Comment réduire ses impôts quand on est propriétaire d’un logement ancien ?

Publié le 29/05/2019

Comment réduire ses impôts quand on est propriétaire d’un logement ancien ? On le sait, les biens immobiliers n’échappent pas à la taxation. Les loyers d’abord, issus de l’immobilier locatif, sont par défaut soumis au régime micro-foncier, ou bien au régime réel permettant de déduire certaines charges. Quant au bien lui-même, c’est l’impôt sur les plus-values qui s’applique en cas de revente. Seules les résidences principales en sont exonérées ainsi que les bien détenus depuis 30 ans ou plus.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Comment réduire ses impôts quand on est propriétaire d’un logement ancien ?

Imposition des loyers : régime réel ou micro-foncier

Investir dans l’immobilier locatif s’inscrit dans le cadre d’une stratégie fiscale. Il est nécessaire à ce titre de choisir son régime d’imposition pour savoir comment seront taxés les loyers perçus.

Par défaut, sans autre choix de la part du contribuable et si les revenus fonciers sont inférieurs à 15 000 € par an, c’est le régime micro-foncier qui s’applique. Il s’agit d’un régime d’imposition simplifié qui permet de bénéficier d’un abattement forfaitaire de 30 % sur les revenus déclarés. Autrement dit, 70 % seulement des loyers de l’année sont soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

Une autre solution consiste à opter pour le régime réel. Plus complexe, il permet de déduire l’ensemble des charges des loyers perçus. La taxe foncière, le montant des travaux de rénovation ou encore les intérêts du prêt sont concernés. À noter que si le montant des charges est supérieur aux loyers annuels, le déficit peut être déduit des revenus globaux dans la limite de 10 700 €.

logement-ancien-taxe

Les locations meublées bénéficient d’un traitement spécial encore plus avantageux. Dans la limite de 70 000 € de revenus locatifs annuels, le statut de loueur en meublé non professionnel et le régime réel offre 50 % d’abattement et la déduction de l’amortissement du prix d’acquisition du bien.

Pas de taxe sur la plus-value après 30 ans de détention

Au moment de la revente d’un bien, la taxe sur la plus-value s’applique dès lors que le bien a pris de la valeur depuis son acquisition. Si les résidences principales sont exonérées, ce n’est pas le cas des investissements locatifs. Cependant, la taxation varie selon la durée de détention. Entre 0 et 6 ans, le taux appliqué est de 36,20 % puis il baisse ensuite pour atteindre 29,08 % au bout de 10 ans et 14,84 % au bout de 20 ans. Il faut attendre 30 ans pour que l’exonération soit totale. A noter qu’après abattement, une surtaxe de 2 % s’applique sur les plus-values comprises entre 50 000 € et 100 000 €, et jusqu’à 6 % pour celles qui excèdent 260 000 €.

Quant aux travaux, cette année, ils seront exceptionnellement déductibles des loyers à hauteur de 50 % contre 100 % les autres années. En cause, l’année 2018 qui est considérée comme une année blanche fiscalement, du fait de l’entrée en vigueur du prélèvement à la source. Il est à ce titre recommandé d’attendre l’année 2020 pour entamer des travaux importants.


Dernières Actualités

Épidémie de coronavirus : peut-on reporter le paiement des charges ou des travaux de copropriété ?

Publié le 03/04/2020

Travaux de copropriété à l’arrêt : les copropriétaires s’interrogent Chaque année, de nombreuses copropriétés votent des travaux lors des assemblées générales. Ravalement de façade, rénovation de la toiture, réfection des parties communes, de la cage d’escalier, installation d’un nouvel ascenseur, sont autant de postes de dépenses que doivent régler les copropriétaires en fonction de la…

Copropriétés et coronavirus : les mandats des syndics vont être prolongés

Publié le 01/04/2020

En copropriété, le mandat d’un syndic est obligatoire pour une durée maximale de trois ans. Or, alors que la France est confinée, les assemblées générales doivent être reportées. Afin d’accompagner les copropriétés dont les syndics voient leur mandat prendre fin en cette période de crise, le gouvernement a prorogé exceptionnellement les contrats.

Impôts sur le revenu 2020 : ce qu’il faut savoir !

Publié le 30/03/2020

Malgré l’entrée en vigueur du prélèvement à la source (PAS), de nombreux contribuables français devront, cette année encore, remplir et envoyer au fisc leur déclaration d’impôt avant la date limite. Une fois n’est pas coutume, le calendrier fiscal est connu depuis début février, il inclut la baisse de l’impôt sur le revenu pour environ 40 % des foyers fiscaux. Mais avec la crise liée au coronavirus, le Gouvernement n’exclut pas quelques ajustements.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière