Taxe d’habitation : le Gouvernement peine à sortir du labyrinthe fiscal

Publié le 21/01/2019

Le tant redouté prélèvement de l’impôt à la source est entré en vigueur, mais c’est pourtant l’exonération de la taxe d’habitation qui fait davantage parler d’elle. Mesure clé du quinquennat Macron, cette réforme s’accompagne pourtant de multiples annonces contradictoires de la part du Gouvernement depuis plusieurs mois. Entre exonérer 100 % des Français et contraindre 20 % des plus riches à payer l’impôt, le débat est ouvert.


Suppression de la taxe ou exonération, la valse-hésitation

Dans le cadre du mouvement des « gilets jaunes » qui secoue le pays depuis plusieurs semaines, Emmanuel Macron a souhaité organiser un Grand débat national de décembre 2018 à avril 2019. À cette occasion, des boites à idées ont été installées dans les mairies et de nombreux édiles tentent de renouer le dialogue avec leurs administrés afin de faire remonter les suggestions et les doléances à l’exécutif.

À l’initiative du Président de la République, le Gouvernement engage un grand débat national sur quatre thèmes qui couvrent des grands enjeux de la nation : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’Etat des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté (www.gouvernement.fr)

Parmi les objectifs visés par ce débat, le Gouvernement souhaite clarifier sa position concernant l’exonération de la taxe d’habitation. Pour rappel, il avait tout d’abord été annoncé que 80 % des ménages seraient progressivement concernés avant de faire machine arrière, arguant que les 20 % restants, les Français les plus aisés, devaient bénéficier de l’égalité devant l’impôt. Mais plus récemment, les annonces successives des ministres Bruno Le Maire et Gérald Darmanin alimentent la confusion.

Taxe d’habitation : plusieurs scénarios possibles

Maintenir l’exonération pour 80 % des ménages et continuer à mettre à contribution les Français les plus riches. Voici le premier scénario, celui qui pourrait subsister, conformément à ce qui a été voté dans le cadre de la loi de finances 2018. En pratique, il s’agit d’une mesure progressive puisque l’exonération doit avoir lieu en trois temps d’ici à 2020.

Dès novembre 2017, le président Macron avait toutefois annoncé une suppression pure et simple de l’impôt local pour l’ensemble des Français, jugeant que s’il s’agissait d’un impôt injuste pour une partie des Français, il en était de même pour les 20 % restants. Mais avec la crise économique que traverse le pays, rythmée par les « gilets jaunes », l’exécutif a dû revoir sa copie. À noter que la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des Français représentera, à terme, quelque 18 milliards d’euros de manque à gagner pour l’Etat et les collectivités, auxquels pourraient s’ajouter 8 milliards d’euros supplémentaires si l’impôt vient à être totalement supprimé.

Reste la possibilité d’augmenter, par exemple, l’impôt sur le revenu pour les plus hauts revenus, ou de créer un nouvel impôt ce qui s’opposerait toutefois à la promesse de campagne d’Emmanuel Macron qui avait garanti une exonération sans mise en place d’une nouvelle taxe.


Dernières Actualités

Impôt 2019 : quel foyer fiscal pour les enfants majeurs ?

Publié le 24/04/2019

Que l’enfant soit rattaché au foyer fiscal de ses parents permet-il de faire des économies ? En principe, un enfant majeur est imposé individuellement et doit déclarer seul ses revenus. Mais il peut demeurer à la charge fiscale de ses parents sous certaines conditions, s’il est étudiant ou célibataire au 1er janvier de l’année d’imposition par exemple. Explications.

Le point sur la déclaration d’impôts 2019

Publié le 22/04/2019

Depuis le 10 avril, les contribuables peuvent remplir leur déclaration d’impôts sur le revenu en ligne. Prélèvement à la source oblige, c’est la dernière fois que les informations déclarées portent sur l’année précédente. Et malgré le crédit d’impôt qui va permettre d’annuler la plupart des sommes dues, la déclaration des revenus 2018 demeure obligatoire pour tous.

Dispositifs Pinel et Denormandie : les barèmes pour défiscaliser en 2019

Publié le 19/04/2019

Bonne nouvelle pour les investisseurs, le fisc vient de publier les barèmes valables en 2019 pour défiscaliser grâce aux dispositifs Pinel et Denormandie. Entre loyers maximum applicables et limites de ressources des locataires, certains plafonds sont revus à la hausse. Voici les conditions à respecter pour bénéficier d’une réduction d’impôts en louant un logement en 2019.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière