L’immobilier reste le placement le plus attractif

Publié le 06/11/2020

Pour près de 82 % des investisseurs, la pierre est plus que jamais une valeur refuge, en particulier en cette période de crise sanitaire et économique. Nombre d’entre eux considèrent même que de nouvelles opportunités vont se présenter, liées à l’épidémie de Covid-19, et sont confiants dans l’aboutissement de leur projet.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. L’immobilier reste le placement le plus attractif

La crise du Covid serait-elle génératrice d’opportunités immobilières ?

Selon une étude réalisée en septembre dernier, 8 investisseurs français sur 10 considèrent l’immobilier comme le placement le plus attractif, un sentiment renforcé par l’épidémie de Covid-19 et les incertitudes économiques qui subsistent. 73 % de ces investisseurs estiment d’ailleurs que leur projet a de grandes chances d’aboutir.

Bien que ce chiffre soit en léger recul par rapport au mois d’avril, la moitié des investisseurs locatifs interrogés dans le cadre de l’étude pensent que c’est toujours le bon moment pour concrétiser un projet immobilier. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à recourir à un crédit immobilier et ainsi profiter des taux bas.

87 %

Pour financer un projet immobilier locatif, les investisseurs sont 87 % à solliciter un crédit immobilier en septembre 2020.

Et concernant la crise liée au coronoavirus, elle est génératrice de nouvelles opportunités immobilières pour 61 % des investisseurs. Un sentiment qui s’appuie sur la multiplication du télétravail et la nécessité de s’aménager un bureau à domicile, ainsi que l’envie de plus d’espace et d’un extérieur, manifestée par de nombreux acquéreurs.

Les investisseurs locatifs préfèrent acheter près de chez eux

Pour la majorité des investisseurs locatifs, les acquisitions se font à l’échelle locale. En effet, beaucoup privilégient leur région de résidence voire leur département, ce qui leur permet de simplifier leur gestion locative, mais également de mieux appréhender le marché immobilier grâce à une bonne connaissance de l’environnement. Une décision prise par 8 investisseurs sur 10.

Seuls les investisseurs franciliens se tournent vers la Province et notamment vers le Sud-est de la France. Les prix de l’immobilier en Île-de-France ne permettant bien souvent pas d’obtenir une rentabilité locative intéressante tout en tirant les leçons de l’expérience du premier confinement.

La présence d’un extérieur semble ainsi avoir gagné en popularité avec l’épidémie de Covid-19, puisque 36 % des investisseurs estiment qu’elle est indispensable pour améliorer l’attractivité du bien.La part de budget assigné à ce type d’investissement ne semble pas avoir été impactée par la crise. La plupart des investisseurs locatifs se fixent un budget de 300 000 €, un acquéreur sur quatre limite même son investissement à 100 000 €.

Enfin, notons que la première motivation des investisseurs locatifs est la constitution d’un patrimoine pour 44 % d’entre eux. 28 % préparent ainsi leur retraite et 16 % leur succession. La motivation peut toutefois différer selon que l’on investit dans l’ancien ou dans le neuf. Dans le premier cas, 37 % des achats se font dans le but de percevoir des revenus complémentaires, tandis que dans le neuf, 12 % des achats sont motivées par une stratégie de défiscalisation.


Dernières Actualités

Les syndics de copropriété accusés d’avoir profité de la crise sanitaire ?

Publié le 25/01/2021

C’est un communiqué de presse accablant qu’a livré l’association des responsables de copropriété (ARC), le 7 janvier dernier. Dans ce texte intitulé « le hold-up des assemblées générales de copropriété », l’ARC dénonce des abus des syndics de copropriété qui auraient profité de la crise sanitaire et de l’instauration du vote par correspondance pour augmenter leurs honoraires ou faire passer certaines mesures en force.

Contrôle fiscal : l’administration dispose de 6 mois supplémentaires en raison de la crise du Covid-19

Publié le 22/01/2021

Chaque année, un certain nombre de déclarations sont prescrites au 31 décembre et ne peuvent plus faire l’objet d’un contrôle de la part du fisc. Sauf dispositions particulières, c’est le cas de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) exigibles pendant trois ans, ou encore des impôts locaux qui ne peuvent être contrôlés que durant l’année d’imposition. Mais l’année 2020, entachée par l’épidémie de coronavirus, a fait perdre du temps à Bercy. L’administration fiscale dispose donc d’un délai supplémentaire étendu jusqu’au 14 juin.

Copropriétés : ce qui change en 2021

Publié le 20/01/2021

À nouvelle année, nouvelles mesures. Une règle à laquelle n’échappent pas les copropriétés françaises. En 2021, en effet, elles peuvent désormais solliciter le dispositif MaPrimeRénov’ pour financer une partie de leurs travaux de rénovation énergétique. Concernant les assemblées générales, les conditions de reports et de tenue en visioconférence évoluent également.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière