Chèque énergie : quelles nouveautés pour 2019 ?

Publié le 14/12/2018

Depuis le 1er janvier 2018, le chèque énergie apporte un coup de pouce aux ménages modestes pour payer factures de gaz et d’électricité, mais également travaux de rénovation énergétique. Dès l’an prochain, cette aide devrait être accessible à davantage de ménages et son enveloppe sera augmentée. Comment bénéficier du chèque énergie ? Quelles sont les conditions d’éligibilité ?


Quelles conditions pour bénéficier du chèque énergie ?

Depuis le début de l’année 2018, le barème des tarifs sociaux sur l’énergie a cédé sa place au chèque énergie. Un dispositif dont quelque 3,6 millions de ménages ont pu profiter pour payer leurs factures de prestataires d’énergie : électricité, gaz, fioul, bois.

Pour recevoir un chèque énergie, les ménages ne doivent pas dépasser un certain revenu fiscal de référence fixé pour 2018 à 7 700 € pour une personne seule, 11 550 € pour un couple et 13 860 € pour un couple avec un enfant. Le montant alloué est quant à lui compris entre 48 € et 227 € par an selon la composition du foyer, pour une somme moyenne constatée de 150 €.

Le chèque énergie n’est soumis à aucune démarche particulière. En effet, selon les informations transmises à l’administration fiscale par l’intermédiaire de la déclaration d’impôts sur le revenu, le fisc adresse ou non un chèque aux foyers concernés. Au printemps 2018, les bénéficiaires ont reçu un chèque par courrier ou par e-mail.

Davantage de bénéficiaires et des barèmes plus avantageux en 2019

Le 14 novembre dernier, trois jours à peine avant la première manifestation des « gilets jaunes », le Premier ministre Edouard Philippe a présenté un certain nombre de mesures destinées à accompagner les Français dans la transition énergétique et à soutenir le budget des plus fragiles. Parmi ces mesures, le chèque énergie qui va être revalorisé dès le 1er janvier 2019.

Première évolution, une hausse de 50 € du montant moyen accordé aux ménages modestes qui passe ainsi de 150 € à 200 € par an. Le barème d’éligibilité est lui aussi rehaussé. Pourront bénéficier du chèque énergie en 2019, les personnes seules dont le revenu fiscal de référence n’excède pas 10 700 €. Un seuil qui passe à 16 050 € pour un couple et à 19 260 € pour un couple avec un enfant. Enfin, ce chèque devrait être envoyé durant le plein hiver et non au début du printemps comme c’était le cas cette année.

5,8 millions
5,8 millions, c’est le nombre de ménages qui pourront bénéficier du chèque énergie en 2019. Soit 2,2 millions de ménages en plus par rapport à l’année 2018.

Pour l’utiliser, il suffit de l’envoyer directement à son prestataire d’énergie ou bien l’utiliser depuis la plateforme dédiée du ministère de la Transition écologique. Son mode d’utilisation devrait lui aussi être simplifié en 2019. Rappelons que cette année, quelque 16 % des bénéficiaires du chèque énergie ne l’ont pas utilisé.


Dernières Actualités

Rénovation immobilière : comment profiter du CITE en 2019 ?

Publié le 22/03/2019

Un temps prévu pour être supprimé fin 2018, le crédit d’impôt transition énergétique, plus connu sous le nom de CITE, a finalement été prorogé jusqu’au 31 décembre 2019. Cette année encore, les propriétaires qui souhaitent entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans leur logement pourront donc percevoir une partie des frais engagés sous la forme d’un crédit d’impôt sur le revenu. Les conditions d’éligibilité sont les mêmes que l’année précédente.

Immobilier locatif : les atouts de la résidence étudiante

Publié le 20/03/2019

Tout investisseur locatif cherche à lier des avantages fiscaux avec un rendement pertinent. Une combinaison qui peut être atteinte grâce aux résidences étudiantes, de plus en plus prisées. Avec la crise du logement que traverse la France et le nombre d’étudiants dans le supérieur qui ne cesse de croître, ce type d’habitations permet de relier l’offre à la demande.

Investissement à la montagne : booster sa fiscalité grâce au statut de LMNP

Publié le 18/03/2019

Si l’investissement dans l’immobilier de tourisme répond à des règles strictes, il permet également de bénéficier d’une fiscalité avantageuse. À condition de choisir scrupuleusement sa destination, son statut et le mode de location. Le statut de loueur en meublé non professionnel permet d’optimiser cette fiscalité.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière