Impôt à la source : certaines feuilles de paie déjà concernées depuis novembre ?

Publié le 12/12/2018

Afin d’éviter les couacs en janvier, plusieurs millions de contribuables ont déjà vu leur bulletin de salaire s’allonger d’une ligne en novembre. Un prélèvement à la source par anticipation, nécessaire selon l’Etat et les professionnels de la paie, afin que toutes les questions ne surviennent pas au même moment fin janvier.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Impôt à la source : certaines feuilles de paie déjà concernées depuis novembre ?

32 % des salariés déjà soumis à un prélèvement à la source test

Officiellement, le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu entrera en vigueur en janvier 2019. Mais avec quelque 38 millions de foyers fiscaux et 25 millions de salariés en France, il a paru plus sage d’anticiper. Pour prévenir d’ores et déjà d’éventuels problèmes ou interrogations, certaines entreprises ont fait le choix d’une préfiguration avant le lancement officiel l’an prochain. Ainsi, depuis cet automne, 6 millions de salariés du privé et 2 millions de travailleurs de la fonction publique connaissent la nouvelle version de leur bulletin de paie et le montant qui sera prélevé en janvier.

Car si le test s’est fait grandeur nature, le montant indiqué n’a bien sûr pas encore été prélevé. Pour ça, il faudra attendre le début de l’année. L’idée était plus d’anticiper les erreurs de taux, de répondre aux premières questions et de permettre à tous d’effectuer les derniers réglages.

Pas de problèmes en vue, mais un seul mot d’ordre : vérifier le taux appliqué

À première vue, ce premier test, déployé entre octobre et décembre, a été plutôt positif. Pourtant, les spécialistes et notamment les professionnels de la paie encouragent les entreprises à sensibiliser leurs salariés à la question de leurs feuilles de paie et en particulier au taux appliqué. Car il ressort de cette expérience que la plupart des actifs est davantage sensible au montant viré sur son compte bancaire chaque mois qu’aux détails inscrits sur un document papier. Or une erreur peut coûter cher.

En l’absence de déclaration ou à cause d’une déclaration erronée, il se peut par exemple que l’administration ait appliqué un taux inférieur à celui normalement utilisé tel que le taux d’un célibataire sans enfant. Une erreur qui devra évidemment être rattrapée plus tard dans l’année.

Pour cette raison, tous les contribuables, y compris les non-imposables, doivent avoir déclaré leurs revenus pour l’année 2018.

En cas d’oubli ou d’erreur, tous les télédéclarants ont jusqu’au mardi 18 décembre pour corriger leur déclaration d’impôts sur le revenu 2018. Il suffit pour se faire de se rendre sur l’espace dédié du portail des impôts munit de son numéro fiscal de référence et d’un mot de passe. Selon l’augmentation ou la diminution de l’impôt que la correction engendre, l’administration fiscale procédera à un ajustement ou à un remboursement.


Dernières Actualités

Placement immobilier : faut-il préférer les résidences seniors ou étudiantes ?

Publié le 15/07/2019

Dans le domaine de l’immobilier locatif, les résidences de services offrent de nombreux avantages, en particulier d’un point de vue fiscal. Notamment grâce aux dispositifs de défiscalisation tels que le Censi-Bouvard et le statut de LMNP. Mais encore faut-il faire le bon choix parmi les résidences de tourisme, les résidences étudiantes, les établissements pour seniors et les Ehpad.

Revenus fonciers : mode d’emploi pour déduire les travaux de 2019

Publié le 12/07/2019

L’entrée en vigueur du prélèvement à la source a fait de 2018 une année blanche sur le plan fiscal. Les revenus non-exceptionnels sont donc effacés grâce à un crédit d’impôt. Mais afin d’éviter les effets d’aubaine, les règles en matière de déductibilité des travaux changent pour 2018 et 2019. Sauf en cas d’urgence, il est conseillé de reporter les gros travaux de quelques mois. Explications.

Lutte contre la fraude fiscale : qui sont les nouveaux supers flics ?

Publié le 10/07/2019

Le service d’enquêtes judiciaires des finances (SEJF) vient de voir le jour quelques mois après la promulgation de la loi anti-fraude. À Berçy, ces nouveaux enquêteurs auront le statut d’agents des impôts assorti d’un pouvoir de police capable de mener des écoutes et des filatures. Objectif, résorber la fraude fiscale qui coûte chaque année entre 25 et 100 milliards d’euros à la France.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière