le bâti, sur le non bâti, taxe d’habitation et cotisation foncière des entreprises. Mais d’autres prélèvements viennent plomber la fiscalité des propriétaires. Sans compter la taxe foncière qui a grimpé en moyenne de plus de 30 % ces dix dernières années. Faisons le point.

Rénovation énergétique : les copropriétés ont désormais droit au dispositif MaPrimeRénov’

Publié le 28/10/2020

Depuis le 1er octobre 2020, tous les propriétaires peuvent bénéficier du dispositif en faveur de la rénovation énergétique des logements. Il peut toujours s’agir des propriétaires occupants, mais les propriétaires bailleurs ainsi que les copropriétaires sont également éligibles. L’aide allouée peut atteindre 25 % du montant total des travaux réalisés dans les parties communes.

Douches à l’italienne obligatoires dans les logements neufs : le BTP réclame 4 ans d’expérimentation

Publié le 26/10/2020

Un arrêté, publié mi-septembre, qui complète les dispositions de la loi ELAN de 2018, revient sur la notion de salles de bain évolutives pour les logements neufs. Dès l’an prochain, il sera obligatoire de construire une douche de plain-pied dans les nouveaux logements, ou de rendre son installation possible et rapide dans le cas d’une baignoire. Une obligation dénoncée par les professionnels du BTP, qui souhaitent que soit mise en place une phase de test avant la généralisation.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière