Copropriétés en difficulté : l’Etat promet de débloquer 3 millions d’euros

Publié le 17/10/2018

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Copropriétés en difficulté : l’Etat promet de débloquer 3 millions d’euros

La lutte contre l’habitat indigne anime les gouvernements successifs depuis de nombreuses années. Mais le manque de budget et les difficultés pour mobiliser tous les acteurs, rendent la tâche ardue et les actions longues à mettre en place. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 50 000 familles propriétaires ou locataires, qui vivent dans des conditions difficiles. L’Etat a décidé de réagir et propose un plan engagé sur 10 ans.

23 000 logements dans des copropriétés en très grande difficulté

Selon les derniers chiffres du ministère de la Cohésion des Territoires, près de 56 000 logements français seraient actuellement gérés par 684 copropriétés considérées comme étant en difficulté. 128 d’entre elles sont au cœur des préoccupations tant leur état est alarmant. Les communes et agglomérations d’Epinay sur Seine, Evry, Clichy, Grenoble, Grigny, Mantes la Jolie, Marseille, Montpellier, Mulhouse, Nîmes, Saint-Etienne-du-Rouvray, Toulouse ou encore Vaulx-en-Velin sont particulièrement concernées.

 

Pour accompagner les copropriétaires et les syndics, le secrétaire d’Etat Julien Denormandie, a lancé à Marseille la première réunion de pilotage du plan « Initiative Copropriétés », dans le cadre du congrès du monde HLM. Réunissant de nombreux acteurs locaux et des associations, ce plan devrait permettre de débloquer entre 2,5 et 3 millions d’euros sur 10 ans.

Plan copropriétés : l’Etat et les acteurs du secteur se mobilisent

aide-etat-coproprieteTransformer et redresser les copropriétés, mettre en place des actions de prévention. Voici comment le plan « Initiative Copropriétés » devrait permettre d’accompagner les logements insalubres, précaires, voire dangereux. Pour débloquer les fonds, l’Etat s’appuie sur l’Agence nationale de l’habitat (Anah) traditionnellement chargée d’attribuer les aides publiques pour la rénovation des logements privés, ainsi que l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru). Mais pas seulement. Même si la mesure gouvernementale consiste à soutenir l’habitat privé, le réseau national PROCIVIS, acteur immobilier majeur du logement social devrait apporter sa contribution à hauteur de 240 millions d’euros de prêts.

Au-delà de son aide, l’Etat souhaite également responsabiliser les collectivités tout en favorisant l’accompagnement local. Communes et propriétaires pourront ainsi s’appuyer sur l’organisme Action Logement et sur la Caisse des Dépôts. L’accompagnement est donc financier et vise à redresser les comptes de nombreuses structures, mais il doit également permettre de proposer des solutions de relogement, notamment en cas de destruction d’immeubles, et de rénovation. La prévention est essentielle.

Dans le cadre du plan « Initiative Copropriétés », 2 milliards d’euros seront débloqués par l’Anah, 500 millions d’euros de l’Anru et 240 millions d’euros par Procivis. Les copropriétés pourront également s’appuyer sur des partenaires locaux tels qu’Action Logement Groupe, CDC-Banque des territoires, les préfets de Région, les tribunaux de grande instance, les agences régionales de santé, les professionnels de l’immobilier ainsi que les bailleurs sociaux.


Dernières Actualités

Isolation à 1 euro, gare aux arnaques

Publié le 21/08/2019

L’été et ses longs congés est un moment propice au commencement des travaux de rénovation. Et dans un contexte où l’économie d’énergie est au cœur de nombreuses préoccupations, isoler ses combles ou ses murs pour 1 euro seulement peut être tentant. Pourtant, dans une note du 1er août, la DGCCRF alerte sur des arnaques téléphoniques et des sites Internet frauduleux qui se multiplient.

Amiante : le nouveau diagnostic obligatoire, même pour les petits travaux

Publié le 14/08/2019

La liste des diagnostics immobiliers obligatoires s’allonge. Imposé aux professionnels de la construction depuis 2016, c’est plus exactement le repérage amiante avant travaux qui se généralise depuis le 16 juillet, en devenant une obligation pour les particuliers. Les contrevenants s’exposent à une amende pouvant aller jusqu’à 18 000 euros.

Impôt sur le revenu : il est encore temps de corriger sa déclaration.

Publié le 07/08/2019

Le service de télécorrection de l’administration fiscale est ouvert depuis le 31 juillet. Il permet aux foyers fiscaux qui ont déclaré leurs revenus en ligne et qui viennent de recevoir leur avis d’imposition, de modifier ou corriger leur télédéclaration. Aucune réclamation n’est donc nécessaire. Le service est accessible uniquement en ligne, jusqu’à la fin de l’année.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière