Une prime pour adapter les logements au vieillissement ?

Publié le 01/06/2021

Si les Ehpad offrent une solution de logement et des services à de plus en plus de seniors, certains sont plus à l’aise à l’idée de vieillir à domicile. En tous cas le plus longtemps possible. C’est à partir de ces constats que le spécialiste de la filière « Silver Economie », Luc Broussy a rédigé son rapport sur l'adaptation de l'habitat au vieillissement. Un document riche de 80 propositions.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Une prime pour adapter les logements au vieillissement ?

« Nous vieillirons ensemble » : les 80 propositions pour adapter les logements aux seniors

La majorité des Français souhaitent vieillir à domicile.

Si les Ehpad apportent une solution à de nombreux seniors, « 80 % des Français souhaitent vieillir le plus longtemps possible à domicile » résume le ministère de la Transition écologique. Dès lors, la question de l’adaptation des logements au vieillissement est une préoccupation majeure, c’est d’ailleurs le point d’ancrage du rapport de Luc Broussy, remis au Gouvernement le 26 mai dernier.

Parmi les propositions formulées, citons par exemple la proposition n°1 : « Faire diminuer les chutes mortelles de 30 % d’ici 2030 », la proposition n°2 : « Encourager le développement des Résidences Seniors tout en assurant une juste répartition territoriale », la proposition n°12 : « Inclure les habitats API dans le dispositif Censi-Bouvard » ou encore la proposition n°38 : « Pas de travaux sans ergothérapeutes ».

Luc Broussy recommande par ailleurs la mise en place, pour les seniors, d’un système proche du dispositif MaPrimeRénov’ en faveur de la rénovation énergétique, guichet unique et prime à la clé, ce dès 2022. C’est l’objet des propositions n°33 : « Instaurer un dossier unique #MaPrimAdapt’ » et 37 : « Créer un Fonds National « MaPrimAdapt’ », l’alimenter financièrement et l’héberger dans la 5ème branche ». S’il voyait le jour, le dispositif devrait être soumis à conditions de ressources, mais ouvert à tous à partir de 65 ans.

Vieillir à domicile ou en Ehpad : les enjeux de demain

Comme le rappelle Luc Broussy, il y a urgence à agir en faveur des logements des seniors. D’ici à la fin de la décennie, les 75-84 ans seront 6,1 millions contre 4,1 millions en 2020, soit un bond de +47 %.

16,4 %

INSEE : « Si les tendances démographiques et l’amélioration de l’état de santé se poursuivaient, la France hors Mayotte compterait 4 millions de seniors en perte d’autonomie en 2050, soit 16,4 % des personnes âgées de 60 ans ou plus (contre 15,3 % en 2015) ».

Adapter les logements au vieillissement répond à plusieurs enjeux et notamment celui de la sécurité. Le rapport Broussy rappelle ainsi que la chute à domicile est la première cause de mortalité accidentelle des personnes âgées. 10 000 seniors en seraient victimes chaque année.

Si vieillir à domicile n’est pas toujours possible, il reste l’alternative des résidences de services et des Ehpad qui permettent de retrouver certains repères comme à la maison, tout en bénéficiant de services et d’un accompagnement. Côté investisseurs, c’est alors le dispositif Censi-Bouvard qui semble le plus indiqué. Il offre une réduction d’impôt pour l’achat et la mise en location d’un bien situé dans une résidence de services (étudiant ou seniors) pendant 9 ans.


Dernières Actualités

Charges de copropriété : quelle évolution avec le Covid-19 ?

Publié le 22/06/2021

Alors qu’on aurait pu s’attendre à une hausse des charges de copropriété du fait de la pandémie, c’est un tout autre bilan que dresse l’Association des responsables de copropriété (ARC) pour l’année 2020. En moyenne, les charges auraient reculé d’environ 2 % sur un an, du jamais-vu depuis 2014. Une tendance qui trouve sa source dans la douceur de l’hiver, mais qui ne concerne pas tous les postes de dépenses.

Litiges immobiliers : de bonnes affaires en perspective

Publié le 17/06/2021

Avec la crise sanitaire, les biens immobiliers litigieux tendent à se multiplier sur le marché. Il peut s’agir par exemple d’une vente consécutive à une séparation ou à un divorce, d’une vente successorale difficile, d’un squat, ou encore d’un logement déjà loué pour lequel le locataire en place ne paie pas son loyer. Si cela peut occasionner des tourments pour les propriétaires, les biens litigieux peuvent également être synonymes de bonnes affaires. À condition d’éviter les pièges.

Les perdants de la réforme des APL

Publié le 15/06/2021

L’Aide Personnalisée au Logement (APL), est versée par la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) aux ménages ne dépassant pas un certain plafond de revenus. Elle permet d’aider les ménages concernés à se loger en leur attribuant une aide financière calculée en fonction de certains critères. Selon l’Union nationale pour l’habitat des jeunes (Unhaj), la réforme de l’APL a pénalisé l’ensemble des jeunes et notamment les actifs.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière