Prélèvement à la source : les Français vont-ils reporter leur achat immobilier ?

Publié le 02/01/2019

Depuis quelques heures, le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu est entré en vigueur. Si l’exécutif se dit confiant, les ménages craignent des erreurs et sont nombreux à redouter la mesure qui pourrait avoir un impact négatif sur leur pouvoir d’achat. Pour les futurs acheteurs immobiliers plus particulièrement, le prélèvement à la source s’accompagne de plusieurs interrogations. Certains d’entre eux envisagent d’ailleurs de reporter leur projet.


Le prélèvement de l’impôt à la source pourrait affecter le moral des Français

Alors que le Gouvernement se veut rassurant, 72 % des Français craignent un impact négatif du prélèvement à la source sur leur budget. Une crainte en particulier revient dans près d’un tiers des cas, celle d’une erreur de l’administration ou de l’employeur qui engendrerait une erreur du montant prélevé. Le prélèvement direct de l’impôt sur les salaires et les autres revenus pourrait également avoir des conséquences sur le pouvoir d’achat des ménages. Si cet impact n’est pas avéré, il pourrait tout aussi bien être psychologique à cause de la baisse bien réelle des revenus.

C’est donc en premier lieu le moral des Français qui pourrait être affecté par cette nouvelle mesure. Les particuliers redoutent en effet une plus grande difficulté pour gérer leur budget et des impôts encore plus présents dans leur quotidien. Une impression que les spécialistes considèrent comme normale mais qui devrait s’estomper au fil des mois.

L’année 2019 pourrait enregistrer une baisse du volume des transactions immobilières

Parfaite illustration des conséquences du prélèvement à la source sur le budget des ménages, près d’un sur trois prévoit de reporter un achat important initialement programmé en 2019. Qu’il s’agisse d’un changement de véhicule, d’un achat immobilier ou encore de travaux de rénovation, ceux-ci pourraient ainsi être reportés en 2020, quand les Français se seront habitués à cette nouvelle mesure.

15 %

15 % des Français ont un projet d’achat immobilier qu’ils souhaitent réaliser dans les deux années à venir. Parmi eux, plus de la moitié envisagent de différer cette acquisition à cause de l’entrée en vigueur du prélèvement à la source.

55 % des ménages qui souhaitent acquérir une résidence principale dans les prochains 24 mois craignent que le prélèvement à la source ne vienne alourdir leur budget et rende plus difficile le paiement des mensualités de crédit. 55 % également craignent même que les banques ne réduisent les sommes prêtées dans le cadre d’un crédit, ce qui affecterait le pouvoir d’achat immobilier des emprunteurs. Il faut dire qu’en étant prélevé directement sur les revenus, l’impôt réduira donc naturellement les salaires nets, pensions de retraite et autres revenus. Mais pour les ménages qui étaient jusqu’à présent mensualisés, les changements seront à peine perceptibles. Quant aux banques, elles sont plutôt optimistes et prévoient de prendre en compte le revenu net à payer avant impôt dans les futures demandes de prêts.


Dernières Actualités

Immobilier ancien : hausse du nombre d’investisseurs locatifs

Publié le 18/01/2019

En 2018, le nombre d’investisseurs tournés vers l’immobilier locatif a grimpé en flèche. En cause, les fortes incertitudes liées aux marchés financiers. Mais pour 2019 ? Rien n’est moins sûr à l’heure où les taux d‘emprunt sont déjà annoncés à la hausse, et où plane un retour de l’encadrement des loyers à Paris.

Plus-values immobilières : une taxation alourdie en 2019 ?

Publié le 16/01/2019

Cette année, encore, les vendeurs immobiliers pourraient souffrir d’une lourde fiscalité. La taxe sur le produit des ventes devrait rester stable après une hausse de 6 % entre 2017 et 2018. Pour les vendeurs, plusieurs solutions leurs permettent toutefois d’alléger la plus-value taxable afin d’optimiser leurs opérations. Entre taxation, exonération et abattement, faisons le point.

Immobilier : à la montagne aussi, les prix flambent !

Publié le 14/01/2019

Environ 1 Français sur 3 choisit chaque année de passer ses vacances d’été à la montagne. Un chiffre qui grimpe davantage chez la jeune génération. En hiver bien sûr, la montagne arrive en premier choix lorsqu’il s’agit de s’évader quelques jours. Une situation qui influence grandement le prix de l’immobilier montagnard. Voici notre palmarès des destinations les plus prisées et de celles qui permettent un investissement au pied des pistes à petit prix.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière