Immobilier : le marché à la loupe

Publié le 20/07/2021

Se Loger vient de publier son premier bilan chiffré de l’année immobilière pour 2021. Les six premiers mois de l’année nous apprennent par exemple que les prix de l’immobilier ancien sont à la hausse et particulièrement ceux des appartements. On assiste par ailleurs à un rebond des ventes alors qu’un futur acquéreur sur trois redoute que la baisse de l’offre ne se poursuive.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Immobilier : le marché à la loupe

Prix de l’immobilier : des hausses plus ou moins marquées selon les villes

Les prix du marché de l'immobilier ancien sont en hausse en 2021.

Selon le Baromètre LPI-SeLoger, il faut dépenser aujourd’hui en moyenne 3 673 €/m² pour devenir propriétaire de son logement. Et ces chiffres varient selon qu’il s’agit d’une maison (2 953 €/m²) ou d’un appartement (4 366 €/m²).

D’une manière générale, la hausse des prix dans l’ancien tend à ralentir sur le dernier trimestre, même si les augmentations restent importantes : +4,4 % sur douze mois et +1,8 % sur trois mois. +6,3 % de hausse des prix pour les appartements sur les douze derniers mois et +3,8 % sur les trois derniers mois. Pour les maisons, cependant, la hausse est de 1,9 % sur un an, mais les prix baissent de 1 % durant le dernier trimestre.

À Paris en particulier, les prix de l’immobilier ont augmenté de 5,3 % sur 1 an et s’établissent désormais à 11 194 €/m² en moyenne. Dans les 6ème et 7ème arrondissements, la barre des 14 000 €/m² a même été dépassée. Des chiffres qui contrastent avec ceux relevés dans la grande ville la plus accessible de France : Saint-Etienne. On peut y devenir propriétaire pour 1 500 €/m². Pour d’autres villes moyennes de plus de 50 000 habitants en revanche, les hausses sur un an sont importantes, entre 19 et 18 %. C’est le cas à Evreux, Poitiers, Saint Quentin, Tourcoing, Albi, Laval et Valence.

Fort rebond du volume des ventes, les offres en baisse

Sur les trois derniers mois, l’étude révèle une hausse de 67,5 % du volume des ventes en France. Pourtant, celles-ci sont toujours en-deçà de l’avant crise et sont notamment inférieures de 15 % aux chiffres de la même période en 2019.

27 % des futurs vendeurs et 34 % des futurs acquéreurs redoutent par ailleurs que le manque d’offres sur le marché ne s’aggrave dans les mois à venir.

D’une manière générale, la France manque de logements. Un phénomène qui pourrait s’accentuer dans les villes moyennes, avec la généralisation du télétravail et la hausse des recherches d’une maison avec jardin.

Toujours selon l’étude, 22 % des futurs vendeurs et 21 % des futurs acheteurs pensent que les prix vont baisser dans les prochains mois. 55 % des futurs acquéreurs et 51 % des futurs vendeurs s’attendent au contraire à ce que les prix continuent d’augmenter dans les mois à venir. Enfin, pour 24 % des acquéreurs potentiels et 28 % des propriétaires ayant un projet de vente, les prix devraient se stabiliser. Résultat, 44 % des porteurs de projet immobilier estiment que le milieu de l’année 2021 correspond au bon moment pour acheter. Ce chiffre était de 73 % en février 2020.


Dernières Actualités

Taxe d’habitation : l’impôt sera supprimé pour tous en 2023

Publié le 26/01/2022

L’an prochain, la taxe d’habitation sur la résidence principale, sera définitivement supprimée pour l’ensemble des Français. Si 80 % des ménages sont déjà totalement exonérés, 20 % doivent encore payer une partie de la taxe en 2022. Dates à retenir, calcul, exceptions, voici ce qu’il faut savoir sur la taxe d’habitation en 2022.

La location de studios a toujours le vent en poupe

Publié le 21/01/2022

Avec la crise sanitaire et les confinements successifs, les maisons avec jardin sont parmi les biens les plus recherchés. En 2021, pourtant, les petits espaces de type studios ou T1 sont largement représentés et connaissent même une hausse par rapport à 2020. Une tendance qui peut s’expliquer par un besoin de mobilité et davantage d’offres sur le marché locatif.

Covid et immobilier : 1 locataire sur 5 s’inquiète de ne pas pouvoir payer son loyer

Publié le 19/01/2022

Alors que l’actualité est toujours rythmée par l’épidémie de covid-19, les locataires sont de nouveau nombreux à craindre d’être confrontés à des impayés de loyers. C’est en tout cas ce que révèle un sondage SeLoger, réalisé fin 2021. De leur côté, les bailleurs, plutôt sereins, ont toutefois intérêt à se protéger contre les impayés, grâce, notamment, à la garantie VISALE.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière