Les syndics de copropriété accusés d’avoir profité de la crise sanitaire ?

Publié le 25/01/2021

C’est un communiqué de presse accablant qu’a livré l’association des responsables de copropriété (ARC), le 7 janvier dernier. Dans ce texte intitulé « le hold-up des assemblées générales de copropriété », l’ARC dénonce des abus des syndics de copropriété qui auraient profité de la crise sanitaire et de l’instauration du vote par correspondance pour augmenter leurs honoraires ou faire passer certaines mesures en force.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Les syndics de copropriété accusés d’avoir profité de la crise sanitaire ?

Réforme de la copropriété : le vote par correspondance désormais autorisé

Il aura fallu attendre l’ordonnance n° 2019-1101 du 30 octobre 2019 portant réforme du droit de la copropriété des immeubles bâtis, et son décret d’application du 2 juillet 2020, pour que les copropriétaires puissent voter par correspondance aux assemblées générales. Cette démarche est toutefois encadrée : le formulaire de vote doit être annexé à la convocation de l’assemblée générale, renvoyé au syndic au plus tard trois jours avant la réunion et respecter un modèle fixé par un arrêté. En outre, le vote par correspondance n’empêche pas la tenue des assemblées générales en présentiel et n’est d’ailleurs pas pris en compte si le copropriétaire ou son mandataire est finalement présent lors de la réunion.

En réponse à la crise sanitaire et au confinement instauré le 17 mars 2020, le Gouvernement a toutefois décidé d’anticiper le recours au vote par correspondance afin de permettre aux copropriétés de prendre des décisions durant cette période. Pour la réalisation de travaux de rénovation par exemple. Reste que cette solution devait être utilisée en dernier recours, le Gouvernement encourageant davantage la tenue de réunion à distance, ce jusqu’au 31 janvier 2021.


Ordonnance n° 2020-595 du 20 mai 2020 – Article 13 : « Par dérogation aux dispositions de l’article 17 de la loi du 10 juillet 1965 susvisée, lorsque le recours à la visioconférence ou à tout autre moyen de communication électronique n’est pas possible, le syndic peut prévoir que les décisions du syndicat des copropriétaires sont prises au seul moyen du vote par correspondance ».

La visioconférence impossible dans certaines copropriétés ?

Et c’est bien ce point qui fait grincer l’ARC des dents. Selon l’association, les syndics professionnels sont nombreux à avoir adopté le vote par correspondance au détriment de la visioconférence ou de l’audioconférence, ce « par incapacité technique » ou « par stratégie ». Et d’ajouter que les syndics non-professionnels n’ont pour la plupart pas rencontré ce genre de problèmes.

Si cela nuit évidemment à la notion de « démocratie participative », essentielle à la vie en copropriété, l’ARC dénonce d’autres impacts comme la baisse du taux de participation des copropriétaires aux assemblées générales et le retard dans la prise de décisions. Les syndics sont également accusés d’avoir profité de cette période pour établir l’ordre du jour des réunions sans solliciter le conseil syndical, d’avoir augmenté leurs honoraires et introduits des résolutions abusives.

De son côté, la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM), qui représente plus de la moitié des syndics professionnels français, s’est défendue par la voix de son président, Jean-Marc Torrollion. S’il admet des décalages techniques et une difficulté à prendre certaines décisions à distance, il dénonce également une difficulté de mise en place d’une visioconférence dans les copropriétés de plus de trente lots et des outils peu adaptés aux personnes âgées.


Dernières Actualités

Charges de copropriété : quelle évolution avec le Covid-19 ?

Publié le 22/06/2021

Alors qu’on aurait pu s’attendre à une hausse des charges de copropriété du fait de la pandémie, c’est un tout autre bilan que dresse l’Association des responsables de copropriété (ARC) pour l’année 2020. En moyenne, les charges auraient reculé d’environ 2 % sur un an, du jamais-vu depuis 2014. Une tendance qui trouve sa source dans la douceur de l’hiver, mais qui ne concerne pas tous les postes de dépenses.

Litiges immobiliers : de bonnes affaires en perspective

Publié le 17/06/2021

Avec la crise sanitaire, les biens immobiliers litigieux tendent à se multiplier sur le marché. Il peut s’agir par exemple d’une vente consécutive à une séparation ou à un divorce, d’une vente successorale difficile, d’un squat, ou encore d’un logement déjà loué pour lequel le locataire en place ne paie pas son loyer. Si cela peut occasionner des tourments pour les propriétaires, les biens litigieux peuvent également être synonymes de bonnes affaires. À condition d’éviter les pièges.

Les perdants de la réforme des APL

Publié le 15/06/2021

L’Aide Personnalisée au Logement (APL), est versée par la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) aux ménages ne dépassant pas un certain plafond de revenus. Elle permet d’aider les ménages concernés à se loger en leur attribuant une aide financière calculée en fonction de certains critères. Selon l’Union nationale pour l’habitat des jeunes (Unhaj), la réforme de l’APL a pénalisé l’ensemble des jeunes et notamment les actifs.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière