Rénover son logement à quel prix ?

Publié le 22/06/2020

Selon l’exécutif, 93 % des chantiers ont repris dans le bâtiment, après deux mois au ralenti à cause du confinement. Un chiffre jugé encore insuffisant pour un secteur fortement pénalisé par la crise. Parallèlement, le Gouvernement encouragent les ménages à relancer les travaux de rénovation envisagés avant la crise et avoir confiance en leurs artisans, mais les freins semblent avant tout financiers malgré les nombreuses aides proposées.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Rénover son logement à quel prix ?

1 ménage sur 4 prévoit de faire des travaux de rénovation dans son logement

Selon les derniers chiffres avancés par Julien Denormandie, Ministre chargé de la ville et du logement, 93 % des chantiers du secteur du bâtiment ont été relancés depuis la levée du confinement, le 18 mai dernier. Mais seuls 70 % d’entre eux tournent à 100 %.

De leur côté, les particuliers qui avaient des projets de rénovation énergétique avant le confinement, ont dû les reporter à plus tard. Cependant, aujourd’hui, à un mois du déconfinement, seul un Français sur 4 envisage de mener à bien ces travaux dans l’année. Si le manque de confiance dans les artisans est évoqué par l’exécutif, du fait du virus encore en circulation et des gestes barrières parfois difficiles à mettre en place à domicile, la raison invoquée par les ménages est avant tout financière.

Pour ces motifs, 61 % des Français qui ont des projets de rénovation préfèrent exécuter les travaux eux-mêmes. Pour ce faire, ils n’hésitent pas à louer du matériel ou à acheter auprès des grandes enseignes de bricolage qui ont plus que jamais le vent en poupe. Pourtant, pour financer leurs travaux, les ménages peuvent bénéficier d’aides de l’Etat, des collectivités territoriales, et même d’entreprises.

9 % des ménages sollicitent les aides à la rénovation énergétique

En moyenne, les ménages déclarent avoir besoin de 14 000 euros pour exécuter des travaux dans leur logement, souvent relatifs à la rénovation énergétique. Un chiffre qui varie selon la catégorie socio-professionnelle. Ainsi, les cadres, les CSP+ et les retraités estiment que 16 000 euros ou plus leur sont nécessaires alors les jeunes et les CSP- disent avoir besoin d’une somme comprise entre 9 000 et 12 000 euros.

Un budget que peinent à réunir la plupart des ménages malgré les dispositifs proposés. Seuls 9 % des particuliers déclarent solliciter ces aides de l’Etat, des entreprises et des collectivités locales. Les autres disent connaître les nombreux dispositifs existants, mais maîtrisent mal leur fonctionnement et/ou les démarches à effectuer pour en faire la demande.

En témoigne le faible succès rencontré par la Prime Energie lancée en janvier 2020 à destination des ménages les plus modestes. Seuls 24 % des ménages qui déclarent la connaître savent quelles en sont les conditions. Ce désintéressement pousse le ministre Julien Denormandie a envisagé d’étendre le dispositif aux propriétaires-bailleurs désireux de rénover leur investissement locatif.

« La prime énergie (…) permet de payer certaines dépenses pour faire des économies d’énergie (…). Cette prime peut être demandée jusqu’au 31 décembre 2020. L’installation du nouvel équipement doit être réalisée par un professionnel reconnu garant environnement (RGE).».


www.service-public.fr

Dernières Actualités

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Loi de finances 2021 : plusieurs dispositifs de défiscalisation prorogés

Publié le 06/01/2021

Votée et publiée au Journal officiel le 30 décembre, la loi de finances pour 2021 favorise les réductions et crédits d’impôt afin d’inciter les particuliers à investir leur épargne. Plusieurs dispositifs de défiscalisation, qui devaient disparaître, sont finalement prolongés.

Quelles locations meublées sont soumises aux cotisations ?

Publié le 30/12/2020

La loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021 (PLFSS) a été promulguée et publiée au Journal Officiel du 15 décembre. Il pourrait dès lors y avoir quelques changements concernant les prélèvements et cotisations sociales des loueurs en meublé. Pour rappel, depuis la loi de finances pour 2020, les loueurs en meublé n’ont plus pour obligation de s’inscrire au registre du commerce et des sociétés (RCS) pour être considérés comme professionnels, le changement de statut se fait donc parfois à leur insu.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière