Encadrement des loyers : les plafonds appliqués à Paris dès juillet

Publié le 12/06/2019

Le 1er juillet prochain signera le grand retour de l’encadrement des loyers à Paris, comme l’a confirmé un arrêté préfectoral publié le 29 mai dernier. Cette mesure, qui concernera les premières mises en location ainsi que les renouvellements de location, n’a pas la faveur de tous les acteurs du secteur. Les organisations professionnelles préparent déjà leurs actions pour faire annuler une mesure jugée contre-productive.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Encadrement des loyers : les plafonds appliqués à Paris dès juillet

L’encadrement des loyers voté pour 5 ans à Paris

Michel Cadot, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, a signé fin mai l’arrêté préfectoral confirmant l’entrée en vigueur de l’encadrement des loyers dans la Capitale. Pour rappel, cette mesure adoptée en 2015 dans le cadre de la loi Alur, avait ensuite été annulée par le tribunal administratif en 2017.

www.paris.fr : « L’encadrement des loyers concerne les logements, meublés ou vides, mis en location pour la première fois ou dont le bail, arrivé à échéance, doit être renouvelé. Ce dispositif s’applique aux baux signés à compter du 1er juillet 2019 ».

Dans quelques semaines, les bailleurs seront contraints de respecter les plafonds en vigueur, définis à titre expérimental pour une période de 5 ans. Ces limites ne concernent que les nouveaux contrats de location ainsi que les mises en location après une période de vacance locative ou de travaux, par exemple. En revanche, elles excluent les baux déjà en cours à la date du 1er juillet, ainsi que ceux reconduits tacitement.

Un loyer médian en fonction de la situation et de la nature du bien

En pratique, Paris est scindée en 80 quartiers, eux-mêmes répartis dans 14 zones en fonction de la surface du logement, du nombre de pièces et de l’année de construction de l’immeuble. Le loyer fixé par le propriétaire-bailleur doit alors correspondre à l’un des trois loyers fixés chaque année par arrêté préfectoral :

  • Le loyer minoré (loyer de référence – 30 %)
  • Le loyer de référence
  • Le loyer majoré (loyer de référence + 20 %)

À noter que si le logement propose des prestations particulières comme une terrasse ou une localisation très prisée, le loyer pourra être majoré sous certaines conditions. D’une manière générale, les contrevenants s’exposent à une amende de 5 000 € pour une personne physique et 15 000 € pour une personne morale.

arrêté-préfectoral-encadrement-loyer-paris-2019-juillet-type-de-bien-location

Paris se félicite de la mesure, les professionnels préparent un recours

Comme le prévoit la loi ELAN (loi pour l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) de novembre 2018, les communes situées en zone tendue peuvent décider, ou non, d’encadrer les loyers. Une décision aussitôt prise par la ville de Paris qui, grâce à la précédente période d’encadrement des loyers de 2015 à 2017, avait pu « stabiliser les loyers parisiens qui avaient connu une hausse continue de 50% durant la décennie précédente 2005-2015 ».

Si Paris estime que ce dispositif est essentiel et complémentaire à sa politique de logement, les organisations professionnelles de l’immobilier, en revanche, préparent déjà un recours qui avait porté ses fruits en 2017. Cette mesure jugée contre-productive pourrait en effet freiner les propriétaires qui envisagent de louer leur bien ou d’y faire des travaux, et pourraient finalement décider de vendre. Le risque étant donc « d’affaiblir la qualité de l’offre locative ». Ces acteurs du secteur ont deux mois pour déposer de nouveaux recours.


Dernières Actualités

Logements vacants : le plan du Gouvernement pour inciter les propriétaires à louer

Publié le 17/02/2020

Alors que dans certaines villes, trouver un logement est synonyme de parcours du combattant, le nombre de logements vacants est quant à lui en perpétuelle hausse depuis quelques années. Un constat alarmant qui a conduit le Gouvernement à lancer un plan national destiné à inciter les propriétaires d’un logement vide à le proposer à la location. Dans le cas contraire, les pouvoirs publics évoquent à demi-mot la réquisition ou les mesures fiscales incitatives.

Construction : du bois, de la paille et du chanvre dans les futurs grands projets publics

Publié le 14/02/2020

Dans trente ans, sept habitants sur dix vivront en ville. Dans ce contexte et, parce que les enjeux climatiques sont de taille, le ministère de la Ville et du logement a présenté son plan « ville durable » qui vise à repenser les règles d’urbanisme. Parmi les nouvelles mesures, la moitié des grands projets publics d’aménagement construits d’ici à 2022 devront comporter des matériaux biosourcés comme le chanvre et la paille, ainsi que du bois.

Réforme de la copropriété : bouleversement en vue en juin 2020 ?

Publié le 10/02/2020

Alors que le Parlement examine actuellement la future loi sur la copropriété, les professionnels et les propriétaires s’interrogent sur ses conséquences ? Dans un contexte de charges en augmentation et de complexité des normes et de la réglementation énergétique, la loi Elan, votée en 2018, prévoit, en effet, de réformer la gestion des copropriétés pour simplifier son fonctionnement. Réponse en juin 2020.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière