Taxe foncière : un impôt de plus en plus lourd pour les propriétaires

Publié le 24/10/2018

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Taxe foncière : un impôt de plus en plus lourd pour les propriétaires

Même si la hausse reste mesurée en 2018, les propriétaires d’un logement en France sont forcés de le reconnaître, la taxe foncière ne cesse d’augmenter au fil du temps. Cette année, elle a d’ailleurs grimpé dans 92 % des plus grandes villes françaises. Un impôt qui pèse de plus en plus lourd dans le budget des acquéreurs et qui est même dissuasif dans certaines zones géographiques.

Taxe foncière : une fiscalité de plus en plus lourde

Entre 2012 et 2017, la taxe foncière a grimpé de 11,80 % en moyenne dans les 50 plus grandes villes de France. Une évolution bien éloignée des autres indicateurs qui rythment l’économie puisque l’inflation n’a progressé que de 2,35 % sur la même période quand les loyers eux, n’ont augmenté que de 1,46 %.

10,56 %
Entre 2017 et 2018, la taxe foncière a augmenté de 10,56 % dans les 50 plus grandes villes françaises.

Dans les faits, ces augmentations successives s’expliquent assez facilement. Tout d’abord par le calcul lui-même de la taxe foncière qui s’appuie sur 50 % de la valeur locative du bien. Avec l’augmentation des prix de l’immobilier dans de nombreuses agglomérations, la base de calcul a elle aussi augmenté en proportion. Ensuite, il ne faut pas oublier que le code général des impôts prévoit une hausse automatique annuelle de la base d’imposition. Pour la seule année 2018, cette hausse est de +1,20 %. Pour finir, certaines communes ont vu leur taxe foncière augmenter de manière exubérante par la simple hausse de la taxe sur les ordures ménagères qui figure sur la taxe foncière. Sans compter les autres taxes spéciales applicables dans certaines communes.

Alors que la taxe d’habitation est appelée à disparaître, certains propriétaires s’inquiètent de la possible réapparition d’un taux régional déjà discuté en 2016. Un taux qui viendrait plomber davantage la fiscalité des propriétaires.

Forte hausse des taux communaux et départementaux

 
Angers, Amiens, Nîmes, Le Havre, Grenoble, Tourcoing, Caen, Montpellier, Roubaix, Dunkerque, voici les 10 villes françaises où la taxe foncière est la plus lourde. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, prix de l’immobilier et fiscalité locale ne sont donc pas forcément liés. Pourtant, ces villes moyennes ont vu leur taxe foncière augmenter entre 3,28 % et 14,84 % en 5 ans pour atteindre par exemple le taux record de 56,42 % (taxe d’ordures ménagères comprise) à Angers.
 
À l’opposé du classement, on trouve les 10 villes les moins taxées que sont Paris, Boulogne-Billancourt, Nanterre, Villeurbanne, Lyon, Annecy, Vitry-sur-Seine, Aix-en-Provence, Metz et Nice.

Si l’on s’intéresse à l’augmentation de l’impôt entre 2017 et 2018, les chiffres obtenus donnent un éclairage un peu différent. Ainsi, Villeurbanne, suivi de Limoges puis Mulhouse, Vitry-sur-Seine, Rennes, Perpignan, Clermont-Ferrand, Créteil, Toulon et Besançon enregistrent les plus fortes hausses sur 12 mois. +10,9 % à Villeurbanne en tête du classement contre +1,94 % à Besançon. À Lille en revanche, la taxe foncière a baissé de 3,08 % en un an après avoir bondi de +30,01 % entre 2012 et 2017.


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière