Impôt à la source : vos prélèvements pourraient augmenter dès fin 2020

Publié le 21/12/2018

Dans quelques jours, le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu fera une entrée remarquée et attendue. Mais un peu redoutée aussi. Si pour de nombreux contribuables, sa mise en place n’aura qu’un impact faible, pour d’autres et notamment pour ceux qui vont voir leur situation financière s’améliorer, les rattrapages de l’impôt en fin d’année pourraient affecter le budget. Une seule règle : l’anticipation.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Impôt à la source : vos prélèvements pourraient augmenter dès fin 2020

L’impôt sur le revenu désormais prélevé tous les mois de l’année

Dès le mois de janvier prochain, les salaires des travailleurs ainsi que les pensions de retraite et les autres revenus seront impactés par le prélèvement de l’impôt à la source. Pour les contribuables qui étaient jusqu’à présent mensualisés et qui n’ont pas vu leur situation professionnelle et fiscale évoluer durant les derniers mois, l’impact devrait être minime. Exception faite de la périodicité des prélèvements qui s’étendra non plus sur 10 mois, mais désormais sur 12, et ce, tous les ans. Une subtilité qui a son importance, car les mois de septembre à décembre permettaient jusqu’alors aux foyers fiscaux dont la situation avait évolué, de payer les éventuels reliquats sans toutefois impacter trop lourdement leur budget.

Attention aux régularisations d’impôts en fin d’année

En 2018, les foyers fiscaux n’ayant perçu que leurs revenus habituels seront exonérés d’impôts grâce au CIMR, le Crédit d’Impôt Modernisation du Recouvrement. Celui-ci permet d’annuler l’impôt de 2018 qui devrait être payé en 2019 et fait donc de 2018 une année blanche fiscalement. En revanche, les ménages ayant perçu des revenus considérés comme exceptionnels (prime, déblocage de participation ou d’intéressement, augmentation conséquente…), seront taxés sur ces versements. Ce reliquat sera à régler en septembre 2019, en plus de la mensualité des impôts de septembre 2019 normalement due.

Bulletin officiel des finances publiques du 25/10/18 : « Les contribuables peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt pour la modernisation du recouvrement (CIMR), à raison des revenus non-exceptionnels perçus ou réalisés en 2018 entrant dans le champ du prélèvement à la source ».

Chaque année, la déclaration des revenus effectuée au printemps permettra un éventuel ajustement du taux applicable l’année suivante.Mais pas seulement. Si les revenus du foyer augmentent, elle permettra également à l’administration fiscale de déterminer le reliquat qui devra être payé en fin d’année suivante. Si la différence est supérieure à 300 euros, son remboursement sera étalé en plusieurs fois entre les mois de septembre et de décembre, ce en plus des prélèvements initialement dus.

Afin d’éviter que les reliquats ne pèsent trop lourd en fin d’année,les ménages concernés par une augmentation de revenus ont donc tout intérêt à anticiper en demandant à l’administration fiscale une modulation du taux en temps réel.


Dernières Actualités

Placement immobilier : faut-il préférer les résidences seniors ou étudiantes ?

Publié le 15/07/2019

Dans le domaine de l’immobilier locatif, les résidences de services offrent de nombreux avantages, en particulier d’un point de vue fiscal. Notamment grâce aux dispositifs de défiscalisation tels que le Censi-Bouvard et le statut de LMNP. Mais encore faut-il faire le bon choix parmi les résidences de tourisme, les résidences étudiantes, les établissements pour seniors et les Ehpad.

Revenus fonciers : mode d’emploi pour déduire les travaux de 2019

Publié le 12/07/2019

L’entrée en vigueur du prélèvement à la source a fait de 2018 une année blanche sur le plan fiscal. Les revenus non-exceptionnels sont donc effacés grâce à un crédit d’impôt. Mais afin d’éviter les effets d’aubaine, les règles en matière de déductibilité des travaux changent pour 2018 et 2019. Sauf en cas d’urgence, il est conseillé de reporter les gros travaux de quelques mois. Explications.

Lutte contre la fraude fiscale : qui sont les nouveaux supers flics ?

Publié le 10/07/2019

Le service d’enquêtes judiciaires des finances (SEJF) vient de voir le jour quelques mois après la promulgation de la loi anti-fraude. À Berçy, ces nouveaux enquêteurs auront le statut d’agents des impôts assorti d’un pouvoir de police capable de mener des écoutes et des filatures. Objectif, résorber la fraude fiscale qui coûte chaque année entre 25 et 100 milliards d’euros à la France.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière