Boom de l’immobilier : l’IFI a rapporté plus que prévu en 2019

Publié le 03/02/2020

Créé en 2018 en remplacement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a généré des recettes bien supérieures aux objectifs fixés pour l’année 2019. Une bonne surprise pour l’Etat qui s’explique notamment par une année de transactions immobilières record. 7 000 contribuables supplémentaires sont ainsi devenus imposables au titre de l’IFI.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Boom de l’immobilier : l’IFI a rapporté plus que prévu en 2019

Les recettes de l’impôt sur la fortune immobilière revues à la hausse tous les ans

impot-fortune-immobiliere-recettes-hausse

En 2019, le nouvel ISF a rapporté quelque 2,1 milliards d’euros aux caisses de l’Etat. Le projet de loi de finances pour 2019 établit durant l’automne 2018 tablait pourtant sur des recettes de l’ordre de 1,5 milliard d’euros. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, dans le cadre de sa présentation du budget 2019 auprès de la commission des Finances de l’Assemblée.

Depuis son entrée en vigueur, le 1er janvier 2018, l’IFI n’a eu de cesse d’être revu à la hausse. Ainsi en 2018, les prévisions de 850 millions d’euros se sont en réalité portées à 1,3 milliard d’euros, sans compter les ajustements liés aux contrôles fiscaux et aux reliquats de l’ISF.

Le projet de loi de finances pour 2020 prévoit que l’IFI rapportera 1,9 milliard d’euros aux caisses de l’Etat.

IFI : les contribuables se trouvent en majorité à Paris, Lyon et Bordeaux

Pourquoi une telle différence entre les prévisions de Bercy et la réalité ? Pour deux raisons majeures. Tout d’abord, l’administration fiscale et le ministère de l’Économie adoptent une stratégie de prudence face à l’IFI qui n’a que deux ans d’existence. Le manque de données précises concernant les grandes fortunes et leur patrimoine immobilier tendent à donner lieu à des prévisions modérées. En outre, le boom de l’immobilier et le volume de ventes notamment dans l’ancien en 2019, ont tiré le marché vers le haut. Près de 7 000 nouveaux foyers fiscaux sont devenus imposables à l’IFI, ce qui a naturellement augmenté les recettes de l’impôt.

139 149

En 2018, 132 722 contribuables étaient concernés par l’IFI contre 139 149 en 2019. L’IFI ne concernant que le patrimoine immobilier, les chiffres sont évidemment inférieurs à ceux de l’ISF qui concernait près de 360 000 foyers.

Sans surprise, c’est la capitale qui rassemble le plus grand nombre de ménages assujettis à l’IFI. En effet, environ 37 000 foyers paient un total de 455 millions d’euros d’impôt à Paris. Et les arrondissements qui génèrent le plus de recettes sont les 7ème, 15ème, 16ème et 17ème. Les villes de Neuilly-sur-Seine et Boulogne-Billancourt se trouvent également dans le palmarès Île-de-France de l’IFI. En région, ce sont les villes de Lyon et Bordeaux qui sont les plus taxées.


Dernières Actualités

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Loi de finances 2021 : plusieurs dispositifs de défiscalisation prorogés

Publié le 06/01/2021

Votée et publiée au Journal officiel le 30 décembre, la loi de finances pour 2021 favorise les réductions et crédits d’impôt afin d’inciter les particuliers à investir leur épargne. Plusieurs dispositifs de défiscalisation, qui devaient disparaître, sont finalement prolongés.

Quelles locations meublées sont soumises aux cotisations ?

Publié le 30/12/2020

La loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021 (PLFSS) a été promulguée et publiée au Journal Officiel du 15 décembre. Il pourrait dès lors y avoir quelques changements concernant les prélèvements et cotisations sociales des loueurs en meublé. Pour rappel, depuis la loi de finances pour 2020, les loueurs en meublé n’ont plus pour obligation de s’inscrire au registre du commerce et des sociétés (RCS) pour être considérés comme professionnels, le changement de statut se fait donc parfois à leur insu.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière