Chèque énergie : quelles nouveautés pour 2019 ?

Publié le 14/12/2018

Depuis le 1er janvier 2018, le chèque énergie apporte un coup de pouce aux ménages modestes pour payer factures de gaz et d’électricité, mais également travaux de rénovation énergétique. Dès l’an prochain, cette aide devrait être accessible à davantage de ménages et son enveloppe sera augmentée. Comment bénéficier du chèque énergie ? Quelles sont les conditions d’éligibilité ?

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Chèque énergie : quelles nouveautés pour 2019 ?

Quelles conditions pour bénéficier du chèque énergie ?

Depuis le début de l’année 2018, le barème des tarifs sociaux sur l’énergie a cédé sa place au chèque énergie. Un dispositif dont quelque 3,6 millions de ménages ont pu profiter pour payer leurs factures de prestataires d’énergie : électricité, gaz, fioul, bois.

Pour recevoir un chèque énergie, les ménages ne doivent pas dépasser un certain revenu fiscal de référence fixé pour 2018 à 7 700 € pour une personne seule, 11 550 € pour un couple et 13 860 € pour un couple avec un enfant. Le montant alloué est quant à lui compris entre 48 € et 227 € par an selon la composition du foyer, pour une somme moyenne constatée de 150 €.

Le chèque énergie n’est soumis à aucune démarche particulière. En effet, selon les informations transmises à l’administration fiscale par l’intermédiaire de la déclaration d’impôts sur le revenu, le fisc adresse ou non un chèque aux foyers concernés. Au printemps 2018, les bénéficiaires ont reçu un chèque par courrier ou par e-mail.

Davantage de bénéficiaires et des barèmes plus avantageux en 2019

Le 14 novembre dernier, trois jours à peine avant la première manifestation des « gilets jaunes », le Premier ministre Edouard Philippe a présenté un certain nombre de mesures destinées à accompagner les Français dans la transition énergétique et à soutenir le budget des plus fragiles. Parmi ces mesures, le chèque énergie qui va être revalorisé dès le 1er janvier 2019.

Première évolution, une hausse de 50 € du montant moyen accordé aux ménages modestes qui passe ainsi de 150 € à 200 € par an. Le barème d’éligibilité est lui aussi rehaussé. Pourront bénéficier du chèque énergie en 2019, les personnes seules dont le revenu fiscal de référence n’excède pas 10 700 €. Un seuil qui passe à 16 050 € pour un couple et à 19 260 € pour un couple avec un enfant. Enfin, ce chèque devrait être envoyé durant le plein hiver et non au début du printemps comme c’était le cas cette année.

5,8 millions
5,8 millions, c’est le nombre de ménages qui pourront bénéficier du chèque énergie en 2019. Soit 2,2 millions de ménages en plus par rapport à l’année 2018.

Pour l’utiliser, il suffit de l’envoyer directement à son prestataire d’énergie ou bien l’utiliser depuis la plateforme dédiée du ministère de la Transition écologique. Son mode d’utilisation devrait lui aussi être simplifié en 2019. Rappelons que cette année, quelque 16 % des bénéficiaires du chèque énergie ne l’ont pas utilisé.


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière