2022 : les grands changements de l’immobilier

Publié le 14/01/2022

Chaque année apporte avec elle son lot de changements. Pour 2022, les nouveautés concernant l’immobilier arrivent, pour beaucoup, dès ce mois de janvier. Elles concernent à la fois les passoires thermiques, les conditions d’accès au crédit immobilier, en passant par l’encadrement des loyers dans certaines villes et le cautionnement. Etat des lieux...

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. 2022 : les grands changements de l’immobilier

Location : signature électronique et encadrement des loyers

À partir de cette année, l’encadrement des loyers, qui ne concernait jusqu’à présent que Paris, Lille, Lyon et Villeurbanne, est étendu à Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin et Romainville. Il s’agit de neuf communes de l’Est parisien qui constituent l’intercommunalité « Est Ensemble ». Bordeaux et Montpellier appliqueront également la mesure dans le courant de l’année.

Service Public :

« L’encadrement des loyers interdit au propriétaire de fixer un loyer supérieur à un montant maximum. Il ne s’applique que dans les communes situées en zone tendue ».

Concernant le cautionnement, dont peuvent bénéficier les locataires qui font appel à un garant, celui-ci peut désormais être signé numériquement et donc à distance. La signature numérique des actes de cautionnement est une bonne nouvelle, particulièrement pour les parents qui se portent garants pour leur enfant étudiant loin du domicile.

Règles liées aux crédits immobiliers et aux crédits hypothécaires

Depuis le 1er janvier, les recommandations du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF), à destination des banques, sont désormais des normes juridiquement contraignantes. Hormis une marge de manœuvre de 20 % des dossiers, les banques doivent donc obligatoirement respecter un taux d’endettement de 35 % et une durée maximale des crédits, fixée à 25 ans.

Une autre nouveauté concerne, cette fois, les crédits hypothécaires. Jusqu’à présent, les banques se basaient sur le prix d’achat du bien pour définir le montant prêté. Elles devront désormais posséder une expertise de celui-ci, qui permettra d’en déterminer sa valeur objective. Cette règle résulte d’une directive de l’Autorité bancaire européenne (ABE).

Fiscalité : taxe d’habitation et statuts LMNP/LMP

Les contribuables qui louent un ou plusieurs biens meublés, pouvaient faire le choix du statut de LMP (loueur en meublé professionnel). Ce sera désormais automatique, à partir de 23 000 € de recettes annuelles et à la condition que la location meublée représente l’activité principale. Attention toutefois, cette requalification automatique présente des avantages et des inconvénients. Le statut de LMP, contrairement à celui de LMNP (loueur en meublé non-professionnel), implique le paiement de cotisations sociales. Mais il offre également la possibilité de déduire le déficit du revenu global et d’être exonéré sur la plus-value.

Enfin, les contribuables les plus aisés qui continuent à payer la taxe d’habitation sur leur résidence principale seront, en 2022, exonérés à 65 %, avant disparition totale de la taxe en 2023. Pour rappel, les résidences secondaires, quant à elles, ne sont pas concernées par la réforme.


Dernières Actualités

Taxe d’habitation : l’impôt sera supprimé pour tous en 2023

Publié le 26/01/2022

L’an prochain, la taxe d’habitation sur la résidence principale, sera définitivement supprimée pour l’ensemble des Français. Si 80 % des ménages sont déjà totalement exonérés, 20 % doivent encore payer une partie de la taxe en 2022. Dates à retenir, calcul, exceptions, voici ce qu’il faut savoir sur la taxe d’habitation en 2022.

La location de studios a toujours le vent en poupe

Publié le 21/01/2022

Avec la crise sanitaire et les confinements successifs, les maisons avec jardin sont parmi les biens les plus recherchés. En 2021, pourtant, les petits espaces de type studios ou T1 sont largement représentés et connaissent même une hausse par rapport à 2020. Une tendance qui peut s’expliquer par un besoin de mobilité et davantage d’offres sur le marché locatif.

Covid et immobilier : 1 locataire sur 5 s’inquiète de ne pas pouvoir payer son loyer

Publié le 19/01/2022

Alors que l’actualité est toujours rythmée par l’épidémie de covid-19, les locataires sont de nouveau nombreux à craindre d’être confrontés à des impayés de loyers. C’est en tout cas ce que révèle un sondage SeLoger, réalisé fin 2021. De leur côté, les bailleurs, plutôt sereins, ont toutefois intérêt à se protéger contre les impayés, grâce, notamment, à la garantie VISALE.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière