Charges de copropriété : hausse de 2% en 2019

Publié le 29/06/2020

L’an dernier, les charges de copropriété ont poursuivi leur hausse. En 2019, elles s’affichent à +2%, ce qui est inférieur à l’année passée mais reste deux fois supérieur au rythme de l’inflation. Si le chauffage a coûté moins cher aux copropriétaires, c’est en revanche l’assurance et les frais de gestion des syndics qui ont le plus pesé dans la balance

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Charges de copropriété : hausse de 2% en 2019

Augmentation mesurée des charges de copropriété en 2019 mais supérieure à l’inflation

L’Association des responsables de copropriété (ARC), créée en 1987 et dirigée par Emile Hagége, a récemment publié son dixième rapport annuel intitulé « Observatoire des charges de copropriété ». On y apprend que les charges de copropriétés ont augmenté en moyenne de 2 % entre 2018 et 2019, soit un niveau bien inférieur au +5 % constatés entre 2017 et 2018. Mais la hausse est tout de même continue et supérieure en 2019 aux +1,1 % de l’inflation.

On estime dès lors que les charges de copropriété représentent 50 €/m² par an, dont un tiers est dédié aux frais de chauffage. Les deux tiers sont par ailleurs occupés par le chauffage, les frais de gardiennage et d’entretien.

Le chauffage coûte près de 15€/m² par an aux copropriétaires

En 2019 d’ailleurs, le coût du chauffage en copropriété est resté stable par rapport à l’année précédente. Dans certaines régions, il a même baissé. Un phénomène qui s’explique par un automne et un hiver plus doux qu’à l’accoutumée, ce qui a occasionné des températures plus clémentes dans les logements et donc logiquement, des besoins en chauffage moindres. Ce constat est global malgré une augmentation des tarifs nationaux de l’électricité (+5,5 %) et du fioul (+3,4 %). Reste que 28,7 % des charges de copropriété sont toujours dédiés au chauffage, ce qui représente en moyenne 14,6 €/m² par an.

De leur côté, les frais relatifs au gardiennage (+2,2%) et à l’entretien (+2%) ont augmenté mais de manière mesurée.

La rémunération des syndics de copropriété en hausse

Tandis que les frais de chauffage, de gardiennage et d’entretien se maintiennent à un niveau plutôt stable du fait d’une recherche permanente de maîtrise des coûts et une mise en concurrence des prestataires, les frais de gestion et d’assurance s’envolent.

Décret n° 2015-342 du 26 mars 2015 : « La loi du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové a inscrit le principe d’une rémunération forfaitaire des syndics. Elle prévoit également que les parties au contrat de syndic doivent se conformer à un contrat type ».

Malgré la mise en place du contrat-type et la multiplication de la facturation au forfait, les honoraires des syndics professionnels ont augmenté de 2 % en 2019 et les facturations de « prestations particulières » au temps passé et non au forfait se sont multipliées. En conséquence de quoi les copropriétaires ont subi une hausse des frais de gestion de l’ordre de 4 % en 2019.


Dernières Actualités

Augmentation des loyers : + 0,66 % au 2ème trimestre 2020

Publié le 05/08/2020

Chaque trimestre, l’INSEE publie l’indice de référence des loyers (IRL) qui permet aux propriétaires-bailleurs de réviser les loyers une fois par an. Au 1er trimestre 2020, il était de + 0,92 % sur un an, puis de + 0,66 % au second trimestre. La révision des loyers n’est donc pas libre et elle n’est pas non plus rétroactive. Faisons le point.

Taxe foncière : dégrèvement possible pour certains bailleurs pénalisés par le confinement

Publié le 29/07/2020

La vacance locative est redoutée par les investisseurs locatifs ainsi que par les propriétaires immobiliers qui décident de mettre leur bien en location. Avec l’épidémie de Covid-19, de nombreux loueurs ont ainsi vu leur locataire partir peu avant ou pendant le confinement, et peinent aujourd’hui à retrouver des candidats. L’administration fiscale propose une indemnisation de taxe foncière pour ces bailleurs, sous certaines conditions.

Peut-on investir dans une résidence de tourisme pour y vivre ?

Publié le 24/07/2020

Pour réaliser des économies d’impôt, certains investisseurs optent pour la résidence de tourisme. Un modèle de défiscalisation qui permet de bénéficier jusqu’à 11 % d’avantages fiscaux et qui garantit presque à coup sur de maintenir la valeur de son logement à un niveau élevé. Mais est-il possible d’investir dans une résidence de tourisme pour finalement y habiter ? Quelle est la différence avec un meublé de tourisme ? Faisons le point.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière