Les concubins peuvent désormais se partager la charge fiscale de leurs enfants

Publié le 05/04/2019

Aujourd’hui en France, environ 20 % des couples vivraient en union libre. Non déclarés administrativement, les concubins n’ont également aucun engagement officiel l’un envers l’autre. Mais lorsque le couple devient parents, la question se pose de savoir qui a la charge fiscale des enfants. Dans un arrêt rendu le 20 décembre 2017, le conseil d’Etat a rappelé qu’il est possible de couper la poire en deux.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Les concubins peuvent désormais se partager la charge fiscale de leurs enfants

Même traitement fiscal pour des enfants ayant des parents concubins ou divorcés

Comme le rappelle le site service-public.fr : « chaque membre d’un couple vivant en concubinage doit remplir séparément une déclaration pour les revenus qu’il a perçus durant l’année d’imposition ». Contrairement aux couples mariés ou pacsés, les concubins sont donc indépendants fiscalement.

Jusqu’alors, les concubins ayant des enfants en commun devaient choisir qui de l’un ou de l’autre, prenait à sa charge fiscale chaque enfant. En pratique, c’était souvent le parent déclarant le plus de revenus pour des raisons financières, mais également pour réduire la base imposable. Une situation similaire à celle de parents divorcés par exemple, se partageant la garde des enfants.

Mais depuis décembre 2017, l’arrêt n° 397650 du Conseil d’État permet aux concubins de se répartir la charge fiscale des enfants de manière équivalente. Mais aussi les avantages qui sont liés. À la condition qu’aucun des deux parents ne déclare avoir la charge principale.

partage-concubin-enfant

Depuis 2017, les parents-concubins peuvent se partager les avantages fiscaux

Les enfants mineurs sont désormais à la charge fiscale équivalente de leurs deux parents, même si ceux-ci sont concubins. C’est ce que précise désormais la notice qui accompagne la déclaration d’impôts sur le revenu.

Un concubin qui déclare ses revenus a droit à une part de quotient familial. Chaque enfant ou personne à charge supplémentaire permet une majoration du quotient qui peut être répartie entre les deux partenaires de manière équivalente. Ainsi, deux concubins ayant un enfant ensemble peuvent bénéficier d’un quotient familial égal à 1,25 part.

Outre la majoration du quotient familial, les deux parents peuvent également bénéficier des crédits et réductions d’impôts pour frais de garde et de scolarité. Un avantage qui n’était jusqu’à présent accordé qu’à l’un des deux parents. Par exemple, les frais de garde d’un enfant à l’extérieur de son domicile permettent aux parents de percevoir un crédit d’impôt égal à la moitié des sommes versées. Ce montant est plafonné à 2 300 euros par enfant en cas de charge fiscale exclusive et donc à 1 150 euros si deux parents se partagent la charge de leur enfant.

Les parents concubins qui souhaitent déclarer une « charge fiscale partagée » devront, dès la prochaine déclaration d’impôts, cocher la case « H », identique à celle que doivent remplir des parents divorcés ayant des enfants en garde alternée.


Dernières Actualités

De la mérule dans votre logement, que faire ?

Publié le 17/06/2019

La mérule, ce champignon qui se nourrit de la cellulose du bois, est un véritable fléau pour qui y est confronté. Il peut engendrer des dégâts dans les bâtiments à une vitesse fulgurante. Les locataires et les propriétaires d’un logement qui constatent sa présence ont, depuis quelques années, pour obligation de le déclarer en mairie. Explications.

Cuisine : les astuces pour optimiser sa rénovation

Publié le 14/06/2019

Famille et amis s’y retrouvent volontiers pour manger, mais aussi pour discuter. La cuisine est aujourd’hui devenue une pièce de vie à part entière, pour les grands gastronomes aussi bien que pour les adeptes du four à micro-ondes. Et lorsqu’il s’agit de la rénover, il est conseillé de respecter certaines étapes clé et de ne pas oublier de la déduire de ses revenus. Explications.

Encadrement des loyers : les plafonds appliqués à Paris dès juillet

Publié le 12/06/2019

Le 1er juillet prochain signera le grand retour de l’encadrement des loyers à Paris, comme l’a confirmé un arrêté préfectoral publié le 29 mai dernier. Cette mesure, qui concernera les premières mises en location ainsi que les renouvellements de location, n’a pas la faveur de tous les acteurs du secteur. Les organisations professionnelles préparent déjà leurs actions pour faire annuler une mesure jugée contre-productive.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière