Réforme de la copropriété : bouleversement en vue en juin 2020 ?

Publié le 10/02/2020

Alors que le Parlement examine actuellement la future loi sur la copropriété, les professionnels et les propriétaires s’interrogent sur ses conséquences ? Dans un contexte de charges en augmentation et de complexité des normes et de la réglementation énergétique, la loi Elan, votée en 2018, prévoit, en effet, de réformer la gestion des copropriétés pour simplifier son fonctionnement. Réponse en juin 2020.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Réforme de la copropriété : bouleversement en vue en juin 2020 ?

Copropriétés : un nouveau texte pour réformer la loi de juillet 1965

C’est la loi Elan de 2018 qui est à l’origine de la réforme de la copropriété actuellement soumise à l’examen des parlementaires. Confirmée par l’ordonnance du 30 octobre 2019, la nouvelle loi devrait entrer en vigueur en juin 2020.

Pour rappel, c’est actuellement la loi de juillet 1965 qui fixe les règles au sein des copropriétés. Une loi qui comporte de très nombreux articles. Sous réserve d’être validée intégralement par le Parlement, la future loi devrait, elle aussi, être dense en textes mais elle devrait également comporter de nombreuses avancées.

Les nouvelles missions du Conseil syndical et du syndic

Parmi les mesures qui devraient voir le jour au printemps prochain, le rôle du Conseil syndical sera étendu. Il aura dorénavant plus de poids dans les prises de décisions. L’assemblée générale pourra par exemple déléguer une partie des missions qui lui étaient jusqu’alors réservées. Ces missions déléguées sont limitées à deux ans renouvelables. En outre, le Conseil syndical doit être composé de trois membres ou plus qui doivent impérativement être couverts par une assurance de responsabilité civile.

De son côté, le syndic sera toujours rémunéré de manière forfaitaire pour la gestion courante qu’il assure. Mais il lui sera également possible de facturer d’autres services spécifiques, qui devront être approuvés par l’Assemblée générale (AG). Il pourra s’agir d’un service de conciergerie par exemple. En outre, il lui sera désormais possible de procéder au recouvrement des charges impayées des copropriétaires sans attendre la validation de l’AG.

Pour les copropriétaires, la disponibilité et la réactivité du syndic est la première qualité attendue, suivie par les compétences techniques, la communication et le sens de l’accueil.

Le vote des travaux simplifié, le PPT abandonné

Lors des AG, il est courant de devoir faire face à l’absentéisme de bon nombre de copropriétaires. Un constat qui peut freiner la prise de décisions. La réforme prévoit de baisser les majorités nécessaires pour valider les votes, notamment en cas de travaux.

Quant aux petites copropriétés de moins de cinq lots ou dont le budget sur trois ans ne dépasse pas 15 000 euros, elles bénéficieront bientôt d’un régime de gestion allégée.

Enfin, il avait un temps été évoqué l’obligation d’adopter un plan pluriannuel de travaux (PPT) rendu possible grâce à une épargne annuelle correspondant à au moins 2,5 % du montant des travaux. Si cette mesure a finalement été rejetée, le ministre du Logement, Julien Denormandie, a annoncé qu’un dispositif similaire serait remis à l’ordre du jour.


Dernières Actualités

Augmentation des loyers : + 0,66 % au 2ème trimestre 2020

Publié le 05/08/2020

Chaque trimestre, l’INSEE publie l’indice de référence des loyers (IRL) qui permet aux propriétaires-bailleurs de réviser les loyers une fois par an. Au 1er trimestre 2020, il était de + 0,92 % sur un an, puis de + 0,66 % au second trimestre. La révision des loyers n’est donc pas libre et elle n’est pas non plus rétroactive. Faisons le point.

Taxe foncière : dégrèvement possible pour certains bailleurs pénalisés par le confinement

Publié le 29/07/2020

La vacance locative est redoutée par les investisseurs locatifs ainsi que par les propriétaires immobiliers qui décident de mettre leur bien en location. Avec l’épidémie de Covid-19, de nombreux loueurs ont ainsi vu leur locataire partir peu avant ou pendant le confinement, et peinent aujourd’hui à retrouver des candidats. L’administration fiscale propose une indemnisation de taxe foncière pour ces bailleurs, sous certaines conditions.

Peut-on investir dans une résidence de tourisme pour y vivre ?

Publié le 24/07/2020

Pour réaliser des économies d’impôt, certains investisseurs optent pour la résidence de tourisme. Un modèle de défiscalisation qui permet de bénéficier jusqu’à 11 % d’avantages fiscaux et qui garantit presque à coup sur de maintenir la valeur de son logement à un niveau élevé. Mais est-il possible d’investir dans une résidence de tourisme pour finalement y habiter ? Quelle est la différence avec un meublé de tourisme ? Faisons le point.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière