Le marché locatif boosté par la crise sanitaire

Publié le 09/09/2020

L’épidémie de Coronavirus a profondément modifié la dynamique du marché de l’immobilier. De nombreux propriétaires ont, par exemple, décidé de privilégier la location traditionnelle à la location touristique, dans un contexte économique incertain, où les visiteurs étrangers se font rares. De même, ébranlés par la crise sanitaire et parfois contraints au chômage partiel, des ménages ont souhaité reporter leur projet d’achat et se tournent vers la location.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Le marché locatif boosté par la crise sanitaire

La location longue durée est moins rentable mais plus sure que la location saisonnière

Incertitudes économiques, durcissement des conditions d’octroi des crédits immobiliers, baisse des revenus ou encore chômage partiel, sont autant de conséquences de l’épidémie de Covid-19. Dans ce contexte, de nombreux ménages français doivent renoncer, en tous cas temporairement, à leur projet d’achat immobilier. Si certains décident toutefois de revoir leurs priorités en achetant un bien plus petit ou éloigné d’un secteur géographique, ce afin de payer moins cher, d’autres, en revanche, se tournent vers la location.

Dès lors, on remarque un regain d’intérêt pour la location longue durée, ce notamment depuis le mois de mars, date du confinement en France. Jusqu’alors évincée par la location touristique, la location longue durée semble en effet retrouver grâce aux yeux des Français. Un phénomène qui s’explique notamment par la baisse du tourisme étranger en 2020, mais également par la désertion des étudiants, Français et étrangers, qui ont vu leur année scolaire amputée du fait du confinement, et sont donc rentrés chez eux plus tôt que prévu.

Une bonne nouvelle pour le marché immobilier qui connaissait, depuis l’avènement des plateformes de locations touristiques, un fort déséquilibre entre l’offre locative et de la demande.

À Paris, par exemple, la location touristique a profondément bouleversé la vie de certains quartiers comme le Marais (4ème). Les nuisances sonores et la gentrification ainsi que le manque de logements longue durée ont conduit de nombreux habitants à se détourner du quartier.

Moins d’offres de vente dans les grandes villes françaises

Dans de nombreuses grandes villes, où trouver un appartement en location longue durée était parfois un parcours du combattant, le nombre d’offres explose depuis le déconfinement. Ainsi, entre le 1er juin 2019 et le 31 juillet 2020, on observe une augmentation de l’ordre de 64 % d’offres à Paris, 52 % à Nice, 39 % à Bordeaux, 34 % à Rennes, 32 % à Nantes et 23 % à Toulouse.

Une tendance qui n’est pas sans conséquences sur le marché de la transaction qui recule dans les grandes agglomérations : -19 % d’offres de vente à Strasbourg, -15 % à Rennes, -14 % à Bordeaux, -9 % à Nice et -1 % à Marseille.


Dernières Actualités

Les syndics de copropriété accusés d’avoir profité de la crise sanitaire ?

Publié le 25/01/2021

C’est un communiqué de presse accablant qu’a livré l’association des responsables de copropriété (ARC), le 7 janvier dernier. Dans ce texte intitulé « le hold-up des assemblées générales de copropriété », l’ARC dénonce des abus des syndics de copropriété qui auraient profité de la crise sanitaire et de l’instauration du vote par correspondance pour augmenter leurs honoraires ou faire passer certaines mesures en force.

Contrôle fiscal : l’administration dispose de 6 mois supplémentaires en raison de la crise du Covid-19

Publié le 22/01/2021

Chaque année, un certain nombre de déclarations sont prescrites au 31 décembre et ne peuvent plus faire l’objet d’un contrôle de la part du fisc. Sauf dispositions particulières, c’est le cas de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) exigibles pendant trois ans, ou encore des impôts locaux qui ne peuvent être contrôlés que durant l’année d’imposition. Mais l’année 2020, entachée par l’épidémie de coronavirus, a fait perdre du temps à Bercy. L’administration fiscale dispose donc d’un délai supplémentaire étendu jusqu’au 14 juin.

Copropriétés : ce qui change en 2021

Publié le 20/01/2021

À nouvelle année, nouvelles mesures. Une règle à laquelle n’échappent pas les copropriétés françaises. En 2021, en effet, elles peuvent désormais solliciter le dispositif MaPrimeRénov’ pour financer une partie de leurs travaux de rénovation énergétique. Concernant les assemblées générales, les conditions de reports et de tenue en visioconférence évoluent également.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière