Adoption de la loi climat : quels changements à prévoir pour les logements français ?

Publié le 11/05/2021

À l’issue d’un débat de 110 heures, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi climat qui doit ensuite être soumis au Sénat courant juin. Cette loi, qui reprend certaines des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, va imposer de nombreux changements et rénovations dans les logements des Français. Faisons le point.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Adoption de la loi climat : quels changements à prévoir pour les logements français ?

Évaluation énergétique des logements : le DPE bientôt opposable

La loi climat va rendre le DPE opposable et imposer un audit thermique.

Le projet de loi nº 3875 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets, dit loi climat, a été adopté par l’Assemblée nationale en première lecture le 4 mai dernier. Comme l’indique le Gouvernement sur son site Internet, « ce texte a fait l’objet d’un des plus longs débats parlementaires de la Ve République : à la mesure des ambitions qu’il porte ».

Jugée insuffisamment ambitieuse par nombre d’associations écologistes, la loi devrait toutefois produire ses premiers effets à compter du 1er juillet 2021, avec l’entrée en vigueur de l’opposabilité du diagnostic de performance énergétique (DPE). À partir de cette date, le DPE ne sera plus seulement informatif, mais obligatoire et engagera la responsabilité du propriétaire ou du vendeur, voire du diagnostiqueur dans certains litiges. Le dossier de diagnostic technique qui regroupe notamment le DPE et les diagnostics gaz et électricité, devra également comprendre un audit énergétique obligatoire réalisé à l’issue des travaux de rénovation. Avec un coût estimé entre 500 et 600 euros, cet audit thermique aura pour objectif de prouver que les travaux sont conformes.

1 logement sur 3 rénové d’ici à 2034

À partir de 2023, les plus énergivores des logements classés F et G au DPE, autrement dit, les passoires thermiques, seront interdits à la location. Les propriétaires de ces logements devront donc procéder à des rénovations avant de pouvoir de nouveau proposer leurs biens sur le marché locatif. Cette contrainte concernera l’ensemble des logements ayant une classe énergétique G dès 2025 et F dès 2028. À partir de 2034, il est prévu que les logements classés E soient également concernés.

12 millions

Plus d’un tiers du parc locatif privé devrait être rénové d’ici à 2034, soit 12 millions de logements.

Un accompagnement obligatoire pour mieux comprendre les dispositifs

En complément du dispositif MaPrimeRénov’, lancé le 1er janvier 2020, le Gouvernement souhaite généraliser le prêt avance mutation. Avec le concours des banques, il s’agit en effet de proposer davantage ce prêt qui existe pourtant depuis 2015, et qui prend la forme de versements réguliers et d’un remboursement à la vente du bien. Ce dispositif devrait cibler en particulier les ménages modestes pour qui le reste à charge en cas de travaux est parfois dissuasif.

MaPrimeRénov’ devrait en outre être assortie d’un accompagnement obligatoire. Avec un coût moyen estimé à 1 600 euros, cet accompagnement assuré par un tiers certifié, public ou privé, doit permettre de suivre et de conseiller les maîtres d’ouvrages durant tout le processus de rénovation : aides et dispositifs, quels travaux réaliser, quels professionnels solliciter.


Dernières Actualités

Éco-PTZ : vers une prolongation du dispositif ?

Publié le 24/06/2021

Alors que l’éco-prêt à taux zéro doit prendre fin au 31 décembre 2021, la députée Bénédicte Peyrol, suggère qu’il soit à la place amélioré et prorogé. Une suggestion faite dans le cadre de l’évaluation du budget 2021. Dans son format actuel, l’éco-PTZ a connu une baisse de près de 73 % des demandes entre ses débuts en 2009 et l’année 2018, avant de trouver un second souffle en 2019.

Charges de copropriété : quelle évolution avec le Covid-19 ?

Publié le 22/06/2021

Alors qu’on aurait pu s’attendre à une hausse des charges de copropriété du fait de la pandémie, c’est un tout autre bilan que dresse l’Association des responsables de copropriété (ARC) pour l’année 2020. En moyenne, les charges auraient reculé d’environ 2 % sur un an, du jamais-vu depuis 2014. Une tendance qui trouve sa source dans la douceur de l’hiver, mais qui ne concerne pas tous les postes de dépenses.

Litiges immobiliers : de bonnes affaires en perspective

Publié le 17/06/2021

Avec la crise sanitaire, les biens immobiliers litigieux tendent à se multiplier sur le marché. Il peut s’agir par exemple d’une vente consécutive à une séparation ou à un divorce, d’une vente successorale difficile, d’un squat, ou encore d’un logement déjà loué pour lequel le locataire en place ne paie pas son loyer. Si cela peut occasionner des tourments pour les propriétaires, les biens litigieux peuvent également être synonymes de bonnes affaires. À condition d’éviter les pièges.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière