Suppression reportée, compensation pour les communes : de nouvelles précisions concernant la taxe d’habitation

Publié le 28/06/2019

Alors qu’elle est prévue en 2020 pour les ménages les plus modestes, la suppression définitive de la taxe d’habitation pour les ménages les plus aisés est finalement reportée à 2023. Selon le Gouvernement, il s'agirait de préserver l'équilibre des finances publiques. Pour ce qui est des communes, elles verront ce manque à gagner compensé par la part départementale de la taxe foncière. Explications.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Suppression reportée, compensation pour les communes : de nouvelles précisions concernant la taxe d’habitation

Suppression de la taxe d’habitation en 2023 pour les Français les plus riches

La suppression de la taxe d’habitation n’est pas une mince affaire. Initialement prévue pour tous les Français, puis recentrée sur les ménages les plus modestes, elle aura finalement bien lieu pour tous. Mais comme l’avait annoncé Edouard Philippe il y a quelques semaines, les 20 % des ménages les plus aisés devront patienter.

Cette annonce se justifie par la nécessité de revoir le calendrier fiscal alors que le Gouvernement doit faire face à de nouvelles mesures consécutives au mouvement des « Gilets jaunes ». Si le Premier ministre a promis la suppression définitive de la taxe d’habitation pour les Français les plus modestes en 2020, rien n’était encore précisé pour les ménages les plus riches. Mais c’est désormais chose faite puisque ce discours de politique générale a été complété le 13 juin dernier par une annonce de Bruno Le Maire, ministre des Finances. Les Français les plus aisés devront attendre 2023 pour voir leur taxe d’habitation supprimée.

24,4 millions

La réforme de la taxe d’habitation concerne 24,4 millions de foyers français. Pour chaque ménage, cela représente une économie moyenne annuelle de 723 €/an, soit 1158 € pour les ménages les plus riches et 555 € pour les plus modestes.

Initialement annoncée pour 2022, soit avant la fin du quinquennat, la mesure surviendra donc avec une année de retard. Et d’ajouter qu’elle sera portée à la loi de finances pour l’année 2023, afin d’être garantie même en cas de changement gouvernemental après les élections présidentielles.

Part de taxe foncière pour les communes et de TVA pour les départements

Part taxe foncière communes TVA départements

Dans la lignée de ces nouvelles annonces, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, ont tenu à rassurer les communes. Celles-ci pourront compenser le manque à gagner lié à la suppression de la taxe d’habitation en collectant la part de la taxe foncière perçue par les départements. Pour 24 000 communes, cette part pourrait d’ailleurs être légèrement supérieure à ce qu’elles collectaient via la taxe d’habitation, dès lors que cette surcompensation n’excède pas 15 000 euros. Quant aux départements, ils recevront quant à eux une part de la TVA. Mais faut-il encore que ces derniers acceptent de céder à cette nouvelle répartition budgétaire.

Les ministres en ont également profité pour rappeler que la suppression de la taxe d’habitation ne concernait que les résidences principales. Les résidences secondaires tout comme la redevance télévisuelle en sont donc exclues.


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière