Taxe foncière : un impôt de plus en plus lourd pour les propriétaires

Publié le 24/10/2018


Même si la hausse reste mesurée en 2018, les propriétaires d’un logement en France sont forcés de le reconnaître, la taxe foncière ne cesse d’augmenter au fil du temps. Cette année, elle a d’ailleurs grimpé dans 92 % des plus grandes villes françaises. Un impôt qui pèse de plus en plus lourd dans le budget des acquéreurs et qui est même dissuasif dans certaines zones géographiques.

Taxe foncière : une fiscalité de plus en plus lourde

Entre 2012 et 2017, la taxe foncière a grimpé de 11,80 % en moyenne dans les 50 plus grandes villes de France. Une évolution bien éloignée des autres indicateurs qui rythment l’économie puisque l’inflation n’a progressé que de 2,35 % sur la même période quand les loyers eux, n’ont augmenté que de 1,46 %.

10,56 %
Entre 2017 et 2018, la taxe foncière a augmenté de 10,56 % dans les 50 plus grandes villes françaises.

Dans les faits, ces augmentations successives s’expliquent assez facilement. Tout d’abord par le calcul lui-même de la taxe foncière qui s’appuie sur 50 % de la valeur locative du bien. Avec l’augmentation des prix de l’immobilier dans de nombreuses agglomérations, la base de calcul a elle aussi augmenté en proportion. Ensuite, il ne faut pas oublier que le code général des impôts prévoit une hausse automatique annuelle de la base d’imposition. Pour la seule année 2018, cette hausse est de +1,20 %. Pour finir, certaines communes ont vu leur taxe foncière augmenter de manière exubérante par la simple hausse de la taxe sur les ordures ménagères qui figure sur la taxe foncière. Sans compter les autres taxes spéciales applicables dans certaines communes.

Alors que la taxe d’habitation est appelée à disparaître, certains propriétaires s’inquiètent de la possible réapparition d’un taux régional déjà discuté en 2016. Un taux qui viendrait plomber davantage la fiscalité des propriétaires.

Forte hausse des taux communaux et départementaux

 
Angers, Amiens, Nîmes, Le Havre, Grenoble, Tourcoing, Caen, Montpellier, Roubaix, Dunkerque, voici les 10 villes françaises où la taxe foncière est la plus lourde. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, prix de l’immobilier et fiscalité locale ne sont donc pas forcément liés. Pourtant, ces villes moyennes ont vu leur taxe foncière augmenter entre 3,28 % et 14,84 % en 5 ans pour atteindre par exemple le taux record de 56,42 % (taxe d’ordures ménagères comprise) à Angers.
 
À l’opposé du classement, on trouve les 10 villes les moins taxées que sont Paris, Boulogne-Billancourt, Nanterre, Villeurbanne, Lyon, Annecy, Vitry-sur-Seine, Aix-en-Provence, Metz et Nice.

Si l’on s’intéresse à l’augmentation de l’impôt entre 2017 et 2018, les chiffres obtenus donnent un éclairage un peu différent. Ainsi, Villeurbanne, suivi de Limoges puis Mulhouse, Vitry-sur-Seine, Rennes, Perpignan, Clermont-Ferrand, Créteil, Toulon et Besançon enregistrent les plus fortes hausses sur 12 mois. +10,9 % à Villeurbanne en tête du classement contre +1,94 % à Besançon. À Lille en revanche, la taxe foncière a baissé de 3,08 % en un an après avoir bondi de +30,01 % entre 2012 et 2017.


Dernières Actualités

Immobilier ancien : hausse du nombre d’investisseurs locatifs

Publié le 18/01/2019

En 2018, le nombre d’investisseurs tournés vers l’immobilier locatif a grimpé en flèche. En cause, les fortes incertitudes liées aux marchés financiers. Mais pour 2019 ? Rien n’est moins sûr à l’heure où les taux d‘emprunt sont déjà annoncés à la hausse, et où plane un retour de l’encadrement des loyers à Paris.

Plus-values immobilières : une taxation alourdie en 2019 ?

Publié le 16/01/2019

Cette année, encore, les vendeurs immobiliers pourraient souffrir d’une lourde fiscalité. La taxe sur le produit des ventes devrait rester stable après une hausse de 6 % entre 2017 et 2018. Pour les vendeurs, plusieurs solutions leurs permettent toutefois d’alléger la plus-value taxable afin d’optimiser leurs opérations. Entre taxation, exonération et abattement, faisons le point.

Immobilier : à la montagne aussi, les prix flambent !

Publié le 14/01/2019

Environ 1 Français sur 3 choisit chaque année de passer ses vacances d’été à la montagne. Un chiffre qui grimpe davantage chez la jeune génération. En hiver bien sûr, la montagne arrive en premier choix lorsqu’il s’agit de s’évader quelques jours. Une situation qui influence grandement le prix de l’immobilier montagnard. Voici notre palmarès des destinations les plus prisées et de celles qui permettent un investissement au pied des pistes à petit prix.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière