Copropriétés : les prises de décisions simplifiées à partir de juin 2020

Publié le 27/01/2020

Les copropriétaires le savent bien, il est parfois compliqué de faire voter les décisions en Assemblée générale. En cause, la loi de 1965 qui régit les copropriétés, seul texte de référence aujourd’hui. Mais en octobre dernier, une ordonnance est venue rafraîchir la réglementation. Les pouvoirs du conseil syndical et le recouvrement des charges impayées font partie des mesures qui seront simplifiées à compter du printemps prochain.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Copropriétés : les prises de décisions simplifiées à partir de juin 2020

Modernisation de la vie en copropriété : les nouvelles mesures entreront en vigueur le 1er juin

En matière de copropriété, qu’il s’agisse d’un immeuble de logements, de bureaux ou même de commerces, c’est la loi de 1965 qui fixe les règles. 55 ans après la rédaction du texte qui sert de référence, certaines décisions sont parfois difficiles à faire voter au grand dam des copropriétaires.

Pour palier ces problèmes, la réforme des copropriétés a débuté à l’automne dernier. Plus exactement, c’est l’ordonnance n°2019-1101 du 30 octobre 2019, qui va venir fluidifier les relations et les prises de décisions entre les différentes parties. Cette ordonnance qui entrera en vigueur en juin prochain fait suite à la loi ELAN du 23 novembre 2018. Pour plus de cohérence, le décret du 17 mars 1967 et la soixantaine d’articles qu’il contient, doivent eux aussi être repensés avant le printemps.

Les rôles du syndicat de copropriétaires et du conseil syndical seront renforcés

Parmi les changements entre les lois de 1965 et de 2019, on peut noter en premier lieu le statut de la copropriété obligatoire réservé aux bâtiments à usage d’habitation. Sous certaines conditions, les bureaux et les commerces peuvent choisir un autre régime et sortir de la gestion en copropriété si la décision est unanime.

Concernant le syndicat des copropriétaires, son rôle est étendu. Il doit continuer de veiller à la conservation et à l’administration des parties communes, mais a également désormais un devoir d’amélioration. Enfin, pour récupérer les éventuels impayés de charges, le syndicat pourra dorénavant déduire le montant des dettes des éventuels loyers perçus par le propriétaire-bailleur ou via le mobilier du logement.

Les petites copropriétés de 5 lots ou moins, ou dont le budget moyen annuel n’excède pas 15 000 euros sont exonérées d’un certain nombre d’obligations parmi lesquelles la présence d’un conseil syndical et la double comptabilité.

Quant au conseil syndical, il peut désormais être constitué d’ascendants ou de descendants des copropriétaires. En cas de carence de la part du syndic de copropriété, le président du conseil syndical peut, en outre, entreprendre une action à son encontre. Action qui peut être prise à l’initiative de plusieurs copropriétaires si la copropriété n’est pas dotée d’un conseil syndical. Ses pouvoirs sont également renforcés. Toutes les décisions qui ne requièrent qu’une majorité simple, habituellement votées en Assemblée Générale, pourront être confiées au conseil syndical sous la forme d’une délégation de deux ans maximum.


Dernières Actualités

Contrôle fiscal : l’administration dispose de 6 mois supplémentaires en raison de la crise du Covid-19

Publié le 22/01/2021

Chaque année, un certain nombre de déclarations sont prescrites au 31 décembre et ne peuvent plus faire l’objet d’un contrôle de la part du fisc. Sauf dispositions particulières, c’est le cas de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) exigibles pendant trois ans, ou encore des impôts locaux qui ne peuvent être contrôlés que durant l’année d’imposition. Mais l’année 2020, entachée par l’épidémie de coronavirus, a fait perdre du temps à Bercy. L’administration fiscale dispose donc d’un délai supplémentaire étendu jusqu’au 14 juin.

Copropriétés : ce qui change en 2021

Publié le 20/01/2021

À nouvelle année, nouvelles mesures. Une règle à laquelle n’échappent pas les copropriétés françaises. En 2021, en effet, elles peuvent désormais solliciter le dispositif MaPrimeRénov’ pour financer une partie de leurs travaux de rénovation énergétique. Concernant les assemblées générales, les conditions de reports et de tenue en visioconférence évoluent également.

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière