La crise du Covid pourrait accélérer la transformation des bureaux en logements

Publié le 06/07/2020

Confinés pendant deux mois entre le 17 mars et le 18 mai, les Français ont dû modifier leurs habitudes. Ceux qui ont pu continuer à travailler ont été nombreux à le faire à distance. Une intensification du télétravail qui a contribué à accélérer le débat autour de l’équilibre domicile-bureau. De nombreuses entreprises envisagent depuis de généraliser le télétravail ce qui pourrait permettre de remettre sur le marché du logement, de nombreux biens dédiés au tertiaire.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. La crise du Covid pourrait accélérer la transformation des bureaux en logements

Les jeunes actifs et les Franciliens espèrent la généralisation du télétravail

Quel avenir pour l’immobilier de bureau ? C’est la question émergeant de ces deux mois de confinement qui ont obligé de nombreuses entreprises à adopter le télétravail. Interrogées en avril 2020, 71 % des entreprises se disaient alors prêtes à mettre en place de nouvelles pratiques pour intensifier le télétravail tout en accordant des temps au bureau, nécessaires aux synergies.

Pour près de la moitié des travailleurs, la généralisation du travail à distance offrirait une opportunité d’habiter plus loin de son lieu de travail et pourquoi pas de devenir propriétaire d’une maison avec jardin. Un rêve porté en priorité par les jeunes actifs de 25-34 ans qui sont 51 % dans ce cas, mais également par les Franciliens qui sont 55 % à espérer de tels changements.

71 %

Selon l’étude « Télétravail en confinement » de l’ANACT, publiée le 12 juin 2020, 71 % des répondants estiment que le télétravail n’a pas modifié la qualité des relations de travail au sein de leur structure.

L’immobilier d’entreprise n’est pas menacé dans les grandes villes

Pour les propriétaires de bureaux et les exploitants d’immobilier tertiaire, le constat est plus alarmant. Si pour les spécialistes, la crise du Covid ne sonne pas la fin de l’immobilier de bureau, de nombreux locataires attendent pour le moment de leur bailleur un allègement des charges pour faire suite à cette période d’inactivité et aux incertitudes économiques qui perdurent.

Reste que pour l’heure, seules 28 % des entreprises pensent réduire la superficie de leurs bureaux à court terme. Car si le télétravail peut être mis en place rapidement dans de nombreux secteurs, certains métiers ne le permettent pas et des rencontres sur site demeurent indispensables.

À Paris, par exemple, on observe toujours un nombre insuffisant de bureaux malgré l’épidémie de Coronavirus et deux mois de télétravail. Mais pour les professionnels, cette crise permettra peut-être de contrôler la flambée des loyers. C’est, en revanche, le devenir des immeubles de bureaux situés en grande couronne qui pose le plus question. Ces bâtiments sont pour beaucoup vétustes, ne répondent pas aux nouvelles normes thermiques et énergétiques et ne font souvent pas le plein de locataires. Dès lors, la transformation en immeubles d’habitation semble la solution privilégiée. Elle permettrait tout à la fois de lutter contre le manque de logements en région parisienne, mais aussi contre les passoires thermiques grâce à une rénovation globale.


Dernières Actualités

Augmentation des loyers : + 0,66 % au 2ème trimestre 2020

Publié le 05/08/2020

Chaque trimestre, l’INSEE publie l’indice de référence des loyers (IRL) qui permet aux propriétaires-bailleurs de réviser les loyers une fois par an. Au 1er trimestre 2020, il était de + 0,92 % sur un an, puis de + 0,66 % au second trimestre. La révision des loyers n’est donc pas libre et elle n’est pas non plus rétroactive. Faisons le point.

Taxe foncière : dégrèvement possible pour certains bailleurs pénalisés par le confinement

Publié le 29/07/2020

La vacance locative est redoutée par les investisseurs locatifs ainsi que par les propriétaires immobiliers qui décident de mettre leur bien en location. Avec l’épidémie de Covid-19, de nombreux loueurs ont ainsi vu leur locataire partir peu avant ou pendant le confinement, et peinent aujourd’hui à retrouver des candidats. L’administration fiscale propose une indemnisation de taxe foncière pour ces bailleurs, sous certaines conditions.

Peut-on investir dans une résidence de tourisme pour y vivre ?

Publié le 24/07/2020

Pour réaliser des économies d’impôt, certains investisseurs optent pour la résidence de tourisme. Un modèle de défiscalisation qui permet de bénéficier jusqu’à 11 % d’avantages fiscaux et qui garantit presque à coup sur de maintenir la valeur de son logement à un niveau élevé. Mais est-il possible d’investir dans une résidence de tourisme pour finalement y habiter ? Quelle est la différence avec un meublé de tourisme ? Faisons le point.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière