Copropriétés en difficulté : l’Etat promet de débloquer 3 millions d’euros

Publié le 17/10/2018


La lutte contre l’habitat indigne anime les gouvernements successifs depuis de nombreuses années. Mais le manque de budget et les difficultés pour mobiliser tous les acteurs, rendent la tâche ardue et les actions longues à mettre en place. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 50 000 familles propriétaires ou locataires, qui vivent dans des conditions difficiles. L’Etat a décidé de réagir et propose un plan engagé sur 10 ans.

23 000 logements dans des copropriétés en très grande difficulté

Selon les derniers chiffres du ministère de la Cohésion des Territoires, près de 56 000 logements français seraient actuellement gérés par 684 copropriétés considérées comme étant en difficulté. 128 d’entre elles sont au cœur des préoccupations tant leur état est alarmant. Les communes et agglomérations d’Epinay sur Seine, Evry, Clichy, Grenoble, Grigny, Mantes la Jolie, Marseille, Montpellier, Mulhouse, Nîmes, Saint-Etienne-du-Rouvray, Toulouse ou encore Vaulx-en-Velin sont particulièrement concernées.

 

Pour accompagner les copropriétaires et les syndics, le secrétaire d’Etat Julien Denormandie, a lancé à Marseille la première réunion de pilotage du plan « Initiative Copropriétés », dans le cadre du congrès du monde HLM. Réunissant de nombreux acteurs locaux et des associations, ce plan devrait permettre de débloquer entre 2,5 et 3 millions d’euros sur 10 ans.

Plan copropriétés : l’Etat et les acteurs du secteur se mobilisent

aide-etat-coproprieteTransformer et redresser les copropriétés, mettre en place des actions de prévention. Voici comment le plan « Initiative Copropriétés » devrait permettre d’accompagner les logements insalubres, précaires, voire dangereux. Pour débloquer les fonds, l’Etat s’appuie sur l’Agence nationale de l’habitat (Anah) traditionnellement chargée d’attribuer les aides publiques pour la rénovation des logements privés, ainsi que l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru). Mais pas seulement. Même si la mesure gouvernementale consiste à soutenir l’habitat privé, le réseau national PROCIVIS, acteur immobilier majeur du logement social devrait apporter sa contribution à hauteur de 240 millions d’euros de prêts.

Au-delà de son aide, l’Etat souhaite également responsabiliser les collectivités tout en favorisant l’accompagnement local. Communes et propriétaires pourront ainsi s’appuyer sur l’organisme Action Logement et sur la Caisse des Dépôts. L’accompagnement est donc financier et vise à redresser les comptes de nombreuses structures, mais il doit également permettre de proposer des solutions de relogement, notamment en cas de destruction d’immeubles, et de rénovation. La prévention est essentielle.

Dans le cadre du plan « Initiative Copropriétés », 2 milliards d’euros seront débloqués par l’Anah, 500 millions d’euros de l’Anru et 240 millions d’euros par Procivis. Les copropriétés pourront également s’appuyer sur des partenaires locaux tels qu’Action Logement Groupe, CDC-Banque des territoires, les préfets de Région, les tribunaux de grande instance, les agences régionales de santé, les professionnels de l’immobilier ainsi que les bailleurs sociaux.


Dernières Actualités

Immobilier ancien : hausse du nombre d’investisseurs locatifs

Publié le 18/01/2019

En 2018, le nombre d’investisseurs tournés vers l’immobilier locatif a grimpé en flèche. En cause, les fortes incertitudes liées aux marchés financiers. Mais pour 2019 ? Rien n’est moins sûr à l’heure où les taux d‘emprunt sont déjà annoncés à la hausse, et où plane un retour de l’encadrement des loyers à Paris.

Plus-values immobilières : une taxation alourdie en 2019 ?

Publié le 16/01/2019

Cette année, encore, les vendeurs immobiliers pourraient souffrir d’une lourde fiscalité. La taxe sur le produit des ventes devrait rester stable après une hausse de 6 % entre 2017 et 2018. Pour les vendeurs, plusieurs solutions leurs permettent toutefois d’alléger la plus-value taxable afin d’optimiser leurs opérations. Entre taxation, exonération et abattement, faisons le point.

Immobilier : à la montagne aussi, les prix flambent !

Publié le 14/01/2019

Environ 1 Français sur 3 choisit chaque année de passer ses vacances d’été à la montagne. Un chiffre qui grimpe davantage chez la jeune génération. En hiver bien sûr, la montagne arrive en premier choix lorsqu’il s’agit de s’évader quelques jours. Une situation qui influence grandement le prix de l’immobilier montagnard. Voici notre palmarès des destinations les plus prisées et de celles qui permettent un investissement au pied des pistes à petit prix.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière