Revenus fonciers : comment remplir votre première déclaration ?

Publié le 29/03/2019

Chaque année, de nombreux propriétaires-bailleurs se questionnent sur la manière de déclarer leurs revenus locatifs. Logement loué vide ou meublé, création d’un déficit foncier, stratégie de défiscalisation, voici tout ce qu’il faut savoir pour remplir sa déclaration et optimiser ses revenus fonciers.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Revenus fonciers : comment remplir votre première déclaration ?

Location meublée : les revenus peuvent donner lieu à un abattement de 50 %

La location d’un bien meublé peut permettre à son propriétaire de réaliser une opération fiscale intéressante. À condition toutefois de proposer ce type de prestation dans une zone où la demande locative est suffisante. Une ville étudiante par exemple.

Le statut de loueur en meublé non-professionnel

Si les revenus issus de la location n’excèdent pas 23 000 € par an et ne sont pas supérieurs aux autres revenus tels que les salaires, alors le statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) s’applique automatiquement. Le propriétaire relève du régime micro-BIC qui offre un abattement de 50 % sur les revenus locatifs.

Le statut de loueur en meublé professionnel

Si les revenus sont supérieurs, alors le fisc considère le propriétaire-bailleur comme un loueur professionnel. Un statut qui impose la détention d’un numéro SIRET et le paiement de la cotisation foncière des entreprises (CFE).

Cependant, si les revenus locatifs sont inférieurs à 70 000 € par an, alors le régime micro-BIC est toujours possible tout comme l’abattement d’impôt. Ce n’est qu’au-delà de 70 000 € que le régime réel s’applique. L’abattement n’est alors plus applicable, mais le propriétaire peut en revanche déduire de ses impôts les charges liées au logement, les travaux de rénovation ou le coût du prêt immobilier, par exemple.

location-meublé-professionnel-non-professionnel-déclaration-revenus-comment-faire

Location vide : l’intérêt du régime micro-foncier

Moins avantageuse que la location meublée, la location vide permet un abattement de 30 % si les revenus locatifs sont inférieurs à 15 000 € par an. Dans ce cas, le propriétaire bénéficie du régime micro-foncier.

Les revenus locatifs perçus grâce aux loyers doivent être déclarés au titre de l’impôt sur le revenu. En cas de location meublée, ils doivent figurer en tant que « bénéfices industriels et commerciaux » (BIC) alors qu’ils apparaîtront dans la catégorie des « revenus fonciers » pour une location vide. Tous les revenus bruts doivent être déclarés dans leur intégralité. C’est l’administration fiscale qui applique les éventuels abattements.

S’ils sont supérieurs à 15 000 € par an, les revenus doivent être déclarés au réel. Comme pour les locations meublées générant plus de 70 000 € par an, la totalité des charges peut alors être déduite mais l’abattement n’est plus appliqué.

Le déficit foncier en cas de lourds travaux de rénovation

À cause de ressources trop importantes ou simplement par stratégie fiscale, certains propriétaires-bailleurs font le choix du régime réel pour déclarer leurs revenus locatifs. Un régime qui peut s’avérer payant, notamment lorsque d’importants travaux de rénovation menés, sont plus coûteux que le montant des loyers. C’est ce qu’on appelle le déficit foncier.

Cette situation doit apparaître dans la déclaration d’impôts, elle permet de réduire le montant de l’ensemble des revenus imposables. Attention toutefois, seuls 10 700 € peuvent être déclarés chaque année au titre d’un déficit foncier. Si le montant est supérieur, il peut être reporté sur les déclarations des 9 années suivantes.


Dernières Actualités

L’intelligence artificielle au service du fisc

Publié le 13/12/2019

Il y a quelques mois, les agents du fisc ont pu expérimenter un nouveau logiciel qui leur permet de débusquer les bâtiments et les piscines que les contribuables auraient omis de déclarer. Testé dans un premier temps dans les Alpes-Maritimes, la Charente-Maritime et la Drôme, ce dispositif devrait être généralisé à tout le territoire en 2020.

Immobilier ancien : records battus en 2019

Publié le 11/12/2019

Immobilier ancien, les prix grimpent à Lyon, Nantes, Paris et Toulouse Alors que les prix de l’immobilier ancien ne cessent d’augmenter, le nombre de transactions est, lui aussi, à la hausse. Bien que 2019 ne soit pas encore terminée, l’année s’affiche déjà avec une hausse moyenne de 1,8 % sur toute la France et de…

Loyers impayés : les propriétaires ont adopté la garantie Visale

Publié le 09/12/2019

Si les Français semblent friands d’investissements locatifs, ils sont également nombreux à redouter les loyers impayés et les dégradations dans le logement. Pour palier ces désagréments, Action Logement propose un dispositif appelé « Visale » qui permet de protéger les propriétaires bailleurs et d’offrir une garantie aux locataires. Cette année, la garantie Visale a presque triplé ses résultats par rapport à l’année 2018.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière