Défiscalisation : FIP et FCPI, le point en 2018

Publié le 06/08/2018


Les niches fiscales sont nombreuses en France. Elles permettent des avantages fiscaux sous la forme de réductions ou de crédits d’impôt tout en encourageant la croissance du pays. Parmi ces niches, les FIP et FCPI qui ont séduit de nombreux ménages l’année dernière. Mais la donne a évolué en 2018, faisant craindre un manque à gagner pour le financement des entreprises.

FCPI, FIP, des instruments de défiscalisation qui ont séduit les particuliers en 2017

Les FCPI (fonds communs de placement dans l’innovation) et les FIP (fonds d’investissement de proximité) sont des outils de défiscalisation qui permettent par ailleurs de financer les TPE-PME à l’échelle régionale ainsi que les entreprises innovantes en France et en Europe. Ces placements permettaient jusqu’à présent des réductions d’impôts sur le revenu ou sur la fortune.
2017 a été une année exceptionnelle pour la collecte des fonds, proche des records de l’année 2008, période d’avant crise. Elle a attiré 137 000 particuliers contre 145 000 en 2008.

1,83 millions d’euros
1,83 millions d’euros, c’est le montant total des réductions d’impôts dont ont pu bénéficier les détenteurs de parts dans des FIP ou des FCPI en 2017. Soit 581 millions d’euros sur l’impôt sur la fortune et 502 millions sur l’impôt sur le revenu.

 

Disparition de l’ISF au profit de l’IFI : quelles conséquences sur les fonds de placement

ISF-PME, voici toutefois le sigle qui fait relativiser les instances chargées de réguler et d’encadrer les investissements. En effet, l’AFG (Association française de la gestion financière) et France Invest (Association des investisseurs pour la croissance), alertent sur le fait qu’en 2017, il était encore possible de bénéficier d’une réduction d’impôts au titre de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF).

Mais depuis 2018 et l’entrée en vigueur de l’IFI (Impôts sur la fortune immobilière), l’avantage lié aux FCPI et aux FIP est désormais réservé exclusivement au seul impôt sur le revenu. Pour compenser cette perte, il est cependant possible de déduire de l’impôt sur le revenu 25 % des versements effectués jusqu’à la fin de l’année, au lieu des 18 % autorisés habituellement.

Vers une hausse de la réduction d’impôt sur le revenu ?

 

La défiscalisation des particuliers est un point, mais l’intérêt pour les PME en est un autre. Avec l’arrêt de l’avantage fiscal permis au titre de l’ISF-PME, les professionnels estiment en effet à 1 milliard d’euros la perte financière que devront essuyer chaque année les petites entreprises françaises.

Pour éviter une mesure trop pénalisante qui irait à l’encontre des objectifs de croissance du Gouvernement, ces mêmes spécialistes recommandent un avantage fiscal de l’ordre de 35 % au titre de l’impôt sur le revenu. Un taux qui tendrait à se rapprocher doucement des 50 % que permettait de déduire l’ISF-PME.

Tous sont cependant d’accord sur le fait qu’il faut encourager les particuliers à diversifier leur épargne, tout comme les entreprises doivent multiplier leurs sources de financement. De même, ils n’hésitent pas à rappeler le risque parfois élevé que représente pour les particuliers, l’investissement dans les entreprises. Ce genre de placement n’étant pas liquide.


Dernières Actualités

Immobilier ancien : hausse du nombre d’investisseurs locatifs

Publié le 18/01/2019

En 2018, le nombre d’investisseurs tournés vers l’immobilier locatif a grimpé en flèche. En cause, les fortes incertitudes liées aux marchés financiers. Mais pour 2019 ? Rien n’est moins sûr à l’heure où les taux d‘emprunt sont déjà annoncés à la hausse, et où plane un retour de l’encadrement des loyers à Paris.

Plus-values immobilières : une taxation alourdie en 2019 ?

Publié le 16/01/2019

Cette année, encore, les vendeurs immobiliers pourraient souffrir d’une lourde fiscalité. La taxe sur le produit des ventes devrait rester stable après une hausse de 6 % entre 2017 et 2018. Pour les vendeurs, plusieurs solutions leurs permettent toutefois d’alléger la plus-value taxable afin d’optimiser leurs opérations. Entre taxation, exonération et abattement, faisons le point.

Immobilier : à la montagne aussi, les prix flambent !

Publié le 14/01/2019

Environ 1 Français sur 3 choisit chaque année de passer ses vacances d’été à la montagne. Un chiffre qui grimpe davantage chez la jeune génération. En hiver bien sûr, la montagne arrive en premier choix lorsqu’il s’agit de s’évader quelques jours. Une situation qui influence grandement le prix de l’immobilier montagnard. Voici notre palmarès des destinations les plus prisées et de celles qui permettent un investissement au pied des pistes à petit prix.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière