Revenus fonciers : comment remplir votre première déclaration ?

Publié le 29/03/2019

Chaque année, de nombreux propriétaires-bailleurs se questionnent sur la manière de déclarer leurs revenus locatifs. Logement loué vide ou meublé, création d’un déficit foncier, stratégie de défiscalisation, voici tout ce qu’il faut savoir pour remplir sa déclaration et optimiser ses revenus fonciers.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Revenus fonciers : comment remplir votre première déclaration ?

Location meublée : les revenus peuvent donner lieu à un abattement de 50 %

La location d’un bien meublé peut permettre à son propriétaire de réaliser une opération fiscale intéressante. À condition toutefois de proposer ce type de prestation dans une zone où la demande locative est suffisante. Une ville étudiante par exemple.

Le statut de loueur en meublé non-professionnel

Si les revenus issus de la location n’excèdent pas 23 000 € par an et ne sont pas supérieurs aux autres revenus tels que les salaires, alors le statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) s’applique automatiquement. Le propriétaire relève du régime micro-BIC qui offre un abattement de 50 % sur les revenus locatifs.

Le statut de loueur en meublé professionnel

Si les revenus sont supérieurs, alors le fisc considère le propriétaire-bailleur comme un loueur professionnel. Un statut qui impose la détention d’un numéro SIRET et le paiement de la cotisation foncière des entreprises (CFE).

Cependant, si les revenus locatifs sont inférieurs à 70 000 € par an, alors le régime micro-BIC est toujours possible tout comme l’abattement d’impôt. Ce n’est qu’au-delà de 70 000 € que le régime réel s’applique. L’abattement n’est alors plus applicable, mais le propriétaire peut en revanche déduire de ses impôts les charges liées au logement, les travaux de rénovation ou le coût du prêt immobilier, par exemple.

location-meublé-professionnel-non-professionnel-déclaration-revenus-comment-faire

Location vide : l’intérêt du régime micro-foncier

Moins avantageuse que la location meublée, la location vide permet un abattement de 30 % si les revenus locatifs sont inférieurs à 15 000 € par an. Dans ce cas, le propriétaire bénéficie du régime micro-foncier.

Les revenus locatifs perçus grâce aux loyers doivent être déclarés au titre de l’impôt sur le revenu. En cas de location meublée, ils doivent figurer en tant que « bénéfices industriels et commerciaux » (BIC) alors qu’ils apparaîtront dans la catégorie des « revenus fonciers » pour une location vide. Tous les revenus bruts doivent être déclarés dans leur intégralité. C’est l’administration fiscale qui applique les éventuels abattements.

S’ils sont supérieurs à 15 000 € par an, les revenus doivent être déclarés au réel. Comme pour les locations meublées générant plus de 70 000 € par an, la totalité des charges peut alors être déduite mais l’abattement n’est plus appliqué.

Le déficit foncier en cas de lourds travaux de rénovation

À cause de ressources trop importantes ou simplement par stratégie fiscale, certains propriétaires-bailleurs font le choix du régime réel pour déclarer leurs revenus locatifs. Un régime qui peut s’avérer payant, notamment lorsque d’importants travaux de rénovation menés, sont plus coûteux que le montant des loyers. C’est ce qu’on appelle le déficit foncier.

Cette situation doit apparaître dans la déclaration d’impôts, elle permet de réduire le montant de l’ensemble des revenus imposables. Attention toutefois, seuls 10 700 € peuvent être déclarés chaque année au titre d’un déficit foncier. Si le montant est supérieur, il peut être reporté sur les déclarations des 9 années suivantes.


Dernières Actualités

Coup de pouce thermostat : la nouvelle aide de 150 €

Publié le 10/07/2020

L’heure est aux coups de pouce de la part du Gouvernement. Pour inciter les ménages français à rénover leurs logements et ainsi réaliser des économies d’énergie, l’exécutif propose désormais une nouvelle aide appelée « coup de pouce Thermostat avec régulation performante ». Celle-ci vient compléter la liste des certificats d’économies d’énergie déjà composée du « coup de pouce chauffage » et du « coup de pouce isolation ».

Convention citoyenne : moins de béton dans les villes, quels impacts sur les logements de demain ?

Publié le 08/07/2020

Ne plus bétonner les villes à outrance, réduire les surfaces urbanisables et redynamiser les centres-villes en misant sur les commerces de proximité, c’est une proposition phare de la Convention Citoyenne pour le Climat qui a réuni, pendant plusieurs mois, quelque 150 citoyens tirés au hasard. Reprise par Emmanuel Macron, cette proposition pourrait profondément modifier les futurs logements et l’architecture même des villes.

La crise du Covid pourrait accélérer la transformation des bureaux en logements

Publié le 06/07/2020

Confinés pendant deux mois entre le 17 mars et le 18 mai, les Français ont dû modifier leurs habitudes. Ceux qui ont pu continuer à travailler ont été nombreux à le faire à distance. Une intensification du télétravail qui a contribué à accélérer le débat autour de l’équilibre domicile-bureau. De nombreuses entreprises envisagent depuis de généraliser le télétravail ce qui pourrait permettre de remettre sur le marché du logement, de nombreux biens dédiés au tertiaire.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière